Joseph Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joseph Bishop Keller ( à Paterson (New Jersey) - à Stanford (Californie)[1]) est un mathématicien américain spécialisé dans les mathématiques appliquées. Il est connu pour ses travaux sur la théorie géométrique de la diffraction[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Joseph Keller obtient son doctorat en 1948 à l'université de New York sous la supervision de Richard Courant. Il est professeur de mathématiques au Courant Institute de New York jusqu'en 1979. Il devient ensuite professeur de mathématiques et d'ingénierie mécanique à l'université de Stanford jusqu'en 1993, où il devient Professor Emeritus.

Travaux[modifier | modifier le code]

Joseph Keller travaille sur l'application des mathématiques aux problèmes de science et d'ingénierie, tel que la propagation des vagues. Il contribua à la méthode d'Einstein–Brillouin–Keller pour calculer les valeurs propres de systèmes de mécanique quantique.

Récompenses et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Keller reçoit un Prix Lester R. Ford aux côtés de David W. McLaughlin en 1976[3] puis seul en 1977[4]. En 1979 il est lauréat du Prix Theodore von Kármán, en 1983 il est lauréat de la Conférence von Neumann. En 1988 il reçoit l'U.S. National Medal of Science, et en 1997 il reçoit le prix Wolf. En 1996, il reçoit le prix Nemmers en mathématiques.

Il se voit attribuer deux prix Ig Nobel : le premier en 1999 pour avoir calculé comment créer un bec de théière qui ne goutte pas, le second en 2012 pour avoir étudié les forces qui déterminent le mouvement de la queue de cheval d'un humain. En 2012, il devient membre de l'American Mathematical Society[5],[6],[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a un frère, Herbert B. (en), qui est aussi mathématicien, et qui travaille dans l'analyse numérique, le calcul scientifique, la théorie de la bifurcation et les problèmes de calculs en dynamique des fluides. Herbert a été professeur à Caltech. Les deux frères ont tous les deux contribué aux domaines des champs électromagnétiques et la dynamique des fluides.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Stanford Professor Emeritus Joseph Keller, an applied mathematician whose work investigated atomic explosions and oscillating ponytails, dies at 93 », sur news.stanford.edu, 8 septembre 2016
  2. (en) J. B. Keller, « Geometrical theory of diffraction », J. Opt. Soc. Am., vol. 52, no 2,‎ , p. 116–130 (DOI 10.1364/JOSA.52.000116, lire en ligne)
  3. (en) Joseph B. Keller et David W. McLaughlin, « The Feynman Integral », Amer. Math. Monthly, vol. 82,‎ , p. 451–465 (DOI 10.2307/2319736, lire en ligne)
  4. (en) Joseph B. Keller, « Inverse Problem », Amer. Math. Monthly, vol. 83,‎ , p. 107–118 (lire en ligne)
  5. (en) List of Fellows of the American Mathematical Society, consulté le 27 janvier 2013.
  6. (en) R. Goldstein, P. Warren et R. Ball, « Shape of a Ponytail and the Statistical Physics of Hair Fiber Bundles », Physical Review Letters, vol. 108, no 7,‎ (DOI 10.1103/PhysRevLett.108.078101, Bibcode 2012PhRvL.108g8101G, arXiv 1204.0371, lire en ligne)
  7. (en) « Ray Goldstein Shares 2012 Ig Nobel Prize for Physics » [archive du ], université de Cambridge

Liens externes[modifier | modifier le code]