Rabah Bitat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rabah Bitat
Image illustrative de l'article Rabah Bitat
Fonctions
Président de l'Assemblée populaire nationale

(13 ans 7 mois et 2 jours)
Prédécesseur El Hadj Benalla (président de l'Assemblée nationale)
Successeur Abdelaziz Belkhadem
Président de la République algérienne démocratique et populaire
(intérim)

(1 mois et 13 jours)
Prédécesseur Houari Boumédiène
Successeur Chadli Bendjedid
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Aïn Kerma (Algérie)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité algérienne
Religion Islam

Rabah Bitat
Présidents de la République algérienne
démocratique et populaire

Rabah Bitat, né le à Aïn Kerma (actuelle Messaoud Boudjriou, wilaya de Constantine) et mort le à Paris, est un militant nationaliste et homme politique algérien, un des fondateurs du Front de libération nationale en 1954, et, après l'indépendance, plusieurs fois ministre. Il a aussi été président de la République par intérim durant 45 jours en 1978, suite au décès de Houari Boumédiène.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'engagement nationaliste[modifier | modifier le code]

Il adhère jeune au Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj, puis au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD). Après la guerre, il fait partie de l'Organisation spéciale (OS), branche clandestine du MTLD. Suite à l’attaque de la poste d’Oran, il est condamné par contumace à dix ans de prison.

Au cours de l'année 1954, alors que le MTLD connaît un conflit grave entre « messalistes » et « centralistes », il répond favorablement au projet de Mohamed Boudiaf et Mourad Didouche de créer un parti vraiment révolutionnaire et il est l'un des militants, souvent des anciens de l'OS, à l'origine du Comité révolutionnaire d'unité et d'action ; en août 1954, après la « réunion des 22 », il est un des six membres[1] du conseil dirigeant du CRUA et lorsque celui-ci devient le FLN en octobre, il fait encore partie du conseil porté à neuf membres par l'entrée des trois délégués au Caire (Aït Ahmed, Ben Bella, Khider).

La guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Dès la création du FLN, Rabah Bitat est responsable de la zone 4 (Algérois)[2]. Le 1er novembre 1954, jour de la Toussaint rouge, il organise l'action dans cette zone.

Après l'indépendance[modifier | modifier le code]

Vice-président du conseil dans le premier gouvernement d'Ahmed Ben Bella le , il démissionne en novembre 1963.

Après avoir rejoint l'opposition à Paris, il rallie le coup d'État du colonel Boumediène () et est nommé ministre d'État sans portefeuille le .

Il devient ministre des Transports le , poste qu'il occupe jusqu'au , devenant président de la première Assemblée populaire nationale.

Constitutionnellement, il est le second personnage de l'État, aussi, à la mort de Houari Boumédiène le , il assure l'intérim de la présidence de la République algérienne démocratique et populaire durant les 45 jours prévus par la constitution pour organiser une nouvelle élection présidentielle.

Il est réélu président de l'Assemblée nationale en 1982, 1987 et 1989, mais démissionne le pour exprimer son désaccord avec la politique suivie par le président Chadli Bendjedid.

Retiré de la vie politique pendant une décennie, il soutient activement la candidature d'Abdelaziz Bouteflika en 1999 ; élu, celui-ci le désigne comme envoyé spécial pour plusieurs missions et le charge de le représenter personnellement lors de l'investiture de Thabo Mbeki en Afrique du Sud.

Il meurt le à l'hôpital Broussais à Paris.

Hommages[modifier | modifier le code]

L'aéroport d'Annaba porte son nom.

« Groupe des six », chefs du FLN. Photo prise peu avant le déclenchement des hostilités le . De gauche à droite, debout : Rabah Bitat, Mostefa Ben Boulaïd, Mourad Didouche et Mohamed Boudiaf ; assis : Belkacem Krim et Larbi Ben M'hidi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir photographie ci-contre.
  2. « Wilaya IV » à partir du congrès de la Soummam en 1956, mais sans Alger qui forme la Zone autonome