Jay Electronica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jay Electronica
Description de cette image, également commentée ci-après

Jay Electronica en 2010.

Informations générales
Surnom Je’Ri Allah, Jay Elect, Jota Flowers, The Almighty Elohim, Style War Jay
Nom de naissance Timothy Elpadaro Thedford
Naissance (39 ans)
La Nouvelle-Orléans, Louisiane, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur
Genre musical Hip-hop
Années actives Depuis 2004
Labels The Dogon Society, Roc Nation

Jay Electronica, de son vrai nom Timothy Elpadaro Thedford, né le à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, est un rappeur et producteur américain. Electronica se popularise après la publication de sa composition Act I: Eternal Sunshine (The Pledge), sur sa page MySpace en 2007, et est considérée comme un « classique qui ne vieillit pas » par le magazine Vibe[1]. En fin 2009, il publie deux singles, produits par Just Blaze, Exhibit A et Exhibit C, le dernier ayant remporté un Sucker Free Summit Award for Instant Classic. En novembre 2010, Jay Electronica signe au label Roc Nation de Jay Z[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts (1976–2006)[modifier | modifier le code]

Thedford est né le 19 septembre 1976, à La Nouvelle-Orléans, dans les Magnolia Projects renommées pour un taux de criminalité élevé, et dévastées en 2005 par l'ouragan Katrina. Thedford se lance dans le rap grâce à son oncle. À 19 ans, Jay Electronica quitte La Nouvelle-Orléans pour poursuivre sa carrière musicale. Issu d'un mode de vie nomade, il trouve refuge dans des cités de Philadelphie, Baltimore, Détroit, et New York, puis brièvement d'Atlanta. De club en club, et de scène en scène, Electronica est souvent hué à cause de son accent sudiste et ses termes argotiques. « À mes débuts, quand j'ai quitté la maison, je voulais pas qu'on sache que j'étais du Sud », explique Thedford. « Pas depuis toujours mais depuis que je suis rappeur, à cause de tous les trucs négatifs que les gens balancent sur le Sud[3]. »

La carrière d'Electronica prend réellement forme à Détroit lorsqu'il s'associe avec le rappeur local Johnnie Last. À Détroit, Electronica rencontre le producteur et ingénieur-son Mike « Chav » Chavarria, actuellement un collaborateur habituel, qui le présentera à J. Dilla et Mr. Porter[4],[5].

Act I: Eternal Sunshine (The Pledge) et Roc Nation (2007–2010)[modifier | modifier le code]

Jay Electronica se popularise significativement grâce à Act 1: Eternal Sunshine (The Pledge), publié sur sa page MySpace en 2007. Sa nature musicale mène à un intérêt grandissant du public pour Electronica. Des chansons mises en ligne sur Internet, et extraites de l'EP Style Wars circulent massivement, et d'autres chansons, comme Dimethyltryptamine commencent à apparaître. En janvier 2008, le Gilles Peterson Worldwide de Giles Peterson se consacre au rappeur[6]. HipHopDX le considère en 2008 comme « sans doute... le nouveau emcee dont on a le plus souvent parlé l'année dernière... à la fois... plus comme un mythe ou une légende urbaine que rappeur[7] », et URB crée une histoire fictive sous le titre de Jay Electronica: A Spotless Mind :: An MC’s Mystery Revealed, qui fait référence à l'artiste comme « une sorte de Jack Kerouac du hip-hop[4]. »

Un article de Jeff Weiss pour le L.A. Weekly, Jay Electronica: Much Better Than His Name Would Suggest, explique que le rappeur peut être décrit comme « le rappeurs ayant fait le plus parlé de lui en 2008 » ; URB décrit l'album similaire à ceux de Nas et Pharoahe Monch[8],[9]

Act II: Patents of Nobility (The Turn) (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Le 12 novembre 2010, Jay-Z annonce officiellement Jay Electronica comme membre de son label Roc Nation, qui recense des artistes comme J. Cole, et Willow Smith. Avant sa signature chez Roc Nation en 2010, Jay Electronica était le signé protégé de Bad Boy Records, un label dirigé par Sean « Diddy » Combs[10]. En juillet 2011, Jay Electronica annonce sur Twitter avoir achevé son album, Act II: Patents of Nobility (The Turn)[11]. Le 10 octobre 2011, Jay Electronica publie la chanson Call of Duty en featuring avec Prodigy de Mobb Deep. Il explique que le single ne sera pas sur l'album. Le 8 mars 2012, Jay Electronica explique que son album sera publié au label Roc Nation[12]. Le 15 mars 2014, Jay Electronica publie la chanson Better In Tune With The Infinite en featuring avec LaTonya Givens. La chanson reprends le monologue du professeur Marvel dans le film Le magicien d'Oz[13].

