Hassiba Ben Bouali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hassiba Ben Bouali
حسيبة بن بوعلي
Hassiba Ben Bouali
Hassiba Ben Bouali

Naissance
Sendjas (ex. Bougainville)
Algérie
Décès (à 19 ans)
Casbah d'Alger, Algérie
Mort au combat
Allégeance Drapeau de l'Algérie FLN dans la
Zone autonome d'Alger
Années de service 19561957
Conflits Guerre d'Algérie
Faits d'armes Bataille d'Alger
Hommages 1ernovembre
8 octobre

Hassiba Ben Bouali, (en ar : حسيبة بن بوعلي ; plusieurs auteurs français l'écrivent Bent Bouali au lieu de Ben Bouali[1]) née le à Sendjas (ex.Bougainville)[2] près d'Orléansville (aujourd'hui Chlef) en Algérie et morte le 9 octobre 1957 à la Casbah d'Alger, est une militante et résistante algérienne durant la guerre d'Algérie, participant notamment à la bataille d'Alger aux côtés d'Ali la Pointe, Zohra Drif, Petit Omar et Yacef Saâdi chef de la zone autonome d'Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et scolarité[modifier | modifier le code]

La jeune femme instruite et aisée, issue d'une grande famille bourgeoise[3] musulmane, mais de conception très moderne[4], voit le jour, le [5] dans la petite commune de Sendjas (ex.Bougainville)[6] au pieds du mont de l'Ouarsenis et à 14 km au sud du chef lieu de la wilaya de Chlef (ex. Orléanville). Elle n'a que 9 ans lorsque ses parents déménagent à Alger en 1947[7]. Son père Abdelkader Ben Bouali employé à la direction de l'agriculture au gouvernement général[8].

Après avoir entamé ses études primaires dans son village natal, elle poursuit sa scolarité à l'école Aïn Zerga, à Alger. Après le certificat d’études primaires obtenu en 1950, elle entre au lycée Pasteur (aujourd'hui annexe de la Faculté centrale d'Alger), tout en suivant des cours de musique[9]. Imprégnée tôt des idées patriotiques, elle adhère à 16 ans à l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA). Tout en poursuivant ses études. Hassiba Ben Bouali milite activement dans l'association caritative laïque,« La tasse de lait » de la rue Boutin à Alger, qui a pour but de distribuer un aliment d’appoint et des soins aux enfants pauvres de la population musulmane de Belcourt[10], cette activité l'a confronté aux conditions de misère dans lesquelles se trouve la population musulmane et de prendre consciences de la situation socio-politique du système colonial[11]. Elle élargit son activité bénévole en donnant assistance aux malades à l'hôpital Mustapha Pacha tout en suivant des cours d'infirmerie dans le même hôpital.

Militantisme au sein du FLN[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Zone autonome d'Alger.

Dès le commencement de la grève des étudiants musulmans du 19 mai 1956, décrétée par le Front de libération nationale (FLN) pour une durée illimitée, le front invite les étudiants musulmans à rejoindre en masse la cause algérienne, Hassiba Ben Boulai avait quitté le lycée comme 90 % de ses camarades[12], elle a renoncé à préparer son baccalauréat de philosophie et recrutée par Ben Sadok Abdelaziz au sein du FLN de la Zone autonome d'Alger dont le siège clandestin se trouvait au cœur de la Casbah d'Alger[13].

À 18 ans, elle s'impose en gagnant la confiance des dirigeants FLN dans la Casbah, elle côtoie les hommes avec naturel et prend des décisions[14]. Son allure [15], lui facilite les déplacements dans tous les quartiers chics européens. Agent de liaison précieux pour les militants du FLN à Alger elle passe pour une européenne et pas un soldat n'a eu l'idée de fouiller son sac lors des passages des barrages policiers ou militaires. Tantôt assistante infirmière à l'hôpital Mustapha Pacha, tantôt assistante sociale à « La tasse de lait ». Peu à près elle rejoint l'équipe du Dr Pierre Chaulet un militant du FLN qui vient d'aménager une clinique secrète à Clos-Salembier pour soigner les militants FLN blessés lors des accrochages avec la police, elle fournit soins et médicaments qu'elle ramène de l'hôpital, soutenue par sa mère également militante du FLN[16]. Aux côtés de ses sœurs de combat, Zohra Drif, Djamila Bouhired, Djamila Boupacha elle participe avec elles a organiser des meetings de femmes sur les terrasses de la Casbah.

