Musée national de Varsovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée national de Varsovie
Facade NMW 01.jpg

Bâtiment du musée national de Varsovie.

Informations générales
Visiteurs par an
540 138 (2015)[1]
Site web
Collections
Collections
Localisation
Pays
Commune
Adresse
3 Avenue de Jérusalem[2]
Coordonnées
Localisation sur la carte de Pologne
voir sur la carte de Pologne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Varsovie
voir sur la carte de Varsovie
Red pog.svg

Le musée national de Varsovie (Muzeum Narodowe w Warszawie en polonais), abrégé officiellement MNW, est un musée national à Varsovie, l'un des plus grands musées en Pologne et le plus grand dans la capitale. Il abrite une riche collection d'art ancien (égyptien, grec, romain), comptant environ 11 000 pièces[b 1], une vaste galerie de peinture polonaise depuis le XVIe siècle et une collection de peinture étrangère (italienne, française, flamande, néerlandaise, allemande et russe) y compris quelques peintures de la collection privée d'Adolf Hitler[3], cédée au musée par les autorités américaines dans l'Allemagne d'après-guerre[4]. Le musée abrite également des collections numismatiques, une galerie d'arts appliqués et un département d'art oriental, avec la plus grande collection d'art chinois en Pologne, comprenant environ 5 000 objets[5].

La galerie Faras avec la plus grande collection européenne d'art chrétien nubien et la Galerie d'art médiéval avec des objets provenant de toutes les régions historiquement associées à la Pologne, complétée par des œuvres sélectionnées créées dans d'autres régions d'Europe[6], compte parmi les plus importants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le musée national de Varsovie existe depuis le 20 mai 1862 comme musée des Beaux-Arts de Varsovie et renommé musée national de Varsovie en 1916[a 1], à la suite de l'agrégation de collections de divers autres musées et institutions culturelles.

Façade principale du Musée national, 1938

Le bâtiment de l'avenue de Jérusalem, conçu par Tadeusz Tolwiński (avant le musée avait été localisé à ulica Podwale 15), a été construit entre 1927 et 1938[b 2]. En 1932, une exposition d'arts décoratifs ouvrit dans les deux ailes les plus anciennes du bâtiment. Un nouveau bâtiment fut inauguré le 18 juin 1938. L'édifice moderniste était situé sur le bord du Parc Na Książęcem établi entre 1776 et 1779 pour le prince Kazimierz Poniatowski[6]. À partir de 1935, le directeur du musée était Stanisław Lorentz, qui a dirigé un effort pour sauver les œuvres d'art les plus précieuses pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

Durant la guerre, le bâtiment a été endommagé et la collection pillée par les soldats allemands. Après la guerre, le gouvernement, a retrouvé beaucoup des œuvres saisies[a 2], même si 5 000 œuvres restent perdues[7]. Aussi de nombreuses oeuvres d'art d'une provenance incertaine ou inconnue[a 3] et nationalisé par les autorités imposée par les Soviétiques[8] (provenant par exemple des dépôts d'art d'Allemagne nazie dans les « territoires récupérés » par la Pologne, à Kamenz, Karthaus, Liebenthal et Rohnstock) ont été inclus dans la collection du musée comme soi-disant « propriété abandonnée »[9] par les décrets et les actes[10] de 1945, 1946 et 1958. Actuellement, la collection du musée national de Varsovie contient plus de 830 000 œuvres[11], exposés dans de nombreuses galeries permanentes, dont la galerie de Faras du professeur Kazimierz Michałowski et des galeries consacrées à l'art ancien, à l'art médiéval, à la peinture, à l'art décoratif et à l'art oriental, ainsi que de nombreuses expositions temporaires.

En 2008, la « Mission Archéologique Polonaise Tyritake du Musée National de Varsovie », dirigé par Alfred Twardecki conservateur de la Galerie d'art ancien, a déclenché à Tyritake, en Crimée. En 2010, le Musée national, en tant qu'un des premiers établissements publics dans le monde, a tenu une exposition entièrement consacrée à l'art homoérotique - Ars Homo Erotica[12]. Depuis la rénovation de 2011/12, le musée est également considéré comme l'un des plus modernes en Europe avec éclairage LED permettant d'améliorer les qualités uniques de chaque œuvre d'art[13].

