Jules Dupré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Dupré
Jules Dupré autoportrait.jpg
Jules Dupré, Autoportrait paru dans L'Artiste en 1894.
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Jules Louis DupréVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Influencé par
Distinctions

Jules Dupré, né à Nantes le et mort à L'Isle-Adam le , est un peintre paysagiste français, pionnier, à l'instar de Camille Corot, du paysage à la française, et influencé par John Constable.

Il sortit de son atelier et peignit en plein air dès les années 1830, autour de Paris, à Barbizon et dans le Limousin.

Il est le frère aîné du peintre Léon Victor Dupré (1816-1879).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Dupré, Autoportrait, 1870, L'Isle-Adam, musée d'Art et d'Histoire Louis-Senlecq.

Son père, originaire de L'Isle-Adam, dirige une manufacture de porcelaine à Parmain avant de s'établir à Nantes. Jules Dupré s'initie d'abord à l'art du décor sur céramique[1] et admira toute sa vie Théodore Géricault, Claude le Lorrain et Rembrandt.

En 1823, il arrive à Paris où il travaille chez un oncle qui emploie Auguste Raffet, Louis Cabat et Narcisse Díaz de la Peña. Il fait alors également la connaissance de Constant Troyon, ouvrier peintre à la manufacture de Sèvres[2]. Il est ensuite admis dans l'atelier du paysagiste Jean-Marie Diébolt et vend ses premières peintures à Paris. Devenu l'ami du paysagiste Louis Cabat, celui-ci le persuade d'abandonner la céramique pour peindre des scènes de genre et des paysages de plein air. Il étudie les peintres hollandais du XVIIe siècle dont il demeurera grand admirateur[3] et, en 1831, expose pour la première fois au Salon avec des paysages du Limousin[4]. En 1832, il séjourne dans le Berry avec Cabat et expose quatre œuvres au Salon de 1833 où il obtient une médaille de seconde classe comme peintre de genre[5], et devient l'ami des peintres Alexandre-Gabriel Decamps, Eugène Lami et Théodore Rousseau. Il se rend en Angleterre en 1834 afin d'y étudier John Constable, le maître du paysage anglais, qui influencera profondément son œuvre[3]. Lors du Salon de 1835, Eugène Delacroix le félicite pour la facture de ses ciels. Il reçoit chez lui de nombreux artistes comme Ary Scheffer ou Antoine-Louis Barye.

Il fréquente Barbizon avec Rousseau ; ensemble, ils effectuent en 1844 un séjour de cinq mois dans les Landes (Tartas, Peyrehorade et surtout Bégaar), excursionnant dans les Pyrénées (Oloron, Saint-Jean-Pied-de-Port, Bayonne) : « pionniers, dit-on d'eux ensemble, en ce qu'ils comprennent que la profondeur et les plans du ciel, les colorations naturelles, la vérité exacte ont leur droit, s'ils révèlent "un nouveau monde" », ils se distinguent de Jean-François Millet en ce que l'homme est absent de leurs paysages[6].

« En sérieux paysagiste, Jules Dupré parcourt la France en quête du motif absolu » restituent Hélène Braeuener et Bénédicte Pradié Ottinger[7] : il voyage également en Normandie et dans l'Indre où il participe avec de nombreux autres peintres à l'École de Crozant dans les vallées creusoises. Il aurait eu en 1846 une liaison avec George Sand et essaie, sans succès, de fonder un salon de peinture indépendant et sans jury. L'attribution de la Légion d'honneur le brouille avec Rousseau qui lui ne l'a pas reçue. Il s'installe en 1850 à L'Isle-Adam qu'il ne quitte plus que pour se rendre à Paris et sur la côte normande[6].

