Yves Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyer.

Yves Meyer, né le à Paris, est un mathématicien français, lauréat du prix Abel 2017 « pour son rôle majeur dans le développement de la théorie mathématique des ondelettes »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris en 1939, Yves Meyer quitte la France à l'âge de cinq ans[2], en 1944, lorsque sa famille part au Maroc, puis en Tunisie, où il passe le reste de son enfance. Élève du lycée Carnot de Tunis il obtient le premier prix au concours général de mathématiques[3]. En 1957, à seulement 18 ans, il est reçu premier à l'École normale supérieure[4]. Il soutient en 1966 sa thèse d'État, à l'université de Strasbourg, sous la direction de Jean-Pierre Kahane. Agrégé de mathématiques[5], il enseigne au Prytanée national militaire de La Flèche (1960-1963).

Yves Meyer enseigne à l'université de Strasbourg (1963-1966), à l'université Paris-Sud (1966-1980), au Centre de mathématiques de l'École polytechnique (1980-1986), au CEREMADE (Université Paris-Dauphine) (1985-1995), à l'École normale supérieure de Cachan (1999-2003), au Conservatoire national des arts et métiers (2000). Il a été directeur de recherche au CNRS (1995-1999), et est professeur émérite à l'École normale supérieure de Cachan depuis 2003.

Il est élu correspondant de l'Académie des sciences le 24 novembre 1986, puis membre le 15 novembre 1993[6] (Section des Sciences mécaniques et informatiques). Il a été nommé membre senior de l'Institut universitaire de France en 1991 pour une durée de cinq ans[7] ; il en est désormais membre honoraire[8].

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Théorie des ondelettes[modifier | modifier le code]

Yves Meyer est l'un des fondateurs de la théorie mathématique des ondelettes [9] avec des applications comme l'imagerie médicale, la détection des ondes gravitationnelles[10], le cinéma numérique[11], le codage numérique[12].

À partir de 1984[9], la théorie des ondelettes a été développée par Yves Meyer en collaboration notamment avec Jean Morlet, Alexandre Grossmann, Ingrid Daubechies, Stéphane Mallat, Pascal Auscher (en) et Pierre-Gilles Lemarié-Rieusset[13].

Yves Meyer a contribué à un travail interdisciplinaire associant mathématiques, physique et sciences de l'ingénieur.

Compressed sensing[modifier | modifier le code]

Parallèlement, Yves Meyer travaille dans le domaine du traitement de l'image sur le compressed sensing avec une communication, en 2008, dans le cadre du Séminaire de mathématiques appliquées de Pierre-Louis Lions (médaille Fields) au Collège de France[14].

Analyse harmonique[modifier | modifier le code]

Meyer s'est intéressé à l'analyse harmonique et la théorie des nombres qui ont amené à la notion de quasi-cristal[9].

Programme de Calderón[modifier | modifier le code]

Il a également travaillé sur le « programme de Calderón »[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Yves Meyer est membre de l'institut, docteur honoris causa de l'Université autonome de Madrid et membre étranger de l'Académie américaine des arts et des sciences, membre associé de la National Academy of Sciences.

Il a été titulaire du Cours Peccot (enseigné chaque année au Collège de France, par un jeune mathématicien de moins de trente ans) en 1968-1969 sur les nombres de Pisot, les nombres de Salem et l'analyse harmonique[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Liste des travaux[21] (bibliothèque de l'Université d'Aix-Marseille), Projet HASSIP[22] (Harmonic analysis and statistics for signal and image) :
    • (en) Algebraic numbers and harmonic analysis, Amsterdam, North-Holland Publishing Company, coll. « North-Holland Mathematical Library », 1972
    • Ondelettes et opérateurs, Hermann, coll. « Actualités Mathématiques », 1990
    • Ondelettes et algorithmes concurrents, Paris, Hermann, coll. « Actualités Scientifiques et Industrielles », 1992
    • (en) Wavelets, vibrations and scalings, AMS, coll. « CRM Monographs Series », 1998
  • Conférences audio sur la compression d'images[23]

Yves Meyer a écrit 14 livres et plus de cent articles de recherche mathématique.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prix Abel 2017.
  2. (en) Yves Meyer, « Quasicrystals and Control Theory », dans Ali Baklouti (dir.), Aziz El Kacimi (dir.), Sadok Kallel (dir.) et Nordine Mir (dir.), Analysis and Geometry (actes de la conférence organisée par le Mediterranean Institute for the Mathematical Sciences (MIMS)-Geometry and Topology Grouping for the Maghreb (GGTM), Tunis, mars 2014), Springer, coll. « Springer Proceedings in Mathematics & Statistics » (no 127), (ISBN 978-3-319-17442-6, DOI 10.1007/978-3-319-17443-3_12), p. 219.
  3. « Un événement quadriennal : Le congrès international des mathématiciens », lettre d'information no 3, Société mathématique de France, , p. 11.
  4. Biographie.
  5. « Yves Meyer, un ancien de Carnot à l'honneur ! », Association des anciens et amis du lycée Carnot de Tunis, .
  6. « Yves Meyer », Académie des sciences.
  7. Arrêté du 2 décembre 1991 portant nomination à l'Institut universitaire de France, JORF no 286 du 8 décembre 1991, p. 16074, NOR MENH9102797A, sur Légifrance.
  8. « Yves Meyer », Institut universitaire de France.
  9. a, b, c et d Stéphane Jaffard, « Remise du Prix Abel 2017 à Yves Meyer », sur Images des maths, .
  10. La première détection des ondes gravitationnelles a par exemple été réalisée avec l'algorithme de Sergey Klimenko, le 14 septembre 2015, basé sur l'analyse temps-fréquence.
  11. La première projection de cinéma numérique en Europe a par exemple été réalisée par Philippe Binant, le 2 février 2000, avec pour le traitement de l'image l'analyse par ondelettes.
  12. Yves Meyer.
  13. Directeur de l'équipe Analyse et Probabilités de l'Université d'Evry Val d'Essonne
  14. Yves Meyer, « Le compressed sensing et le théorème de Shannon-Nyquist », Annuaire du Collège de France 2008-2009. Résumé des cours et travaux, Collège de France, Paris, p. 106.
  15. « Liste chronologique des cours Peccot depuis 1889 », sur www.college-de-france.fr.
  16. « Prix Raphaël Salem », sur lmrs.univ-rouen.fr.
  17. Stéphane Jaffard (de), « Yves Meyer, lauréat 2010 du prix Gauss », sur Images des mathématiques,
  18. « Le Français Yves Meyer remporte le prix Abel, équivalent du Nobel de mathématiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. « Yves Meyer, membre de l’Académie des sciences, prix Abel 2017 », communiqué de presse [PDF], Académie des sciences,
  20. http://smf4.emath.fr/Publications/Gazette/2011/130/smf_gazette_130_19-36.pdf
  21. « Catalogue de la bibliothèque de l'I2M Catalogue : Réponse(s) pour la recherche pour "au,wrdl: Meyer, Yves" », sur catalogue.cmi.univ-mrs.fr (consulté le 25 mars 2017)
  22. « Publications of Yves Meyer », (consulté le 25 mars 2017)
  23. http://www.academie-sciences.fr/video/vdefi150205.htm

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Théorie[modifier | modifier le code]

Applications[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]