Samuel Eilenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samuel Eilenberg
Samuel Eilenberg MFO.jpeg

Samuel Eilenberg

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Élève
Étudiant de thèse
Daniel Kan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Samuel Eilenberg (, Varsovie, New York) est un mathématicien américain d'origine juive-polonaise,

Biographie[modifier | modifier le code]

Samuel Eilenberg obtint son doctorat de mathématiques à l'université de Varsovie en 1936, sous la direction de Kazimierz Kuratowski et Karol Borsuk, et fit partie de l'École mathématique de Varsovie. Il fuit la Pologne pour les États-Unis en 1939. Il fut professeur et chercheur en mathématiques à l'université Columbia à New York de 1947 à 1982.

Eilenberg privilégia la topologie algébrique, la théorie de l'homologie (en) et la théorie des catégories dont lui et Saunders Mac Lane sont les pères fondateurs.

Eilenberg a aussi été membre-collaborateur du groupe Bourbaki. En 1956, Henri Cartan et Samuel Eilenberg sont les auteurs du livre Homological Algebra qui est un classique en algèbre homologique. À partir de 1966, il s'intéressa à la théorie des automates et y contribua en écrivant le livre Automata, Langages and Machines et en créant le modèle X-machine (en).

Samuel Eilenberg fut aussi un collectionneur d'art asiatique et fit don de sa collection au Metropolitan Museum de New York.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]