Vice Media

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vice Media
logo de Vice Media

Création 1994
Fondateurs Suroosh Alvi (en)
Gavin McInnes
Shane Smith (en)
Siège social Williamsburg, New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Actionnaires The Walt Disney Company (21 %)
A&E Television Networks (10 %)
21st Century Fox (6 %)
Activité Média, presse écrite, musique
Site web vice.com

Vice Media est un groupe de médias initialement développé autour du magazine Vice créé en 1994 avec une diversification comme l'édition avec Vice Books ou la musique avec Vice Records puis par des acquisitions. Depuis 2012, des groupes de média internationaux comme 21st Century Fox et The Walt Disney Company sont entrés au capital de la société.

Histoire[modifier | modifier le code]

1994-2005 : Premières années[modifier | modifier le code]

Vice Magazine est créé en octobre 1994 sous le nom de Voice of Montreal[1] par trois jeunes Canadiens : Suroosh Alvi (en), Gavin McInnes et Shane Smith[2]. À l'époque, il n'était alors qu'un simple fanzine distribué dans les rues de la métropole québécoise, et était financé par l'État en tant que programme de réinsertion pour jeunes drogués[3]. Tandis que le magazine veut s'affranchir de ses obligations en 1996, les rédacteurs rachètent le titre à l'éditeur et le rebaptisent Vice[4]. L'entreprise rencontre toutefois des difficultés à développer son activité depuis le Canada[5].

À la suite d'un investissement de 4 millions d'USD par le canadien Richard Szalwinski, Vice déménage à New York en 1999[6]. Puis en 2001, les fondateurs décident de s'installer dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn[6].

2006-2011 : Développement sur Internet[modifier | modifier le code]

En 2006, sur les conseils du directeur créatif Spike Jonze, Vice a commencé à se développer dans la vidéo numérique, en lançant le service vidéo VBS.tv, partenariat avec MTV Networks[7] ,[8]. VBS a gagné une base de fans avec des émissions comme The Vice Guide To Travel, Epicly Later'd, Toxic et Hamilton's Pharmacopeia[9]. Les documentaires de la chaîne présentaient des sujets inhabituels et étaient animés par des jeunes travaillant chez Vice Media, souvent les fondateurs eux-mêmes.

En 2007, Vice Media a commencé à développer de manière agressive ses activités de vidéo numérique, en lançant de nouvelles chaînes, telles que Motherboard (tech), Noisey (musique) ou The Creators Project, un site d'art/technologie lancé en 2012 en partenariat avec Intel[10]. Vice Media lance plus tard des sites autour de la culture musicale électronique (Thump), de l'actualité mondiale (Vice News), de la nourriture (Munchies) et du sport (Vice Sports). De plus, Vice Media lance le Virtue Worldwide, une agence de services créatifs, pour élargir ses capacités de travail autour de ses plateformes[11]. Durant cette période, Santiago Stelley assure le rôle de directeur du contenu de VBS.tv (2006-2010) et de directeur créatif de Vice Media (2010-2012)[12].

En , le cofondateur Gavin McInnes quitte Vice Media en raison de «différences créatives» avec l'entreprise[13] et fonde le site Web streetcarnage.com . Il a ensuite cofondé Rooster, une agence de publicité[14]. Selon le site Columbia Journalism Review, Vice a modifié des images durant le montage pour diffuser des scènes plus divertissantes ou percutantes. Ainsi, dans un documentaire sur la Libye de 2011, une voix-off du reporter affirme qu'il était allé sur la ligne de front pendant une offensive, tandis qu'une source affirme que seul un caméra-man avait pas fait le voyage sans journaliste[15]

Depuis 2012 : Entrée des groupes de média internationaux[modifier | modifier le code]

En 2012, Vice Media poursuit son expansion en se concentrant sur les actualités et l'actualité. Le , Vice annonce le lancement de productions avec HBO pour la télévision[16] mais marque aussi l'arrêt de VBS.tv. Vice commence à produire des films comme UK's Scariest Debt Collector, Swansea Love Story, World's Scariest Drug, et Inside the Superhuman World of the Iceman via leur site internet principal et leur chaîne YouTube, ainsi que de nouvelles séries comme Slutever, Fringes, Love Industry et High Society[17]. Comme les précédents contenus de Vice, les films et séries disponibles en ligne utilisent presque toujours des présentateurs comme que Thomas Morton, Ryan Duffy, Matt Shea, Karley Sciortino, Charlet Duboc et Krishna Andavolu. En décembre 2012, Vice rachète le magazine I-D[18].