Galeries permanentes[modifier | modifier le code]

Galerie Faras

En 2012, les galeries permanentes ont subi des changements révolutionnaires[14]. Les conservateurs du musée les ont réorganisé et complété par des œuvres de ses entrepôts[14]. Les peintures n'étaient pas suspendues chronologiquement, mais thématiquement: peinture de genre, natures mortes, paysages, peinture biblique, mythologique, nus[14]. Les oeuvres d'artistes italiens, flamands, néerlandais, allemands et polonais ont été suspendues ensemble, ce qui facilite l'observation et la comparaison des similitudes et des différences[14].

Galerie d'art médiéval présente principalement des objets de la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècle), provenant de différentes régions de la Pologne d'aujourd'hui, ainsi que plusieurs exemples de l'art d'Europe occidentale[15]. Ces œuvres ont été initialement conçues presque exclusivement pour les églises[15]. L'exposition a été conçue pour permettre au public de comprendre le rôle de l'art dans la vie religieuse du Moyen Âge[15].

La galerie présente des phénomènes trans-régionaux de XIIe à XIVe siècle, tels que la distinction entre la sculpture figurative et l'architecture à l'époque romane, la sculpture d'Europe centrale du cercle de Vierge à l'Enfant dressée sur un lion et le soi-disant gothique international[15]. Beaucoup d'œuvres incluses dans l'exposition soulignent un caractère distinctif des régions d'Europe centrale comme la Silésie entre 1440 et 1520 (avec de grands polyptyques quartiers, des épitaphes, des plaques votives et didactiques et des chemins de croix figuratifs), la Petite-Pologne, la Grande-Pologne et la Couïavie entre 1440 et 1520 (avec des retables et peintures de dévotion) et Gdańsk et la région hanséatique entre 1420 et 1520 (avec de grands autels de Hambourg et de Poméranie)[15].

La Résurrection de Lazare par Carel Fabritius est exposé dans la Galerie d'art ancien

Les nouvelles techniques mises en œuvre dans la galerie permettent la présentation ininterrompue de grands polyptyques, comme le célèbre Polyptyque de Grudziądz, y compris l'inverse des ailes[15]. Le nouvel arrangement de l'exposition a été conçu par WWAA[15].

La Galerie d'art ancien au deuxième étage a été conçue à partir de l'ancienne Galerie d'art décoratif, la Galerie de l'ancienne peinture européenne et la Galerie de l'ancien portrait polonais et européen en 2016[16]. Elle combine des espèces d'art pictural - la peinture, la sculpture, les dessins et les gravures avec l'artisanat en référence à la notion même de «l'art» qui a à l'origine l'artisanat[16]. La peinture et la sculpture avec son caractère de représentation et l'imitation de la réalité (mimesis) ont été unies aux arts décoratifs dans des buts et des fonctions communes aussi bien que dans des espaces où ils ont été rassemblés et exposés[16]. Ces «espaces sociaux» ont fourni la clé de la division de la galerie: 1. palais, villa, cour; 2. église, chapelle et autel domestique; 3. la ville[16]. En d'autres termes: 1. la culture de la cour; 2. la culture religieuse; 3. culture de la ville[16].

Dans la galerie redessinée, les œuvres sont présentées pas selon les écoles nationales, mais comme une confrontation des cercles artistiques du Sud et du Nord[17]. Le nouveau système reflète la hiérarchie des genres créés par la théorie de l'art de la Renaissance et l'ancienne fonction des peintures[17]. Le but de cette exposition est de montrer, pour quel but et pour quels destinataires, des oeuvres d'art ont été créées[17].

Galerie d'art du XIXe siècle

La galerie montre une variété d'effigies, reflétant la multiplicité des fonctions sociales, politiques et privées du portrait[18]. L'exposition s'ouvre avec des portraits monumentales et de bustes courtois et aristocratiques, rassemblant quelques exemples de portraits traditionnels polonais et d'Europe occidentale en pied, suivis de portraits plus petits, moins formels ou privés, de portraits funéraires et de portraits du XVIIIe siècle suivis de miniatures et peintures de l'ère de Stanislas Auguste au premier étage[18].

Le noyau de la nouvelle exposition de la Galerie d'art du XIXe siècle, présentant les principales tendances qui façonnent l'art au XIXe siècle, est l'œuvre des peintres et sculpteurs polonais dans le contexte d'œuvres des représentants d'autres nationalités[19]. La confrontation d'oeuvres d'artistes de différents pays européens montre leurs aspirations artistiques, leurs idées universelles ou leurs symboles, des expériences similaires menées de manière indépendante ou en atelier[19]. L'une des plus grandes peintures sur toile en Pologne, la Bataille de Grunwald de Jan Matejko (426 cm × 987 cm), est exposée dans la Galerie d'art du XIXe siècle[6].

