Ali Zamoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ali Zamoum
Illustration.
Le wali Ali Zamoum
Fonctions
Wali de Tizi Ouzou
Prédécesseur Yacine Abdelhamid
Successeur Ahmed Zemirli
Biographie
Nom de naissance Ali Zamoum
Date de naissance
Lieu de naissance Boghni, Wilaya de Tizi Ouzou (Algérie)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Villejuif (France)
Nature du décès Maladie
Nationalité Algérienne
Parti politique FLN
Profession Wali

Ali Zamoum
Walis d'Algérie

Ali Zamoum (1933-2004)[1] est une personnalité politique algérienne, militant nationaliste durant la guerre d'Algérie.

Biographe[modifier | modifier le code]

Ali Zamoum est né le à Boghni (dans la région de Tizi Ouzou). Fils d’un des premiers instituteurs de la localité, il rejoint, avec son frère Mohamed (futur colonel Si Salah), l’école primaire de Boghni. Ali quitte l’école à l’âge de 11 ans. De retour au village Ighil Imoula, il fréquente les jeunes militants du Mouvement national, dont son frère deviendra au début des années 1950 secrétaire du centre municipal.

Ce dernier sera arrêté en 1953 pour avoir fourni au parti nationaliste de la logistique appartenant à l’administration coloniale. Après un an de prison, il sera libéré au moment de la préparation de la guerre d’indépendance. Fin octobre 1954, Ali Zamoum reçoit de Krim Belkacem un texte qu’il devait « reproduire en millier d’exemplaires » après l'avoir fait dactylographié par le journaliste Mohamed El Aïchaoui.

C’était la Proclamation du 1er Novembre. Le texte a été tiré à Ighil Imoula, qui fut ainsi le premier village à entrer en guerre contre l’occupant français. Au maquis au-lendemain du tirage de la Proclamation, Ali Zamoum sera arrêté en février 1955 à l’issue d’un accrochage dont a réchappé un groupe de résistants, dont les deux futurs colonels Ouamrane et Si Salah.

Ali Zamoum sera condamné à mort et incarcéré dans une dizaine de prisons, en Algérie et en métropole. Ses sept années d’incarcération, passées sous la hantise de l’exécution de la peine, seront consacrées essentiellement à la lecture et il découvrira des auteurs proches des mouvements révolutionnaires. À l’indépendance, il quitte l’Armée nationale (ALN), considérant que « le serment de l’Indépendance du pays a été accompli ».

Il sera nommé le premier préfet de Tizi Ouzou, mais ne restera pas longtemps à ce poste. Quelques années plus tard, il occupera des postes de responsabilité au sein de l’administration centrale, notamment au ministère du Travail, à partir duquel il soutiendra le travail de Kateb Yacine dans le cadre du Théâtre de la Mer, qui deviendra plus tard « l’action culturelle des travailleurs ». À la retraite, Ali Zamoum mettra en place à Boghni l’association Tagmats qui œuvre dans le domaine de la l’action sociale. Il est l’auteur de Tamurt Imazighen. Mémoires d’un survivant 1940-1962, éditions Rahma, Alger, 1993.

En 2001, il a eu un rôle déterminant dans le mouvement citoyen des Aarchs qu'il a conseillé et accompagné.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Ses principales fonctions occupées sont :

  1. Wali de Tizi Ouzou: (1963-1964).

Itinéraire[modifier | modifier le code]

Fonctions de Ali Zamoum
Fonction Début Fin
01 Wali de Tizi Ouzou

Maladie et décès[modifier | modifier le code]

Ali Zamoum, décédé le (à 70 ans) à Villejuif, a toujours été un militant de la cause berbère, mais aussi militant de toutes les causes citoyennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]