Le , l'émission Vice débute sur HBO mais aussi gratuitement sur Youtube[19]. Le , Rupert Murdoch au travers de la société 21st Century Fox investit 70 millions d'USD dans Vice Media soit 5 % du capital[20],[21]. Le , Vice annonce avoir acheté l'agence de création numérique Carrot Creative, basée à Brooklyn[22] par échange d'action et liquidité pour une somme entre 15 et 20 millions d'USD[23].

Le , Vice lance sa propre chaîne d'information Vice News[24] bien qu'annoncée depuis . La chaîne a presque immédiatement attiré l'attention du monde entier pour sa couverture des manifestations et des conflits en Ukraine et au Venezuela[24]. En , le responsable du bureau des nouvelles de la BBC affirme qu'il fournisse un service rattrapage pour Vice News[25]. Le , Vice Media déménage son siège social au 30 South Second Street dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn, un bâtiment industriel de 60 000 pieds carrés (5 574,1824 m2)[26]. L'espace était précédemment occupé par des salles de spectacles 285 Kent, Death by Audio et Glasslands et nécssite 20 millions d'USD de travaux dans le cadre d'une location de 8 ans[27]. Mais l'état de New York au travers du fond Empire State Development a octroyé une réduction d'impôts de 6,5 millions d'USD pour aider à la création d'un lieu de production télévisuelle[28]

Le , A&E Television Networks investit 250 millions d'USD en prenant 10 % du capital de Vice Media[29],[30]. A&E Television Networks est une coentreprise détenue par Hearst Corporation et The Walt Disney Company. Le , A&E Television Networks annonce que sa chaîne H2, déclinaison de History, serait remplacée par une chaîne Vice en 2016[31]. Le , HBO renouvelle son contrat avec Vice pour diffuser durant quatre ans l'émission de télévision hebdomadaire de reportages Vice[32] ainsi que le lancement d'un programme quotidien vespéral, le Vice News Tonight[33],[34],[35],[36].

Le , plusieurs journaux déclarent que Disney serait en train de négocier son entrée au capital de Vice Media alors que sa filiale A&E Television Networks détient déjà 10 %[37],[38],[39]. Le , Vice Media annonce le lancement de sa chaîne pour le tandis que Disney investit 200 millions d'USD dans la société[40],[41],[42]. Le , Disney dépense 200 millions d'USD supplémentaires et double son investissement dans Vice portant sa participation initiée en novembre à 10 % du capital[43],[44],[45],[46],[47]. Cette participation s'ajoute à celle indirecte d'A&E Television Networks[46].

Le , Vice Media s'associe au banquier Matthieu Pigasse en échange d'une participation dans Vice France pour lancer une chaîne de télévision en France[48]. Le , Canal+ annonce le lancement de la chaîne Viceland en France à l'automne 2016 en exclusivité pour les abonnés Canalsat[49],[50]. Le , Vice Media et ESPN, désormais filiales de Disney, annoncent un partenariat de distribution et de production de contenu[51],[52]. Le , le Wall Street Journal revient sur le partenariat entre Disney et Vice Media qui n'arrive pas à aider à toucher la jeune population masculine[53].

Le , Vice Media annonce un apport de capital de 450 millions d'USD par TPG Capital (près de 8 %) donnant au groupe de média une valorisation de 5,7 milliards[54],[55],[56].

Le , Vice Media suspend deux responsables à cause de soupçons de harcèlements sexuels, dans le climat des suites de l'affaire Harvey Weinstein, le président Andrew Creighton et le directeur de la transformation numérique Mike Germano[57],[58]. Le , Disney rapporte une perte financière de 157 millions d'USD liée à Vice Media dans son rapport comptable tandis que Vice réduit ses effectifs de 15 %[59],[60],[61]. Les 400 millions d'USD investis par Disney en 2015 avaient établi une valorisation boursière de Vie Media à 4 milliards de dollars mais cette écriture comptable sous-entend que cette valeur serait retombé à 3,25 milliards fin 2018. En , à la suite de l'acquisition de la 21st Century Fox, Disney possède directement 15 % de Vice Media et 10% au travers de A&E Television Networks.