Son recrutement dans le « réseau bombe »[modifier | modifier le code]

Filles du « réseau bombe » de
Yacef Saadi, de gauche à droite : Samia Lakhdari, Zohra Drif, Djamila Bouhired et Hassiba Ben Bouali à droite.
(Photo prise dans la Casbah en 1957).

Depuis qu'elle a rejoint le FLN à Alger, la jeune femme ne rêve que de devenir infirmière dans un maquis de l'Armée de libération nationale (ALN) et continue de suivre pour cela des cours d'infirmière à hôpital Mustapha Pacha, avant de devenir laborantine dans le « réseau bombe »[17].

L'été 1956 est marqué par un attentat terroriste sanglant dans la Casbah perpétré par un petit groupe d'européens ultras de « l'Algérie française », qui ont décidé de se venger par tous les moyens en posant une bombe à base de cheddites dans une ruelle de la Basse Casbah, dans la nuit du 9 au 10 août 1956. L'énorme explosion cause la mort de plus de 70 musulmans[18], déchiquetés ou ensevelis sous les décombres de plusieurs pâtés de maisons. L'attentat est revendiqué par la diffusion d'un tract sous la signature du « Comité des quarante », « pour chaque Européen tué, un pâté de maisons de la Casbah sauterait »[19].

La réponse à cet attentat ne se fait pas attendre, un autre tract émanant du FLN jure « de venger les morts de la Casbah ». Yacef Saadi chef militaire FLN de la Zone autonome d’Alger décide de lancer une offensive systématique et de la même manière que les ultras de « l'Algérie française », par des attentats à la bombe visant la population civile européenne, les bombes seront transportées si possible par des femmes ressemblant à des européennes et habillées à l’européenne. C'est dans ce contexte que Hassiba Ben Bouali est intégrée immédiatement dans le « réseau bombe » de Yacef Saadi. Elle établit des liaisons entre les techniciens, Daniel Timsit, Abderrahmane Taleb, Oussedik Boualam et Georgio Habib[20], dont les laboratoires sont situés à des endroits différents de la capitale : Birkhadem, Pointe-Pesade, Clos-Salombier, Birmandreis, le Champs de manœuvre et la Casbah. Son recruteur est Mourad Kechida[21] qu'il l'a désigné d'assurer sous ordres directs une mission très délicate, le transport à différents laboratoires de fabrications de bombes, pour fournir aux techniciens la matière première et en même temps rapportant les explosifs préparés. Elle a apporté à ses missions ses qualités féminines de patience et de ténacité qui ont été si précieuses à ses chefs[22].

La mission à risque de transporter et déposer les bombes dans les lieux publics désignés par les chefs du FLN, est confiée à d'autres femmes, dont Zohra Drif, Djamila Bouhired, Baya Hocine, Daniele Minne et Samia Lakhdari, elles aussi jeunes et d'allure européenne, qui passent inaperçues dans les quartiers européens.

Bataille d'Alger[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille d'Alger.
Défilé de la 10e division parachutiste dans les rues d'Alger.

Après l'attentat de la rue de Thèbes, le FLN passe à l'action, les quatre derniers mois de l'année 1956, sont marqués par plusieurs attentats à la bombe dans les lieux publics au cœur des quartiers européens d'Alger et sans interruption du 30 septembre 1956 au 26 janvier 1957, qui font plusieurs morts et blessés parmi les civils, ces attentats sont perpétrés l'avant-veille de la grève de huit jours par laquelle le FLN veut montrer sa représentativité aux Nations unis[23].