Hélène Quantinet, qui fut son élève et sa maîtresse depuis plusieurs années, meurt en 1857. En 1860, il épouse à Champagne-sur-Oise Stéphanie-Augustine Moreau avec qui il a déjà deux enfants, Juliette-Ernestine (1859-1948), future épouse de l'architecte Louis Henri Georges Scellier de Gisors[8], et Jules (1860-?) ; le troisième enfant, Maurice, naîtra en 1865. Il peint généralement des paysages campagnards aux ciels tourmentés, mais aussi des séries de marines influencées par Gustave Courbet lors de ses séjours à Cayeux-sur-Mer (il y acquiert une maison en 1865[9]), parfois, notamment en 1868[10], en compagnie de Jean-François Millet. De fait, il passe chaque été à Cayeux, séjour qu'en 1870 il prolonge jusqu'au mois d'avril 1871, rejoint alors par son élève Auguste Boulard, afin d'échapper à l'occupation de l'Isle-Adam par les troupes allemandes[7]. « Il trouve à Cayeux, comprend Pierre Miquel, une grève qui correspond à la tristesse de son âme. Il s'attachera à en rendre les aspects les plus désolés, le plus souvent dans ces ciels mornes ; dans ces menaces de la mer et de la tempête conjurées, on sent comme une image fidèle de son accablement »[11]. En 1881, l'État lui achète Le Matin et Le Soir pour le musée du Luxembourg à Paris.

En 1889, il est promu commandeur de la Légion d'honneur. Ne se remettant pas d'une opération chirurgicale commandée par la maladie de la pierre dont il est atteint[8], il meurt d'une embolie pulmonaire à L'Isle-Adam en 1889. Lors de son inhumation au cimetière de L'Isle-Adam[12], Gustave Larroumet, directeur des Beaux-Arts prononce ainsi son éloge : « Jamais un sacrifice au goût du jour, au désir du succès, à l'amour du gain. L'artiste se doublait, dans cette nature, d'un honnête homme, délicat et fier »[7]. Le 30 janvier 1890, sa famille procède à la vente, par le commissaire-priseur Paul Chevallier (le catalogue est établi par le galeriste Georges Petit), de son atelier et de sa collection dont le produit s'élève à 208 660 francs. Sa maison de L'Isle-Adam est détruite en 1900[8].

Jules Dupré et ses contemporains[modifier | modifier le code]

Musée Courbet, Ornans, Portrait de Dupré par Courbet

Ses relations avec Théodore Rousseau, fraternelles, romantiques, souvent orageuses, quasi exclusives à certaines périodes, ont suscité bien des commentaires. L'influence réciproque des deux hommes constitue une des clefs de l'évolution de leurs œuvres.

Gustave Courbet fait au moins quatre séjours chez lui à L'Isle-Adam et peint son portrait[13].

Bien que Vincent van Gogh n'ait probablement jamais rencontré Dupré lors des séjours parisiens, celui-ci manifeste toute sa vie une profonde admiration pour son aîné et porte sur son œuvre un regard d'une grande acuité. Sur une durée de quinze ans, une soixantaine de mentions est identifiable dans la correspondance de van Gogh, le plus souvent adressée à son frère Théo. Ces lettres contiennent des descriptions enthousiastes des œuvres de Dupré. Le peintre incarne à ses yeux le romantisme à la française et il associe fréquemment son nom à celui de Victor Hugo. En parlant du roman Quatrevingt-treize qu'il vient de lire, il écrit : « […]Cela est peint, je veux dire : écrit comme Decamps ou Jules Dupré ont peint[…] ». Stéphanie Perris cite également ces mots de Vincent van Gogh en 1885 : « je trouve tout de même joliment beau le mot d'Israëls disant d'un paysage de Dupré : "c'est vraiment un portrait" »[10].