Le , Disney publie un rapport trimestriel comportant une charge pour dépréciation de 353 millions d'USD liée à Vice Media[62],[63],[64],[65]. Variety indique Disney détient directement 21 % de Vice Media ainsi que 6% obtenu par l'acquisition de la Fox[62] traduisant le retrait d'autres actionnaires alors qu'un consortium mené par 23 Capital et Georges Soros a investi 250 millions une semaine auparavant[62].

Le , plusieurs éléments internes à Vice Media préfigurent le changement de nom de Viceland' en Vice TV comme les supports publicitaires, les pages de réseaux sociaux ou une interview de la CEO Nancy Dubuc[66]. Aucune date officielle n'est annoncée et en en , le nom Viceland est toujours utilisé[67]. Le , Vice Media annonce l'achat du site d'information féminin Refinery29 pour 400 millions d'USD[68],[69].

Produits[modifier | modifier le code]

Vice, le magazine

Vice est un magazine mensuel gratuit et international créé en 1994 à Montréal (Québec, Canada), axé sur la culture urbaine et indépendante, la photographie, l'art et la musique. Vice traite également de sujets de société beaucoup plus profonds, qu'il s'agisse de guerres, d'écologie, de spiritualité ou de sciences humaines.

Vice News le site internet d'information.

Vice News est le pendant de l’empire Vice sur Internet. Prolongeant le modèle qui a fait le succès de l’édition papier, ses visiteurs peuvent y trouver l'intégralité des numéros du magazine (en cours ou archivés), l’humour, l’esprit et le contenu original qui nourrit leurs attentes. De plus, Vice News propose des sujets et des services exclusifs au site ainsi qu’un blog mis à jour quotidiennement. Il comprend aussi VBS.TV est la chaîne de télévision de Vice sur Internet. Avec le réalisateur Spike Jonze pour directeur artistique, VBS produit un contenu vidéo original à 100 %. Lancé en en partenariat avec Viacom, VBS est aujourd’hui reconnue comme la première web TV internationale. Elle diffuse plus de 40 émissions qui couvrent notamment les domaines de l’information, de la culture, de la musique, de l’environnement[70] et du sport[71]. VBS propose chaque jour plus de 30 minutes de contenus inédits, s’assurant ainsi une base fidèle de spectateurs passionnés en constante augmentation. Elle est disponible en France depuis 2009.

Vice Records

Vice a créé Vice Records son propre label discographique en 2002. Le label compte des artistes reconnus internationalement tels que les Black Lips, Chromeo, Dark Meat, ou encore Japanese Motors.

Vice Books

Vice Books est la maison d'édition attitrée du magazine pour toutes les parutions qui touchent en son cercle. Elle inclut ainsi Skins and Punks de Gavin Watson, True Norwegian Black Metal de Peter Beste, The Vice Photo Book (une anthologie compilant plus de 13 ans d'histoire photographique du magazine), le Vice Guide to Sex and Drugs and Rock and Roll ainsi que Dear Diary par Lesley Arfin (en) et Skinema, de Chris Nieratko (en).

Vice TV

Initialement nommée Viceland, Vice TV est une chaîne de télévision internationale lancée en 2016 dont le contenu est produit par Vice Media

Siège social à Brooklyn[modifier | modifier le code]

Nouveau siège social de Vice Media au 55 Washington Street dans Dumbo (Brooklyn).

Le , Vice Media déménage son siège social au 30 South Second Street dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn, un bâtiment industriel de 60 000 pieds carrés (5 574 m2)[26]. Mais annonce aussi qu'elle va déménager son siège social qu'elle occupe depuis 1999 vers le 55 Washington Street dans Dumbo permettant selon le Wall Street Journal de doubler sa surface et d'embaucher 500 employés supllémentaires[72].