Hassiba Ben Bouali, elle est activement recherchée, un mandat d'arrêt est lancé par le parquet, le 14 décembre 1956. Elle est jugée par contumace au procès des médecins, à 20 ans de travaux forcés, et condamnée à mort au procès des poseuses de bombes, Djamila Bouhired et Djamila Boupacha,[24]. Contrainte de quitter sa famille, elle se réfugie dans la Casbah, participe à la préparation de la grève de huit jours. Elle donne également des soins aux blessés. Les chefs du FLN l'emploient aussi comme secrétaire et propagandiste auprès des femmes de la Casbah pour les sensibiliser à la cause algérienne.[25].

Face aux attentats meurtriers du FLN, le gouvernement français décide de réagir, et fait appel au corps d'élite de quatre régiments de la 10e division parachutiste. En tout 10.000 parachutistes bien entraînés entrent dans Alger, le 7 janvier 1957, sous l'autorité du général Massu qui a reçu les pleins pouvoirs de police. Chaque régiment s'attribue le contrôle d'un quartier de la capitale, le plus ciblé : la Casbah, maquis urbain et quartier général du FLN et de la de la Zone autonome d'Alger (ZAA). L'organigramme de la ZAA est découvert, les réseaux des militants sont remontés. Larbi Ben M'hidi, responsable de l'action armée dans Alger, est arrêté le 23 février 1957. Mais les attentats continuent d'ensanglanter Alger jusqu'à la fin de l'été 1957. Yacef Saadi, chef de la ZAA, est arrêté à son tour, le 28 septembre 1957, après avoir résisté en compagnie de Zohra Drif. Ali la Pointe, seul rescapé de l'organisation, devient par la suite le chef de la Zone autonome d'Alger et Hassiba Ben Bouali sa secrétaire. Mais l'étau se resserre au tour d'eux, ils tiennent deux semaines seulement.

Mort dans la Casbah[modifier | modifier le code]

Ce qui reste aujourd'hui des ruines de la maison où elle périt avec ses compagnons, Ali la Pointe, Petit Omar et Mohamed Bouhmidi dans la Casbah d'Alger, au 5 rue des Abdérame,s dynamitée par les parachutistes du 1er REP, le 8 octobre 1957.

Dès la fin de septembre 1957, une piste sérieuse permet aux bérets verts de localiser, la cache d'Ali la Pointe au 5 rue des Abderames dans la basse Casbah. Au soir du 7 octobre 1957, la Casbah est entièrement encerclée par les paras, qui ont localisé la maison où Petit Omar 12 ans et Mahmoud Bouhamidi se sont réfugiés le lendemain de l'arrestation de Yacef Saadi. Ali la Pointe et Hassiba Ben Bouali les ont rejoint le 28 septembre. Depuis ils vivent là, entassés dans quatre mètres carrés, avec leur archives, ce qui reste du trésor de guerre, des armes, des munitions et les dernières bombes[26].

À 20 heures 15, par prudence, les maisons voisines éclairées par les projecteurs de l'armée sont évacuées par les parachutistes et leurs habitants sont priés d'aller attendre le dénouement un peu plus loin. On fouille chaque pièce, tandis que les propriétaires de la maison, deux femmes, indiquent exactement, sous la contrainte, la cache[27]. Elles précisent que quatre personnes y ont cherché refuge, dont une jeune femme et un petit garçon de 12 ans, le « chef s'appelle Ali...». Le commandant Guiraud qui mène les opérations, sachant la cache sérieuse et la cloison épaisse, tente de nouer le dialogue muni d'un mégaphone : « Rends-toi Ali, c'est fini. Nous te promettons la vie sauve. », il insiste pour faire sortir le garçon de 12 ans, Petit Omar et la jeune femme, Hassiba Ben Bouali. Pas la moindre réponse, les occupants de la cache ne veulent pas se rendre[28].