Il avait un atelier en 1839 avenue Frochot, puis au no 28 rue Bréda à Paris.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Jules Dupré expose au Salon dès 1831 avec sept tableaux ; cinq tableaux en 1833 ; quatre tableaux en 1834 et en 1835 ; deux tableaux en 1836. En 1839, il y présente sept toiles, des paysages de l'Indre, de la Corrèze et de Normandie, avant de se désintéresser du Salon pour n'y reparaître qu'en 1852 avec trois tableaux, enfin en 1867 (Exposition Universelle) avec treize tableaux[22].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Argentine Argentine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de l'Australie Australie[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

Drapeau du Danemark Danemark[modifier | modifier le code]

Drapeau : États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau : France France[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de la Hongrie Hongrie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

Drapeau du Luxembourg Luxembourg[modifier | modifier le code]

Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de la Pologne Pologne[modifier | modifier le code]

Drapeau du Portugal Portugal[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de la Russie Russie[modifier | modifier le code]

  • Moscou, Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Chênes au bord du chemin, huile sur toile, 0,43 x 0,58, années 1830[59].
  • Saint-Pétersbourg, Musée de l'Ermitage, cinq peintures[24] :
    • Vue de village ;
    • Paysage forestier, huile sur toile, 0,39 x 0,58, vers 1840 ;
    • Vue de village"", huile sur toile, 0,35 x 0,54, entre 1840 et 1844 ;
    • Paysage automnal, huile sur toile, 0,51 x 0,46, entre 1840 et 1850 ;
    • Paysage avec vaches, deux huiles sur toiles, 0,54 x 0,74, vers 1870.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de la Suède Suède[modifier | modifier le code]

  • Stockholm, Nationalmuseum, peintures[57] :
    • Nature morte à la cruche grise, huile sur toile, 0,435 x 0,515, 1862 ;
    • Vaches à l'étang ;
    • Chênes dans un paysage".

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Drapeau de Taïwan Taïwan[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

Monument à Jules Dupré, L'Isle-Adam

Hommages[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Dits de Jules Dupré[modifier | modifier le code]