Vice France[modifier | modifier le code]

Vice France est une coentreprise entre Vice Média et Les Nouvelles Éditions indépendantes (LNEI) depuis [73]. Le groupe LNEI et Vice France étaient déjà alliés, Vice commercialisant le site de Radio Nova, propriété du groupe LNEI.[réf. nécessaire]

Vice France est depuis partenaire de France 4 pour laquelle il produit les émissions Grand Central et Le Point ainsi que des documentaires.

Le groupe serait en discussion pour créer une version française de la chaîne de télévision Viceland, sur le modèle de celle lancée fin février aux États-Unis et au Canada[74]. Le , Canal+ annonce le lancement de la chaîne Viceland à l'automne 2016 en exclusivité pour les abonnés Canalsat[75].

Le , Vice annonce qu'il sera principal sponsor maillot de l'équipe de football parisienne du Red Star basé à Saint-Ouen[76].

Selon le quotidien Libération, le média Vice France est marqué en 2018 par une confusion croissante entre contenus rédactionnels et publicitaires, ainsi que par une situation tendue entre personnels et direction. La chaîne Viceland, lancée en , connaîtrait des scores d'audiences très faibles[77].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Iris Deroeux, « Vice : Notre magazine est un omnibus », sur Libération Écrans (consulté le 23 juillet 2013).
  2. (en) Vanessa Grigoriadis, « The Edge of Hip: Vice, the Brand », The New York Times, .
  3. (en-US) « How Shane Smith Built Vice Into a $2.5 Billion Empire » (consulté le 8 août 2017)
  4. (en) Guillaume Renouard, « Vice, une étrange odyssée », sur Ragemag.fr, (consulté le 27 février 2014).
  5. « Vice Media to Launch Cable TV Channel in Canada », sur The Hollywood Reporter (consulté le 29 février 2016)
  6. a et b (en-US) « How a little magazine called Vice conquered the media world: Welcome to Viceland », sur Montreal Gazette, (consulté le 31 mars 2017)
  7. (en) « The Snarky Vice Squad Is Ready to Be Taken Seriously. Seriously. », sur Wired, (consulté le 16 janvier 2020)
  8. « A Guerrilla Video Site Meets MTV », sur The New York Times (consulté le 29 février 2016)
  9. Simonini, Ross. "A Psychonaut's Adventures in Videoland", The New York Times, February 10, 2012
  10. (en) « The Creators Project, a partnership between Intel and VICE », sur https://shortyawards.com/ (consulté le 16 janvier 2020)
  11. (en) « With Virtue, Media Brand Vice Helps Marketers Tap Its Genius » (consulté le 31 mars 2017)
  12. Derrick, Lisa. "Vice TV: Revolutionary, Bold Pop Culture Explorations", The Huffington Post, November 12, 2009
  13. Pareene, « Co-Founder Gavin McInnes Finally Leaves 'Vice' »
  14. « How an ex-Vice troublemaker is helping make brands funny », sur digiday.com, (consulté le 16 janvier 2020)
  15. Chris Ip, « The cult of Vice », sur Columbia Journalism Review (consulté le 15 mars 2018)
  16. (en) « HBO Gave Us Our Own TV Show », sur Vice.com, (consulté le 16 janvier 2020)
  17. (en) « VICE », sur YouTube (consulté le 29 mars 2019)
  18. Clément Ghys et marie Ottavi, « Vice magazine s’offre i-D », sur Libération, (consulté le 20 décembre 2012).
  19. « Watch the first episode of our HBO show », sur Vice.com, Vice Media (consulté le 28 avril 2013)
  20. (en) Ben Quinn, « Rupert Murdoch firm dips into hipsters' bible with $70m stake in Vice », The Guardian, (consulté le 17 août 2013).
  21. (en) Anthony Ha, « Fox Invests in Vice, A Media Company That Makes Money Being Terrible And Brilliant », sur TechCrunch, AOL, Inc, (consulté le 17 août 2013).
  22. (en) « VICE Acquires Full-Service Digital Agency Carrot Creative », .