Le commandant Guiraud, avec l'accord du colonel Godard, prend la décision de placer une charge explosive sur les parois de la cache. Les artificiers utilisent deux mines antichars[29], au cas où les parois seraient blindées. Les parachutistes sortent de la pièce . Dans la cache, ni Ali, ni Hassiba, ni Mahmoud, ni Petit Omar n'ont bougé. À 6 heures 15, c'est l'explosion entendue dans toute la Casbah. À l'énorme déflagration des charges explosives succèdent les grondements des murs s'effondrant sur eux-mêmes, la maison située à côté s'écroule sur ses habitants qui n'ont pas été évacués[30].

La fumée et la poussière dissipées, on mesure l'étendue du désastre, il ne reste qu'un grand trou. Le général Massu veut que les corps d'Ali la Pointe et de Hassiba Ben Bouali soit retrouvés[31]. Lorsque les parachutistes commencent le travail de déblaiement, au matin du 8 octobre, on relève de nombreux corps de civils, des femmes et des enfants victimes de l'effondrements de la maison voisine. Ce n'est que le 10 octobre que sont dégagés les derniers corps, ceux du Petit Omar et de Hassiba Ben Bouali défigurés[32], ceux d'Ali la Pointe et de Mahmoud Bouhamidi, littéralement déchiquetés[33],[34]

Ce 8 octobre 1957 marque la fin de la bataille d'Alger.

Hassiba Ben Bouali est inhumée au cimetière de Sidi M'hamed à Alger[35].

Dernière lettre de Hassiba Ben Bouali à ses parents[modifier | modifier le code]

Reproduction en grand format de la dernière lettre de Hassiba Ben Bouali en quatre pages, écrite de sa propre main. Exposée au Musée public national d’art moderne et contemporain d’Alger, en hommage aux combattantes algériennes de la guerre d'indépendance. L'original de cette lettre est conservé encore dans les archives du Service historique de la Défense à Vincennes en France.
Le contenue complet de la lettre, sur la page : 2 (La dépêche de l'Université Hassiba Ben Bouali - Chlef (Algérie).

Une lettre écrite en français de la main de Hassiba Ben Bouali, datée du 15 septembre 1957, soit 24 jours avant sa mort, est retrouvée en 2010, 53 ans après sa mort. Dans le cadre d'un travail mené depuis plusieurs années sur la femme algérienne et la Révolution, l'historienne Malika El Korso a consulté en 2010, certains documents, à l'époque sous dérogation mais qui ne le sont plus depuis 2012, conservés au Service historique de la Défense à Vincennes en France. Le carton 1H1245 portant la mention « Réseau spécial bombes », contient plusieurs dossiers, dont la chemise 1H1245/D3, à l'intérieur de laquelle se trouve la lettre de Hassiba Ben Bouali. D'après l'historienne, la lettre a été trouvée parmi les documents récupérés par les parachutistes français dans la cache de Yacef Saadi au moment de son arrestation en compagnie de Zohra Drif, le 28 septembre 1957[36].

La lettre adressée à ses parents qui n'arrivera jamais à destination comporte quatre pages, elle est signée lisiblement du prénom de « Hassiba ». Elle témoigne de l'enfer qui était le lot quotidien des militants du FLN réfugiés dans la Casbah d'Alger[37]encerclés par les parachutistes du général Massu depuis huit mois, aux plus forts moments de la bataille d'Alger :

« Voilà près de 9 mois que nous n'avons pu communiquer. Je me faisais un mauvais sang de tous les diables [...] C'est terrible comme la famille nous manque quand on est loin d'elle. Vous savez que je suis très recherchée ici à Alger, donc il m'est impossible de rien faire [...] Nous avons eu des moments très difficiles et même maintenant ça ne marche pas comme sur des roulettes, mais enfin cela ne fait rien nous sommes pleins de bonne volonté et des frères meurent tous les jours pour conduire leur pays à la liberté. Aussi, ai-je décidé, enfin, qu'il est de mon devoir de partir au maquis où je sais que je pourrais servir comme infirmière ou même s'il le faut, et je l'espère de tout mon cœur, combattre les armes à la main [...] Ne vous en faites, surtout pas pour moi, il faut penser aux petits qui vont bientôt reprendre l'école et qui j'espère travailleront bien [...] Si je meurs, vous ne devez pas me pleurer, je serais morte heureuse, je vous le certifie.

