Musée des beaux-arts de Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des beaux-arts de Reims
Musée des beaux arts 024.JPG
Informations générale
Surface
« Abbaye Saint-Denis (ancienne) », notice no PA00078772, base Mérimée, ministère français de la Culture
Classé Monument historique en 1921 pour le bâtiment de l'entrée
en 1971 pour la façade la toiture et l'escalier d'honneur.
Visiteurs par an
34 638 visiteurs (2002)
Site web
Collections
Collections
Peintures, sculptures, objets d'arts, dessins et gravures
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
8, rue Chanzy
51 100 Reims
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Reims
voir sur la carte de Reims
Red pog.svg

Le musée des beaux-arts de Reims est un musée des beaux-arts français situé rue Chanzy, à Reims, en Champagne-Ardenne. Fondé en 1794, il a attiré 34 638 visiteurs en 2002.

Historique[modifier | modifier le code]

Salle d'exposition en l'Hôtel de ville.

Antoine Ferrand de Monthelon, fondateur de l'école de dessins, lègue en 1752 sa collection à la ville de Reims. Nicolas Bergeat organisait la collecte des œuvres d'art à Reims et le premier dépôt est constaté le 10 vendémiaire An II en l'ancien hospice des Magneuses. Le musée des beaux-arts est fondé en 1794 à partir des saisies révolutionnaires et est alors installé dans l'hôtel de ville. L'ouverture au public et le premier règlement sont du 11 germinal An VIII : "tous les quintidis de neuf heures à midi". Tout au long du XIXe siècle, les collections sont complétées par des achats et des legs, si bien qu'en 1908 la ville de Reims décide d'acquérir un bâtiment autonome pour accueillir le musée.
Le choix s'oriente vers l'ancienne abbaye de Saint-Denis, c'est un bâtiment dont la construction commença au IXe siècle sur la commande de Foulques le Vénérable, il remplaçait un ancien cimetière[1]. L'abbaye qui subit maintes avanies depuis la Révolution, siège du Directoire de district mais aussi entrepôt pour les œuvres d'arts des églises vendues, caserne pour les troupes d'occupation russes en 1814 puis en 1815. C'est ainsi qu'il devint le grand séminaire en 1822, lui aussi confisqué en 1906 après la loi de séparation de l'Église et de l'État, le musée y est transféré dans les bâtiments de l’ancienne abbaye Saint-Denis. Rénové depuis, le musée correspond en partie au palais abbatial du XVIIIe siècle, remanié au XIXe siècle.

Vue de l'édifice en 1905.

Le président Poincaré inaugure le musée le 19 octobre 1913. Pendant la Première Guerre mondiale, il a été touché alors que des collections s'y trouvaient. Dans les années 2010, un projet de rénovation du musée fait son apparition.

Charles Loriquet, Eugène Courmeaux puis Henri Jadart furent conservateurs du Musée avant la Première Guerre mondiale, puis Paul Jamot de 1927 à 1939 et Régine Pernoud en 1947.

Collections[modifier | modifier le code]

Le musée conserve avant tout des peintures, notamment des écoles flamandes et hollandaises et surtout françaises et aussi bien de l'art ancien que moderne.

  • Le musée des beaux-arts conserve et présente également des sculptures, des dessins (dont treize exceptionnels portraits peints sur papier par Lucas Cranach l'Ancien et présentés en alternance dans une salle spécifiquement aménagée), une série de neuf toiles à la détrempe (vers 1500) des anciens hospices de Reims, des gravures, meubles et objets d’art, collections qui sont toutes caractéristiques des plus grands mouvements de l'art des écoles européennes du XVIe au XXe siècle et classées selon une cohérence à la fois chronologique et thématique.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Événement[modifier | modifier le code]

Fin 2012 est organisé Les Arts de l’effervescence. Champagne ! ; cette exposition reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication accueille des prêts des grandes maisons de Champagne (dessins, vaisselle, tableaux...).

Du 25 mars au  : Regard sur ... Lucas Cranach le Jeune  : exposition des treize portraits qu'il a effectué. Après une restauration et le travail d'une commission d'experts, Georg Joseph Dietz, Guido Messling et Kadja Schneider. Ces dessins issu de la donation Ferrand au Musée qui les avait ramené de son voyage en Allemagne furent attribués à Dürer, puis Holbein. Tous ces portraits viennent de personnes de la cour de Saxe mais ne sont pas tous attribués avec certitude.

  • Regard sur...Brascassat, le voyage en Italie entre le 1er avril et le , regard sur la donation Guillaume Hugues Kraff.

Abbaye Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Le musée est actuellement logé dans l'ancienne abbaye.

Certaines entités de l'ancienne abbaye Saint-Denis font l'objet d'une inscription aux monuments historiques. Le bâtiment d'entrée sur la rue est classé aux monuments historiques par décret du 19 juillet 1921. La façade au fond de la cour avec sa galerie et la toiture correspondante ainsi que l'escalier d'honneur sont inscrits par arrêté du 25 octobre 1971[3].

Conservateurs du musée[modifier | modifier le code]

  • 1794-1806 : Nicolas Bergeat[4],
  • 1838-1846 : Louis Paris,
  • 1846-1849 : Eugène Courmeaux,
  • 1849-1853 : Étienne Maubeauge,
  • 1853-1886 : Charles Loriquet,
  • 1887-1895 : Eugène Courmeaux,
  • 1895-1915 : Henri Jadart,
  • 1914-1927 : Jean-Baptiste Langlet,
  • 1927-1937 : Louis Mennecier,
  • 1937-1947 : Eugène Dourcy,
  • 1947-1949 : Régine Pernoud,
  • 1949-1961 : Olga Popovitch,
  • 1961-1989 : François Pomarède,
  • 1991-1996 : Véronique Alemany-Dessaint,
  • 1999-2015 : David Liot.[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reims et ses quartiers, Michel Thibault, Alan Sutton, 2007; page 33.
  2. Jean-Pierre Lundy, née à Reims en 1809, décédé à Paris en 1886 fit un don à la ville, une centaine de tableaux du XIXe siècle, une maison de convalescence et de crèches.
  3. « Abbaye Saint-Denis », notice no PA00078772, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Henri Jadart, Nicolas Bergeat, dernier vidame du Chapitre, premier conservateur du Musée de Reims (1733-1815). Notice biographique accompagnée dedocuments sur la fondation et les collections du Musée de Reims à l'époque de la Révolution / par Henri Jadart..., Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1889.
  5. (en) developer, « David Liot is the new Director of museums and heritage in Dijon | FRAME », sur www.framemuseums.org (consulté le 31 juillet 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]