  23. (en) Ravi SOMAIYA, « Vice Media Buys a Tech Company to Experiment With Content Distribution », The New York Times, .
  24. a et b (en) Jeff Bercovici, « Vice News Launches, Promising 'Changing Of The Guard In Media' », sur Forbes, (consulté le 16 janvier 2020)
  25. John Plunkett, « BBC playing 'catch-up' with Vice News, says Newsbeat editor », sur TheGuardian.com, Guardian News and Media Limited (consulté le 29 octobre 2014)
  26. a et b (en) Laura Kusisto, « Vice Media Moving to New Williamsburg Headquarters », sur The Wall Street Journal, (consulté le 2 octobre 2014).
  27. Jordan Sargent, « No One Wants To Say It, But Vice Is Displacing Brooklyn Institutions », sur Gawker, Gawker, (consulté le 8 novembre 2014)
  28. Mark Fahey, « Vice Media grows in Brooklyn », sur Crain's, Crains Communications Inc, (consulté le 8 novembre 2014)
  29. (en) « Vice Media Stakes Future on A&E Networks Deal », The New York Times, .
  30. (en) « Walt Disney’s A&E To Buy Percentage Of Vice Media ».
  31. (en) Nellie Andreeva, « A+E Networks’ H2 To Be Rebranded As Vice. », sur deadline.com, (consulté le 9 décembre 2015)
  32. Julia Boorstin, « Vice to launch daily news show for HBO », sur CNBC, (consulté le 31 mars 2017)
  33. (en-US) Greg Evans, « HBO's Ambitious 'Vice News Tonight' Postpones Launch By Two Weeks », sur Deadline, (consulté le 8 mars 2017)
  34. (en) « 'Vice News Tonight' casts wide net on HBO », sur USA TODAY (consulté le 8 mars 2017)
  35. (en) « HBO's Vice News Tonight Is Doing Something Right », sur Vulture (consulté le 8 mars 2017)
  36. « 'Vice News Tonight' Seeks To Reinvent TV News For Millennials », sur NPR.org (consulté le 14 juin 2017)
  37. (en) Claire Atkinson, « Disney near deal to buy a stake in Vice Media », sur New York Post, (consulté le 22 mars 2016)
  38. (en) Anthony Noto, « Vice Media and its NSFW news coverage could soon be a Disney asset », sur New York Business Journal, (consulté le 22 mars 2016)
  39. (en) David Sable, « Disney on VICE », sur Huffington Post, (consulté le 22 mars 2016)
  40. (en) Janko Roettgers, « Vice Media to Unveil its TV Channel With A+E Networks », sur Variety, (consulté le 30 mars 2016)
  41. (en) Mathew Ingram, « Vice Media Is Getting Its Own TV Channel, Thanks To Disney », sur Fortune, (consulté le 30 mars 2016)
  42. (en) Reuters, « Walt Disney to invest $200 million in Vice Media », sur Business Insider (consulté le 30 mars 2016)
  43. (en) David Hellier, « Walt Disney doubles Vice stake as television expansion looms », sur The Guardian, (consulté le 25 avril 2016)
  44. (en) Roger Yu, « Disney invests $400M in Vice for about 10% stake », sur USA Today, (consulté le 25 avril 2016)
  45. (en) Sydney Ember, « Disney Invests $200 Million More in Vice Media to Support New Programming », sur The New York Times, (consulté le 25 avril 2016)
  46. a et b (en) Andrew Nusca, « Disney Invests $200 Million in Vice Media », sur Fortune, (consulté le 7 mars 2016)
  47. (en) Keach Hagey, « Disney Invests Another $200 Million in Vice Media », sur The Wall Street Journal, (consulté le 25 avril 2016)
  48. « Vice Media, soutenu par Matthieu Pigasse, lance une chaîne en France », sur Le Parisien, (consulté le 16 avril 2018)
  49. « La nouvelle chaîne Viceland sera lancée en exclusivité pour les abonnés Canalsat à l’automne », sur universfreebox, (consulté le 25 avril 2016)
  50. Jérémie Maire, « Viceland se lance en France avec le groupe Canal+ », sur Télérama, (consulté le 16 avril 2018)
  51. (en) Max Willnes, « Vice Media And ESPN Become Disney’s Latest Odd Couple », sur International Business Times, (consulté le 6 avril 2017)