Pour perpétuer le souvenir du sacrifice de cette jeune femme et de tous les combattants de la cause algérienne morts pour leur pays, l'historienne Malika El Korso a fait la proposition que la lecture soit donnée de cette lettre après sa traduction en arabe, chaque 8 octobre, par un élève, dans l'ensemble des établissements de l'Éducation Nationale et par une étudiante dans les universités et centres universitaires du Ministère de l'Enseignement et de la Recherche Scientifique[38].

Hommages[modifier | modifier le code]

En son honneur, l'université de Chlef porte son nom, ainsi qu'un lycée d'Alger dans l'arrondissement de Kouba et un important boulevard de la ville d'Alger, du quartier la Farge, (Ruisseaux) jusqu'au boulevard Colonel Amirouche, autre militant et résistant de la guerre d'indépendance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Le rôle de la femme algérienne dans l'histoire[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Gadant, Le nationalisme algérien et les femmes. Éditions L'Harmattan, Paris 2000
  • Baya Jurquet-Bouhoune et Jacques Jurquet, Femmes algériennes : De la Kahina au Code de la famille. Le Temps des Cerises, 2007
  • Diane Cambrons, Femmes musulmanes : Guerre d'Algérie 1954-1962. Editions Autrement, 2008
  • Diane Sambron, Femmes algériennes pendant la colonisation. Riveteuse, 2009
  • Assia Djebar, La Femme sans sépulture. Éd. Albin Michel, Paris, 2002. (ISBN 2226131868)
  • Agnès Fine et Claudine Leduc, Femmes du Maghreb. PUF 1999
  • Zohra Drif, Mémoires d’une combattante de l’ALN, Zone autonome d’Alger. Chihab Éditions. Alger 2013

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Tout ou partie de l'histoire des films suivants s'inspire de l'épisode historique de la bataille d'Alger :

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Le parcours de Hassiba Ben Bouali est évoqué dans ces documentaires :

