László Lovász

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
László Lovász
Image dans Infobox.
László Lovász.
Fonctions
Président
Académie hongroise des sciences
-
Président
Union mathématique internationale
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (73 ans)
BudapestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Katalin Vesztergombi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Site web
Distinctions

László Lovász (né le à Budapest) est un mathématicien hongrois connu pour ses travaux en combinatoire, notamment en théorie des graphes, et informatique théorique et président de l'Académie hongroise des sciences depuis 2014[1]. Il est lauréat du prix Abel 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un doctorat de l'université Loránd Eötvös à Budapest en 1971[2], il entame une carrière nationale d'enseignant-chercheur. Il occupe ensuite un poste de professeur à l'université Yale de 1993 à 2000, puis collabore en qualité de chercheur au Microsoft Research Center jusqu'en 2006. À l'issue, de retour en Hongrie, il dirige l'Institut de mathématiques de l'université de Budapest.

En 2007, il est élu membre président de l'Union mathématique internationale[3] qu'il préside pour un mandat de quatre années jusqu'en .

Il a obtenu de nombreux prix scientifiques dont le prix Wolf de mathématiques.

En 2016, une lettre ouverte de 28 académiciens lui est adressé. En tant président de l'Académie, ces 28 intellectuels expriment leur inquiétude face aux processus antidémocratique ayant lieu en Hongrie en particulier la menace faite à la liberté de la presse via la fermeture du journal indépendant Népszabadság et le traitement xénophobe fait de la crise des réfugiés et lui demande que l'Académie investisse et débatte sur ces sujets de société[4],[5].

Travaux[modifier | modifier le code]

En combinatoire, il est connu notamment pour le nombre  (en) d'un graphe (aussi appelé nombre de Lovász)[6] et pour le lemme local de Lovász. Il a aussi démontré une version faible du théorème des graphes parfaits[7] et la conjecture de Kneser[8].

Il a travaillé sur ou créé des algorithmes importants, comme l'algorithme LLL[9], et la méthode de l'ellipsoïde pour les problèmes d'optimisation linéaire.

Il a aussi travaillé en théorie de la complexité, notamment autour du théorème PCP, des systèmes de preuve interactive et des algorithmes d'approximation[10]. Plus récemment il s'est intéressé aux limites de graphes (notamment aux graphons).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ... a Magyar Tudományos Akadémia új elnöke », (consulté le )
  2. (en) « László Lovász », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. IMU « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive) : comité exécutif pour le quadriennal 2007-2010.
  4. « Open Letter to Professor László Lovász, President of the Hungarian Academy of Sciences », http://openaccess.eprints.org,‎ (lire en ligne)
  5. (hu) « Tudósok fordultak az Akadémia vezetéséhez a magyarországi antidemokratikus folyamatok miat », 24.hu,‎ (lire en ligne)
  6. L. Lovász, « On the Shannon capacity of graphs », IEEE Trans. Inform. Theory 25 (1979), 1–7.
  7. (en) László Lovász, « A characterization of perfect graphs », J. Combin. Theory, series B, vol. 13, no 2,‎ 1972b, p. 95-98 (DOI 10.1016/0095-8956(72)90045-7)
  8. (en) L. Lovász, « Kneser's Conjecture, Chromatic Numbers and Homotopy », J. Comb. Th. A, vol. 25,‎ , p. 319-324
  9. A. K. Lenstra, H. W. Lenstra, Jr. et L. Lovász, « Factoring polynomials with rational coefficients », Math. Annalen 261 (1982), 515–534.
  10. Voir notamment l'article suivant qui lui a valu le prix Gödel en 2001 : Uriel Feige, Shafi Goldwasser, Laszlo Lovász, Shmuel Safra et Mario Szegedy, « Interactive proofs and the hardness of approximating cliques », Journal of the ACM, vol. 43, no 2,‎ , p. 268–292 (DOI 10.1145/226643.226652, lire en ligne)
  11. « Laszlo Lovasz Winner of Wolf Prize in Mathematics - 1999 », sur Wolf Foundation.
  12. « 1999 Knuth Prize », sur SIGACT.
  13. « Gödel Prize - 2001 », sur EATCS.
  14. INFORMS On Line : Institute for Operations Research and the Management Sciences. Consulté le 15/02/2009
  15. (en) « Kyoto Prize laureates predict future », EE Times, (consulté le )
  16. « Fulkerson Prize », sur American Mathematical Society.
  17. « The Abel Prize Laureates 2021 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]