  • « Le ciel est derrière l'arbre, dans l'arbre, devant l'arbre. » - Jules Dupré[22]
  • « Quand je regarde un tableau, le sujet m'est égal ; je demande : où est l'idée, où est la poétique, où est l'homme. » - Jules Dupré, lettre à Jules Claretie, 18 mai 1879[9]
  • « La nature n'est rien, l'homme est tout. » - Jules Dupré[17]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « On sent, dans tout ce qu'il fait, l'appétit d'un détail supérieur et le respect de la nature et de la vérité. Quelle poésie tourmentée et puissante dans les couchers de soleil, dans ses ciels, ses coins de rêverie que reflètent les grands nuages ! J'ai vu de lui de belles marines qui dépassent tout ce que les Van Goyen ont pu produire. Cela est solide et fort comme la mer. » - Jules Claretie[63]
  • « In his long career he has assisted at the burial of many movements - the romanticism of Delacroix and Devéria, the lusciousness of Decamps and Couture, the rigorous naturalism of Courbet. He taught them all something, perhaps and now he teaches the slight men, the "delicates" of modern times, how noble a thing is primitive color applied to strong chiaroscuro. His landscapes, a sort of résumé of all the strongest effects of nature, often sweep the whole gamut of natural splendors into a single canvas; conveying together a host of glorious impressions like a dream, so that it is hard to tell whether he means to represent sunset or moonday, storm or calm. » - Edward Strahan (en)[60]
  • « L'œuvre de Jules Dupré a quelque chose de biblique, grand et fort, avec un caractère âpre et sauvage. Il aime toute la nature et il l'aime passionnément, sensuellement. C'est ce qui explique cet espèce de culte qu'il eut pour Jean-Jacques Rousseau, sans que pour autant il y ait de ce panthéisme sentimental qui imprègne l'œuvre du philosophe et qui fut si fort en honneur à la fin du XVIIIe siècle. » - George Lanoë et Tristan Brice[64]
  • « L'une de ses toiles comme le Soleil couchant sur un marais, ainsi que certains pastels conservés au musée du Louvre, témoignent d'une première manière que d'aucuns considèrent comme la meilleure, et où la richesse du chromatisme et la franchise de la composition sont rendues sans surcharge. La Sologne, le Limousin et, plus tard, L'Isle-Adam où il s'installera définitivement, lui inspireront de nombreux paysages. Dans ces dernières compositions largement traitées, la recherche du relief soulignant les effets de masse est évidente ; le volume est obtenu par des empâtements excessifs, et l'importance accordée ainsi à une matière aux teintes violemment ocrées enlève quelque fraîcheur à l'ensemble, sans toutefois nuire au parti de forme expressive qui évoque la leçon de Rousseau et fait de Dupré un des représentants les plus significatifs de l'école de Barbizon. » - Les Muses, encyclopédie des arts[65]
  • « Le "roi des arbres", l'un des piliers du groupe romantique des premiers pleinairistes, travaillait dans des tonalités sombres : un caractère sévère qui peut expliquer l'hésitation du public devant des paysages qui sont toujours d'une émouvante et authentique sincérité. » - Gérald Schurr[14]
  • « Avant Dupré, au XVIIe, au XVIIIe, le paysage était conçu comme un décor de théâtre : le ciel n'était qu'un fond, sur lequel se détachaient des plans successifs. Dupré est le peintre du ciel. Dupré peint le soleil couchant, spectacle essentiellement éphémère et qui ne se reproduit jamais ; pourtant, loin de vouloir peindre l'instantanéité, c'est au contraire une idée d'universalité, de permanence qu'il exprime. Alors que Diaz divertit, selon son intention constante, Dupré peut lasser par austérité voulue, recherchée. Le propos de divertir est inconciliable avec la fin si élevée qui est la sienne. Il donnera toujours à sa peinture un aspect sévère, bien qu'en choisissant des effets qui, par définition devraient engendrer le résultat contraire, comme le soleil couchant. Dupré, peintre du fantastique et du drame, demeurant toujours très près du rêve, excluant le hasard en faveur de l'ordre, va ordonner le rêve. » - Dictionnaire Bénézit[22]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plat décoré d'une corbeille de fleurs (vers 1827) de la manufacture de Coussac-Bonneval, Limoges, musée national Adrien Dubouché, don de la famille Dupré en 1894.