Le 6 mars 2015, Jay Electronica publie Road to Perdition en featuring avec Jay-Z. La chanson reprend le discours A Time for Choosing de Ronald Reagan[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jay Electronica et la chanteuse Erykah Badu ont une fille nommée Mars Merkaba, née le 1er février 2009[15],[16]. Le 2 juin 2012, il est annoncé que l'épouse de Ben Goldsmith, Kate Rothschild, aurait trompé son mari pendant un an avec Electronica. Après la découverte de messages entre lui et Rothschild, avec qui il a mis au monde trois enfants et est resté pendant onze ans, Goldsmith annonce son divorce pour des cas d'adultère[17]. Electronica est affilié à la Five-Percent Nation et à la Nation of Islam[18]. Il réside actuellement à Londres, au Royaume-Uni[19].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Act II: Patents of Nobility (The Turn)

EP[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Style Wars EP

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Act I: Eternal Sunshine of a Spotless Mind (The Pledge)

Album collaboratif[modifier | modifier le code]

  • 2008 : FWMJ & Jay Electronica Present Scratches & Demo Tape Volume I

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Exhibit A (Transformations)[20]
  • 2009 : Exhibit C[21]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Prestige, The Five Percenters, and Why Jay Electronica Hasn’t Released His Debut Album », sur Vibe Magazine,‎ (consulté le 13 octobre 2015).
  2. (en) Omar Burgess, « Jay-Z Signs Jay Electronica To Roc Nation | Get The Latest Hip Hop News, Rap News & Hip Hop Album Sales », HipHopDX,‎ (consulté le 20 février 2011).
  3. (en) « Jay Electronica Interview », sur MTV News (consulté le 25 mars 2015).
  4. a et b (en) Jesse Serwer. Jay Electronica: A Spotless Mind :: An MC’s mystery revealed, URB #152, janvier 2008.
  5. (en) Prime Productions Posse: Just Blaze, Mike Chav, Jay Electronica, guitarcenter.com, octobre 2008, (consulté le 25 mars 2015).
  6. « Giles Peterson Worldwide » (consulté le 13 octobre 2015).
  7. (en) Aliya Ewing, « Nas Big Ups Jay Electronica », sur HipHopDX,‎ (consulté le 13 octobre 2015).
  8. (en) Jeff Weiss. Jay Electronica: Much Better Than His Name Would Suggest, LA Weekly, 4 avril 2008, (consulté le 25 mars 2015).
  9. (en) Andres Tardio. "Nas Co-signs Jay Electronica", hiphopdx.com, 19 mai 2008, (consulté le 25 mars 2015).
  10. « Jay Electronica Tha Hip Hop Interview », sur wmdeez.wordpress.co,‎ (consulté le 25 mars 2013).
  11. (en) « Jay Electronica’s album is completed », sur Hypertrak (consulté le 13 octobre 2015).
  12. (en) « Jay Electronica Says Act II Is Completed »,‎ (consulté le 13 octobre 2015).
  13. (en) « Jay Electronica - Better In Tune With The Infinite (Ft. LaTonya Givens) », http://www.indieshuffle.com (consulté le 17 mars 2014).
  14. (en) « Hear Jay Electronica Sample Jay Z for Anthemic 'Road to Perdition' », sur Rolling Stone,‎ (consulté le 2 juin 2015).
  15. (en) Erykah Badu and Jay Electronica Welcome a Daughter, Celebrity Baby Blog, 2 février 2009, (consulté le 2 octobre 2013).
  16. (en) Erykah Badu and Jay Electronica Welcome, Celebrity Baby Blog, 3 février 2009, (consulté le 2 octobre 2013).
  17. (en) Rothschild heiress's marriage to Goldsmith heir is over ... after she falls for a rapper called Jay Electronica, by Katie Smith, Daily Mail, 2 juin 2012, (consulté le 2 octobre 2013).
  18. (en) « Minister Louis Farrakhan's Letter on Jay Electronica, Brooklyn Hip Hop Festival », sur finalcall.com (consulté le 13 octobre 2015).
  19. (en) « Just Blaze Talks Hip-House, Says He's Not Working With Jay Electronica At The Moment Get The Latest Hip Hop News, Rap News & Hip Hop Album Sales », sur HipHopDX,‎ (consulté le 9 mai 2012).
  20. « Exhibit A - Jay Electronica », iTunes Store, Apple (consulté le 22 janvier 2013).
  21. (en) « Exhibit C - Jay Electronica », iTunes Store, Apple (consulté le 22 janvier 2013).

Lien externe[modifier | modifier le code]