  52. (en) The Wall Street Journal, « Disney taps its investment in Vice Media to help bolster ESPN », sur MarketWatch, (consulté le 6 avril 2017)
  53. (en) Keach Hagey, « Disney and Vice, a Storybook Romance », sur The Wall Street Journal, (consulté le 26 juin 2017)
  54. (en) Lukas I. Alpert, Shalini Ramachandran, « Vice Media Secures $450 Million Investment From Private-Equity Firm TPG », sur The Wall Street Journal, (consulté le 30 janvier 2018)
  55. (en) Lucas Shaw, « Vice Valued at $5.7 Billion With $450 Million TPG Investment », sur Bloomberg News, (consulté le 30 janvier 2018)
  56. (en) Reuters, Nathan McAlone, « Vice landed a blockbuster valuation of $5.7 billion and $450 million in fresh cash — but Disney didn't put in more money », sur Business Insider, (consulté le 30 janvier 2018)
  57. (en) Todd Spangler, « Vice Suspends Two Top Execs in Wake of Sexual Harassment Allegations », sur Variety, (consulté le 16 avril 2018)
  58. (en) Lucas Show, « Vice Suspends Two Top Executives to Review Harassment Claims », sur Bloomberg, (consulté le 16 avril 2018)
  59. (en) Lauren Feiner, « Disney is taking a $157 million write-down on Vice Media as the site is reportedly reducing staff by 15% », sur CNBC, (consulté le 22 mai 2019)
  60. (en) Todd Spangler, « Vice Devalued: Disney Writes Off $157 Million of Its Stake in Struggling Media Company », sur Variety, (consulté le 22 mai 2019)
  61. (en) Sean Burch, « Vice Media Bubble Burst as Disney Writes Down $157 Million of Investment After 3 Years », sur The Wrap, (consulté le 22 mai 2019)
  62. a b et c (en) Todd Spangler, « Vice’s Value Drops Further After Disney Takes $353 Million Write-Off », sur Variety, (consulté le 15 janvier 2020)
  63. (en) Dade Hayes, « Disney’s Vice Writedown Doubles To $353 Million; Hulu Losses Continue In Q2 », sur Deadline.com, (consulté le 15 janvier 2020)
  64. (en) Christopher Palmeri, « Disney Writes Off Its Vice Stake in Latest Sign of Trouble », sur Bloomberg News, (consulté le 15 janvier 2020)
  65. (en) Catherine Shu, « Disney reports strong second-quarter, but takes $353 million write-down on Vice », sur TechCrunch, 9mai 2019 (consulté le 15 janvier 2020)
  66. (en) « Vice’s struggling cable channel to rebrand as Vice TV », sur videoloss.com, (consulté le 16 janvier 2020)
  67. (en) Reeves Wiedeman, « Vice’s Next Pivot », sur New York magazine, (consulté le 16 janvier 2020)
  68. (en) Kerry Flynn, « Vice Media acquires Refinery29 », sur CNN Business, (consulté le 7 octobre 2019)
  69. (en) « Le groupe Vice Media annonce avoir acquis le site féminin d'information Refinery29 - Le coût de cette acquisition atteindrait 400 millions de dollars », sur jeanmarcmorandini.com, (consulté le 7 octobre 2019)
  70. « All Episodes » (consulté le 3 octobre 2014).
  71. « All Episodes » (consulté le 3 octobre 2014).
  72. Laura Kusisto, « Vice Media Moving to New Williamsburg Headquarters », WSJ,‎ (lire en ligne)
  73. Le Figaro, 11 mars 2016
  74. Olivier Ubertalli, « Matthieu Pigasse va lancer une chaîne TV avec Vice », sur Le Point (consulté le 14 mars 2016)
  75. « La nouvelle chaîne Viceland sera lancée en exclusivité pour les abonnés Canalsat à l’automne », sur universfreebox.com, (consulté le 25 avril 2016)
  76. Léo Devaux, « VICE devient le sponsor maillot du Red Star », sur theviews.fr, (consulté le 4 août 2017)
  77. Alexandre Hervaud, Jérôme Lefilliâtre et Quentin Müller, « Vice France, un business de petite vertu », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]