  2. Encyclopædia Universalis, Jules Dupré
  3. a b et c Dictionnaire universel de la peinture, S.N.L. - Dictionnaires Le Robert, 1975, vol.2, page 279.
  4. « Le Limousin vu par les artistes : Jules Dupré », Géo Culture
  5. Rehs Galleries, New York, Jules Dupré
  6. a et b Jean Bouret, L'École de Barbizon et le paysage français au XIXe siècle, Éditions Ides et Calendes, 1972, pages 130 et 252.
  7. a b et c Hélène Braeuener et Bénédicte Pradié-Ottinger, Les peintres de la baie de Somme - Autour de l'Impressionnisme, La Renaissance du livre, 2001.
  8. a b et c Association des amis de l'Isle Adam, Jules Dupré
  9. a b c et d « Vue sur "La mer toujours recommencée" avec Jules Dupré au musée de L'Isle-Adam », De belles choses, 10 décembre 2013
  10. a b c d et e Stéphanie Perris-Delmas, « Jules Dupré, l'ermite de L'Isle-Adam », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°3, 25 janvier 2008, pages 161-163
  11. Pierre Miquel, Le paysage français au XIXe siècle - 1800-1900, l'école de la nature, Éditions de la Martinelle, 1985.
  12. Philippe Landru, « L'Isle-Adam » Cimetières d'ici et d'ailleurs, 22 septembre 2011
  13. Lettre de Gustave Courbet à Maurice Richard, 23 juin 1870.
  14. a et b Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, pages 278-279.
  15. « Jules Dupré, maître méconnu de l'École de Barbizon au musée de Reims », L'Orient le jour, 30 octobre 2007
  16. Musée d'Art et d'Histoire Louis-Senlecq, Jules Dupré - La mer, toujours recommencée, présentation de l'exposition, 2013
  17. a et b Pascal Vannier, « Jules Dupré, peintre océan, dans le Val d'Oise », Littoral, le magazine des gens de mer, 28 novembre 2013
  18. a b et c Metropolitan Museum of Art, "Vaches traversant un gué" dans les collections
  19. Département de la Creuse, La Creuse, une valllée-atelier, catalogue de l'exposition, 2013
  20. Agathe Lautréamont, « Les pépites de la collection Hansen à Jacquemart-André », Beaux-Arts Magazine, 19 septembre 2017
  21. a b et c Musée Daubigny, présentation des expositions
  22. a b et c Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.4, pages 886-889.
  23. a b c d e f et g Crotos, Jules Dupré
  24. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v The Athenaeum, Jules Dupré dans les collections
  25. Laman Ismayilova, « National Art Museum to highlight wedding traditions », AzerNews, 11 février 2020
  26. Musée national des Beaux-Arts du Brésil, "Paysage normand" dans les collections
  27. Walters Art Museum, "Le vieux chêne" dans les collections
  28. Walters Art Museum, "Coucher de soleil sur la côte" dans les collections
  29. Walters Art Museum, "En mer" dans les collections
  30. Brooklyn Museum, "Sur le marais" dans les collections
  31. Metropolitan Museum of Art, "Vallée de la Loire" dans les collections
  32. Metropolitan Museum of Art, "Paysage avec bétail dans les Limousin" dans les collections
  33. San Francisco De Young Museum, Jules Dupré dans les collections
  34. National Gallery of Art, Jules Dupré dans les collections
  35. Marsh-Billings-Rockefeller National Historical Park, "Paysage avec bétail" dans les collections
  36. Sophie Barthélémy, Jules Dupré - "L'abattage des arbres", musée des beaux-arts de Dijon, 2009
  37. Bénédicte Bonnet Saint-Georges, « Un pastel de Jules Dupré acquis par le musée Louis-Senlecq », La Tribune de l'art, 17 juin 2019
  38. Musée d'art et d'histoire Louis-Senlecq, "Environs de Southampton" dans les collections
  39. Musée d'art et d'histoire Louis-Senlecq, "Autoportrait au chevalet" dans les collections
  40. Musée départemental Thomas-Dobrée, "Paysage d'automne dans les collections
  41. https://www.photo.rmn.fr/archive/17-510658-2C6NU0ATWBEZQ.html
  42. https://www.photo.rmn.fr/archive/17-510657-2C6NU0ATWBI4U.html
  43. https://www.photo.rmn.fr/archive/17-510656-2C6NU0ATWBO5I.html
  44. https://www.photo.rmn.fr/archive/17-510655-2C6NU0ATWB2K9.html
  45. Musée du Louvre, "Les Landes" dans les collections
  46. Musée du Louvre, "Soleil couchant après l'orage" dans les collections
