Roland Simounet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Roland Simounet
Présentation
Naissance
Guyotville (Algérie)
Décès (à 68 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Œuvre
Réalisations Musée d'art moderne Lille Métropole
Musée Picasso (Paris)
Distinctions Prix de l'Équerre d'argent (1985)
Grand prix national de l'architecture (1977)

Roland Simounet, né le à Guyotville (Algérie) et mort le à Paris, est un architecte français, lauréat du grand prix national de l'architecture en 1977.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Roland Simounet est né le 31 août 1927 à Guyotville, près d’Alger. À vingt ans; il fréquente l’École d’architecture d’Alger puis celle de Paris. Dès 1951, il commence à construire. La même année, il est membre-étudiant du groupe CIAM-Alger animé par Pierre André Emery, Jean de Maisonseul, Louis Miquel et Jean-Pierre Faure. Il mène une enquête sociale dans le plus grand bidonville urbain d’Alger. Il y découvre ce que l’enseignement ne lui apporte pas.

Période algérienne[modifier | modifier le code]

Ses premières réalisations l’occupent et le passionnent ; en 1952, il crée un bureau à Alger. 1953, il participe au IXe CIAM (Congrès international d’architecture moderne) à Aix-en-Provence, dont le thème est la «charte de l’habitat». 1954-55, il est conseiller technique pour l’habitat à l’Agence du plan de la Ville d’Alger. Parallèlement, il poursuit ses recherches sur la résorption des bidonvilles, le «plus grand nombre» et l’utilisation des terrains à forte pente. De nombreuses applications suivent jusqu’à la réalisation, en 1956-58, de la cité de transit de Djenan el-Hassan, synthèse de toutes ses recherches antérieures. Djenan el-Hasan le fait connaître à travers le monde. Après le séisme d’Orléansville, il y étudie, avec Louis Miquel, un centre culturel. 1955-1959, Maisonseul et Albert Camus participent à l’orientation de ce programme : le cercle des amis s’agrandit. En 1958, il est désigné pour créer de toutes pièces la nouvelle agglomération de Timgad aux abords des célèbres vestiges de la ville romaine. L’Algérie est déchirée par la guerre ; il fonde avec quelques amis d’Albert Camus, le Comité pour la trêve civile en Algérie. 1960, il participe à la commission Habitat du plan de Constantine. Cette même année, il est appelé à Paris pour étudier un ensemble de 70 logements pour les «asociaux» (futur quart-monde) à Noisy-le-Grand. 1961, il rencontre Le Corbusier puis Jean Prouvé. 1962, il est en mission au Venezuela pour le plan directeur de Valencia et propose des solutions pour la résorption des barrios ; en Haute-Volta où il réalise, en terre stabilisée, deux monastères ; puis à Tananarive pour reconnaître le site de la future université. 1962-1963, il enseigne à l’École d’architecture d’Alger.

Période parisienne[modifier | modifier le code]

1963, il crée un bureau à Paris d’où il réalise la résidence universitaire de Madagascar à Tananarive en 1962-1970 ; 200 classes primaires et deux lycées au Sahara en 1963-1968 ; la résidence de l’ambassade de France à Alger, en 1964 ; de nombreux logements dans la région parisienne et en Alsace (ceux de Neuf-Brisach seront réalisés en 1968-1970). 1968, il étudie la «bibliothèque des Halles» sur le site du futur Centre Pompidou. 1969-1971, il réalise un ensemble de maisons en Corse qui, par leur simplicité et leur rigueur, le font redécouvrir en France et saluer dans le monde entier. De 1970-1973, il anime les Ateliers de l’abbaye, à Paris, et organise plusieurs expositions d’art contemporain et des concerts. Il rencontre Alvar Drouin et Pierre Henri. 1970-1973, il convertit le palais abbatial de Saint-Germain-des-Prés en locaux universitaires.

