Sourire kabyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le groupe de punk français homonyme, voir Sourire kabyle (groupe).

Le sourire kabyle était une méthode d'assassinat employée par des éléments du FLN pendant la guerre d'Algérie, consistant en l’égorgement de la victime[1].

Parfois, les parties génitales de la personne assassinée étaient coupées, et introduites dans la plaie ainsi élargie.

Des Harkis en furent victimes[2]. Cette pratique a également été appliquée par le Groupe islamique armé (GIA) durant la Guerre civile algérienne dans les années 1990[3].

Selon Jacques Duquesne, journaliste à La Croix à Alger à la fin des années 1950 :

« On parlait dans l'armée du « sourire kabyle » : égorgement de pieds-noirs ou d'Algériens supposés favorables à la France dont on avait tranché le cou et fourré le sexe dans la plaie[4]. »

Parfois, notamment lors de l'embuscade de Palestro en 1956, cette pratique a été appliquée sur des cadavres, s'y ajoutant l'éviscération[5].

Une pratique proche qui consiste à « élargir » la bouche de la victime, et non sa gorge est connue dans le monde anglophone comme le Glasgow smile.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi : la guerre sans nom, documentaire de Bertrand Tavernier, 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]