Mikhaïl Gromov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gromov.
Mikhaïl Gromov
Description de cette image, également commentée ci-après

Mikhaïl Gromov en 2009

Naissance (72 ans)
Boksitogorsk, oblast de Léningrad, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité Russe, Français
Champs Mathématiques
Institutions Institut des hautes études scientifiques et Université de New York
Diplôme Université de Léningrad
Directeur de thèse Vladimir Rokhline
Étudiants en thèse François Labourie (de)
Pierre Pansuetc.[1]
Renommé pour Différents domaines de la géométrie
Distinctions prix Oswald Veblen (1984), prix Élie Cartan, prix Wolf (1993), prix Leroy P. Steele (1997), prix Balzan (1999, prix de Kyōto (2002), prix Nemmers (2004) Prix Bolyai (2005), Prix Abel (2009)

Mikhaïl Leonidovitch Gromov (en russe : Михаил Леонидович Громов), également appelé Mikhail Gromov, Michael Gromov ou Micha Gromov, né le à Boksitogorsk près de Léningrad en Union soviétique, est un mathématicien russe naturalisé français connu pour ses importantes contributions dans différents domaines de la géométrie, en particulier la géométrie métrique, la géométrie symplectique et la théorie géométrique des groupes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en pleine période de guerre à proximité de Léningrad assiégée depuis près de trois ans, Mikhaïl Gromov obtient un doctorat en 1973 à Léningrad, où il est étudiant de Vladimir Rokhline[N 1]. En 1974, il émigre aux États-Unis et devient professeur à l’université de New York. En 1981, il rejoint l’université Paris VI puis l'Institut des hautes études scientifiques (IHÉS) de Bures-sur-Yvette l'année suivante. En 1992, il est naturalisé français. Il est actuellement membre permanent à l’IHÉS et professeur de mathématiques à l’université de New York.

Il est entre autres connu pour :

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1981, Mikhaïl Gromov reçoit le prix Oswald Veblen puis, en 1984, il est lauréat du prix Élie Cartan.

Il obtient ensuite le prix Wolf en 1993, le prix Leroy P. Steele en 1997, le prix Balzan en 1999, le prix de Kyōto en 2002, le prix Nemmers en 2004 et enfin le prix Abel en 2009 « pour ses contributions révolutionnaires en géométrie[2],[3] ».

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Où en sont les mathématiques ?, compilation d'articles parus dans la Gazette des mathématiciens [détail des éditions] qui contient un texte de Marcel Berger, où le travail de Gromov est présenté comme très important, bien que trop méconnu[4],[5].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Convergence de Gromov-Hausdorff (en)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mathématicien soviétique à ne pas confondre avec son fils Vladimir Rokhline, également mathématicien, naturalisé américain (en).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mikhael Gromov sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  2. « Et aussi : Mikhail Gromov reçoit le prix Abel 2009 », sur La Recherche.
  3. « Mathématiques: le prix Abel au Franco-russe Mikhaïl Leonidovich Gromov », AFP,‎ (lire en ligne).
  4. Encounter with a Geometer, Part I.
  5. Encounter with a Geometer, Part II.