Logements étagés en terrasses, École d’architecture de Grenoble, grande demeure près de Toulon, rénovation de l’îlot 1 de Saint-Denis Basilique, étude du musée d’Art islamique du Caire, logements dans la région parisienne (Évry-Courcouronnes et Cergy-Pontoise) et restructuration du carrefour Pleyel à Saint-Denis, alternent avec la réalisation du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, à Nemours, en 1976-1980, du musée d’Art moderne du Nord à Villeneuve-d’Ascq, en 1979-1983, et du musée Picasso à Paris en 1976-1985. Ces réalisations, en particulier le prestigieux musée Picasso, renforcent encore sa notoriété en France et dans le monde entier. En 1984, il entreprend l’étude pour la restructuration du Carrefour Pleyel à Saint-Denis, qui se prolongera jusqu’en 1995. Les études qu’il mène pour une agglomération dans le Vaucluse (Golf Saint-Jean), le musée Rodin à Paris, le centre culturel de Belem à Lisbonne, un hôtel à Auvers-sur-Oise, l’École d’art d’Avignon, l’École des beaux-arts de la ville de Paris, alternent alors avec la réalisation d’un ensemble de logements en bordure du Parc André Citroën à Paris, de logements sociaux dans le quartier des Moulins-Gémeaux à Saint-Denis, et de l’École nationale supérieure de danse à Marseille. Importantes études architecturales pour l’aménagement des abords du Mont-Saint-Michel ; concours, à la demande du roi du Maroc, pour le centre des congrès d’Agadir ; étude pour le Fort Saint-Jean à Marseille ; immeubles de logements à Rennes ; logements sociaux au Carrefour Pleyel à Saint-Denis ; étude pour l’Ile des musées à Berlin et ensembles de logements à Paris et Nancy... ; on n’en finirait pas d’énumérer les travaux pour lesquels il s’investit totalement. Il faut citer enfin les réaménagements dans le musée Picasso à Paris, et l’immeuble de logements pour la Ville de Paris dans le XVe arrondissement, dont il n’aura pas pu suivre la réalisation.

Il est décédé à Paris le 10 février 1996 à l’âge de soixante-neuf ans.

Notoriété et distinctions[modifier | modifier le code]

Roland Simounet a aussi participé à de nombreuses expositions à travers le monde – dès 1957, à la XIe Triennale de Milan – et a donné des conférences à Paris, Le Caire, Rome, Lisbonne, Tunis, Haïti... Il a été membre de nombreux jurys, dont celui de l’Académie de France à Rome (1978-1979), et le Master Jury du prix Agha Khan d’architecture (1984). Il fut membre du conseil d’administration de la Fondation Le Corbusier, de l’Académie de France à Rome, de l’Académie française d’architecture et de l’Académie internationale d’architecture. Grand prix national d’architecture en 1977. Grande médaille d’honneur de l’Académie d’architecture pour l’ensemble de ses travaux en 1982. Équerre d’argent 1985 pour le musée Picasso. Commandeur de l’ordre des Arts et Lettres. Chevalier de la Légion d’honneur. Officier du Mérite national.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Notes références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Simounet 1951-1996. D'une architecture juste, Le Moniteur, coll. « Monographie d'architecture », , 208 p. (ISBN 978-2281190953)
  2. « Roland Simounet «  LaM », sur www.musee-lam.fr (consulté le 15 avril 2017)
  3. Marseille, 1945-1993 sur Google Livres
  4. « Historique », sur ecole-danse-marseille.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Simounet 1951-1996. D'une architecture juste, Le Moniteur, coll. « Monographie d'architecture », , 208 p. (ISBN 978-2-281-19095-3)
  • Roland Simounet, Traces écrites, préface de Jean de Maisonseul, coll "Méditerranée Vivante", Domens, 1997, (ISBN 978-2-910457310)
  • Richard Klein, Roland Simounet à l'œuvre : Architecture 1951-1996, Musée d'art moderne Lille Métropole, , 168 p. (ISBN 978-2-869-61060-6)
  • Richard Klein, Roland Simounet : dialogues sur l'invention., Le Moniteur, , 172 p. (ISBN 978-2-281-19248-3)
  • Kumido Soda, « La réalisation de la nouvelle agglomération de Timgad pendant la guerre d’Algérie : Roland Simounet et sa “mission impossible” », Livraisons d’histoire de l’architecture, 2005, 9, p. 149-159 lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]