Michael Artin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michael Artin, né en 1934 à Hambourg, est un mathématicien américain et un professeur émérite du Massachusetts Institute of Technology, connu pour ses contributions à la géométrie algébrique[2] et reconnu comme un des plus éminents professeurs dans ce domaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Artin est né à Hambourg, Allemagne, et a émigré dans l'Indiana. Il est le fils de Natascha Artin Brunswick et Emil Artin, un éminent algébriste du XXe siècle. Il a fait ses études à l'université de Princeton, recevant un A.B. en 1955 ; il est allé ensuite à l'université Harvard, où il a reçu un Ph.D. en 1960 sous la direction d'Oscar Zariski[2],[3].

Dans les années 1960, Artin vient à l'Institut des hautes études scientifiques en France, contribuant au 4e volume du Séminaire de géométrie algébrique du Bois Marie, sur la théorie des topos et de la cohomologie étale. Son travail sur le problème de la caractérisation des foncteurs représentables dans la catégorie des schémas a conduit au théorème d'approximation d'Artin (en), dans une algèbre locale.

Artin fut, avec George Mostow, le lauréat du prix Wolf de mathématiques en 2013.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Extraite de la collection du MFO.
  2. a et b (en) « Faculty profile », sur MIT, Department of Mathematics.
  3. (en) « Michael Artin », sur le site du Mathematics Genealogy Project.

Liens externes[modifier | modifier le code]