  • Mémoires de femmes, de Leon Desclozeaux. 52'min. Seaux Productions, 1995
  • Algériennes, 30 ans après, de Ahmed Lallem, 50'min. Airelles vidéo : Steel Bank Film, 1996
  • La bataille d'Alger, d'Yves Boisset. 56'min. France 2 et Compagnie des Phares et Balises 2007
  • Les porteuses de feu, écrit et réalisé par Faouzia Fékiri. 53'min. France 3 et BFC Productions, 2008
  • Moudjahidates, de Alexandra Dols. 74'min. Hybride Pulse, 2008
  • Guerre d'Algérie : Mémoire de femmes, de Marcela Feraru. 90'min. Secours de France, La chaine Histoire 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il a été préféré Bent Bouali à Ben Bouali, souvent utilisé par d'autres auteurs, pour des raisons simples :
    Bent, c'est le féminin de Ben qui veut dire en arabe « fils de », il valait mieux, pour cette jeune femme écrire « fille de Bouali » que « fils de Bouali ». Bataille d'Alger de Pierre Pellissier. Éditions Perrin - 1995, page : 8
  2. Dictionnaire des localités algériennes, de Achour Cheurfi, Casbah Éditions. Alger 2011, page : 972
  3. Hassiba Ben Bouali.El Watan, 8 octobre 2007
  4. Yves Courrière, Le temps des léopards, 1969. Fayard, pages : 399-400
  5. Hassiba Ben Bouali.El Watan, 8 octobre 2007
  6. , Dictionnaire des localités algériennes, de Achour Cheurfi, Casbah Éditions. Alger 2011, page : 972
  7. La derniere lettre de Hassiba Ben Bouali à ses parents. La Dépêche de l’Université, n° 36, pages : 2 et 5. Université Hassiba Ben Bouali - Chlef (Agérie)
  8. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, page : 292
  9. Memoria - Supplément El Djazaïr.com. N° 22, mars 2014, page : 98 (en pdf)
  10. Encadrer la naissance dans l’Algérie coloniale. Personnels de santé et assistance à la mère et à l’enfant « indigènes » (XIXe-début du XXe siècle),
    par Claire Fredj. Annales de démographie historique 2/2011 (n° 122), page : 27 
  11. La rébellion et les étudiants algériens, Historia Magazine - La Guerre d'Algérie, pages : 693 à 697. Février 1972
  12. La rébellion et les étudiants algériens, Historia Magazine - La Guerre d'Algérie, pages : 693 à 697. Février 1972
  13. La rébellion et les étudiants algériens, Historia Magazine - La Guerre d'Algérie, pages : 693 à 697. Février 1972
  14. Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN (1954-1962), Fayard, 2002, page : 226. (ISBN 2-213-61377-X)
  15. Hassiba Ben Bouali.El Watan, 8 octobre 2007
  16. Achour Cheurfi, La révolution algérienne, 1954-1962 : dictionnaire biographique, Alger, Casbah Éditions, 2004
  17. Pierre Pellissier, Bataille d'Alger. Éditions Perrin - 1995, page : 221
  18. Rue de Thèbes, cette nuit-la. Historia Magazine - La Guerre d'Algérie, pages : 780 à 785. N° 218, mars 1972
  19. Rue de Thèbes, cette nuit-la. Historia Magazine - La Guerre d'Algérie, pages : 780 à 785. N° 218, mars 1972
  20. Yves Courrière, Le temps des léopards, 1969. Fayard, pages : 399-400
  21. Jacques Massu, La vraie bataille d'AlgerÉditions du Rocher - 1997, page : 292
  22. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, page : 292
  23. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997
  24. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, page : 292
  25. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, page : 292
  26. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, pages : 289 à 291
  27. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, pages : 289
  28. Pierre Pellissier, Bataille d'Alger. Éditions Perrin - 1995, page : 341
  29. Ted Morgan, Ma bataille d'Alger. Confession d'un américain au cœur d'un drame français. Éditions Tallandier - 2016, page 292
  30. Pierre Pellissier, Bataille d'Alger. Éditions Perrin - 1995, page : 341
  31. Pierre Pellissier, Bataille d'Alger. Éditions Perrin - 1995, page : 341
  32. Ted Morgan, Ma bataille d'Alger. Confession d'un américain au cœur d'un drame français. Éditions Tallandier - 2016, page 293
  33. Ted Morgan, Ma bataille d'Alger. Confession d'un américain au cœur d'un drame français. Éditions Tallandier - 2016, page 293
  34. Jacques Massu, La vraie bataille d'Alger. Éditions du Rocher - 1997, pages : 290
  35. Achour Cheurfi, La révolution algérienne, 1954-1962 : dictionnaire biographique, Alger, Casbah Éditions, 2004
  36. La dernière lettre de Hassiba Ben Bouali à ses parents. La Dépêche de l’Université, n° 36, pages : 2 et 5. Université Hassiba Ben Bouali - Chlef (Algérie)
  37. Gilbert Meynier et Mohammed Harbi, Le FLN : Documents et histoire, 1954-1962 - Éditions Fayard, Paris 2004 (ISBN 978-2-213-61892-0).
  38. La dernière lettre de Hassiba Ben Bouali à ses parents. La Dépêche de l’Université, n° 36, pages 2 et 5. Université Hassiba Ben Bouali - Chlef (Algérie)