  47. a b et c Robert Rosenblum, Les peintures au musée d'Orsay, Éditions de la Martinière, 1995, pages 112 et 115.
  48. Musée d'Orsay, "La Mare aux chênes" dans les collections
  49. « "La Vanne" de Jules Dupré », Mieux se connaître, 1er décembre 2011
  50. Musée de la Vie romantique, "George Sand en costume de Berrichonne" dans les collections
  51. Petit Palais, "Voilier" dans les collections
  52. Petit Palais, "Gros arbre près d'un étang" dans les collections
  53. Petit Palais, "Moulin à vent" dans les collections
  54. Villa Vauban, collection d'art ancien de la villa
  55. Musée Van Gogh, "Automne" dans les collections.
  56. Rijksmuseum, "Village, de nuit" dans les collections
  57. a et b Europeana collections, Jules Dupré
  58. a b et c Art UK, Jules Dupré dans les collections du Royaume-Uni
  59. Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Jules Dupré dans les collections
  60. a et b Edward Strahan, William H. Vanderbilt's house and collection, George Barrie éditeur, 1883-1884.
  61. Patrimoine monumental, L'Isle-Adam, monument à Jules Dupré
  62. Musée d'Art et d'Histoire Louis-Senlecq, buste de Jules Dupré
  63. Jules Claretie, Jules Dupré, Les Hommes du jour, 1879.
  64. George Lanoë et Tristan Brice, Histoire de l'école française de paysage, A. Charles, Paris, 1901.
  65. Les Muses, encyclopédie des arts, Grange Batelière, 1971, vol.6, page 1991.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Claretie, Jules Dupré, Les Hommes du jour, 1879.
  • René Ménard, « Jules Dupré », Le Musée artistique et littéraire, n°85, J. Rouam, 1880.
  • Edward Strahan (en), William H. Vanderbilt's house and collection, George Barrie éditeur, 1883-1884.
  • George Lanoë et Tristan Brice, Histoire de l'école française de paysage, A. Charles, Paris, 1901.
  • Les Muses, encyclopédie des arts, vol.6, Grange Batelière, Paris, 1971.
  • Jean Bouret, L'École de Barbizon et le paysage français au XIXe siècle, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 1972.
  • Marie-Madeleine Aubrun, Jules Dupré 1811-1889, catalogue raisonné de l'œuvre peint, dessiné et gravé, Paris, Léonce Laget, 1974, en 2 vol. et supplément.
  • Sous la direction de Robert Maillard, Dictionnaire universel de la peinture, vol.2, S.N.L. - Dictionnaires Le Robert, Paris, 1975.
  • Claude Marumo, Barbizon et les paysagistes du XIXe siècle, Les Éditions de l'Amateur, 1975.
  • Michel Melot, L'œuvre gravé de Boudin, Corot, Daubigny, Dupré, Jongkind, Théodore Rousseau, Arts et métiers graphiques, Paris, 1978.
  • Pierre Miquel, Le paysage français au XIXe siècle - 1800-1900, l'école de la nature, Éditions de la Martinelle, 1985.
  • (de) Hans-Peter Bühler, « Jules Dupré : Realist der Landschaft », Weltkunst (de), n°11, 1er juin 1986, pp.1598-1602.
  • Gérald Schurr, 'Le Guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1993.
  • Robert Rosenblum (préface de Françoise Cachin), Les peintures au musée d'Orsay, Éditions de la Martinière, 1995.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.4, Gründ, 1999.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Roissy-en-Brie, 1999, p. 216.
  • (en) Lorenz Eitner, French Paintings of the nineteenth century, National Gallery of Art, Washington, 2000.
  • Hélène Braeuener et Bénédicte Pradié-Otgtinger, Les peintres de la baie de Somme - Autour de l'Impressionnisme, La Renaissance du livre, Tournai, 2001.
  • Virginie Chulmer, « Portrait de peintre - Le "Beethoven du paysage" : Jules Dupré (1811-1889) », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°4, 25 janvier 2002.
  • L'Oise de Dupré à Vlaminck (publication pour l'exposition éponyme au musée d'Art et d'Histoire Louis-Senlecq de L'Isle-Adam), Somogy éditions d'art, 2007, (ISBN 978-2-7572-0077-3).
  • Céline Piettre, « Jules Dupré », L'Œil, 20 décembre 2007].
  • Stéphanie Perris-Delmas, « Jules Dupré, l'ermite de L'Isle-Adam », La Gazette de l'Hôtel Drouot, n°3, 25 janvier 2008.
  • Laurie Marty de Cambiaire, avec Angélique Franck-Niclot, trad. Jane MacAvrock, Regards sur la nature, collection privée, [catalogue de l'exposition], 2013, galerie Fine Art, place Vendôme, Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]