Les collections d'art moderne et contemporain sont parmi les plus importantes en Pologne[20]. Des peintures, des sculptures, des estampes et des dessins des années 1920 et 1930, des films d'avant-garde polonais, des photographies, des photomontages, ainsi que des oeuvres sélectionnées de la culture indépendante, de vidéo et des performances des années 1940 sont exposées dans une galerie de 700 m2[20]. Des informations sur les objets sélectionnés sont disponibles via des applications mobiles et des œuvres sélectionnées sont visualisées et décrites par le commissaire de la galerie grâce à la réalité augmentée[20].

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections du Musée national de Varsovie comprennent environ 830 000 objets d'art polonais et étrangers, de l'antiquité à nos jours, et comprennent des peintures, des sculptures, des dessins, des gravures, des photographies et des numismatiques, ainsi que des arts décoratifs et design[11].

La collection d'art antique et d'art chrétien avec environ 24 000 objets exposés, est l'un des plus importants en Pologne[21]. La collection de fresques de la cathédrale chrétienne de Faras (ancienne Pachoras dans le Soudan d'aujourd'hui) et une collection de vases grecs peints figurent aussi parmi les plus importantes dans le pays[21].

Les origines de la collection de l'ancienne peinture européenne, composée de 3 700 peintures, remontent à 1862 et la création du Musée des Beaux-Arts, quand 36 peintures italiennes, hollandaises et allemandes de la collection de Johann Peter Weyer à Cologne ont été acquises[22]. Le musée est entré en possession des œuvres de maîtres tels que Pinturicchio, Cornelis van Haarlem et Jacob Jordaens[22]. La collection a été agrandie grâce à des achats, des dons et des dépôts. L'acquisition la plus significative a été la collection des tableaux de Pietro Fiorentini, donnés en 1858 à l'École des Beaux-Arts de Varsovie, et ensuite cédée au musée en 1879[22]. L'achat de peintures de la collection de Wojciech Kolasiński dans les années 1877-1896 et les legs de Cyprian Lachnicki en 1906, y compris la Flagellation du Christ par Pedro de Campaña, Portrait d'un homme dans un justaucorps jaune par Hans Schäufelein, Expulsion du paradis par Pier Francesco Mola et Étude académique par Jean-Auguste-Dominique Ingres, étaient substantiels[22]. En 1935 le musée a acheté une grande collection de Jan Popławski, y compris le Portrait de l'amiral par Le Tintoret, et en 1961 une collection de Gabriela Zapolska, y compris plusieurs tableaux de Paul Sérusier. La collection d'art moderne polonais gagne un contexte plus international avec l'achat de Portrait de Tadeusz Makowski par Marcel Gromaire en 1959[23] et Lassitude par un peintre Art déco Tamara de Lempicka en 1979[24], tous les deux en affichage permanent.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pl) « Dane frekwencyjne », www.mnw.art.pl (consulté le 3 mars 2017)
  2. (pl) « Informacje dla zwiedzających », mnw.art.pl (consulté le 3 mars 2017)
  3. (pl) Birgit Schwarz, Geniewahn: Hitler und die Kunst, Böhlau Verlag Wien, (ISBN 32-05783-07-7), p. 312 :

    « Mehrere Gemälde aus dem Berghof befinden sich heute im Nationalmuseum in Warschau. Bordones Venus und Amor etwa (Abb. 100) ebenso wie der Madonnen-Tondo Bugiardinis (Abb. 62) oder ein großes Ruinenbild von Pannini, das in der verglasten Veranda gehangen hatte (Abb. 113). »

  4. (pl) Stanisław Lorentz, Muzeum Narodowe w Warszawie: malarstwo, Arkady, (ISBN 83-21332-01-3), p. 28
  5. (pl) « Oriental Art Collection », mnw.art.pl (consulté le 2 mars 2013)
  6. a, b, c et d (pl) « National Museum (Muzeum Narodowe) », www.warsawtour.pl (consulté le 20 octobre 2013) : « The most unique are the Faras Gallery (the largest European collection of artefacts of the Nubian culture and art from the early-Christian period), the Medieval Art Gallery (unique sculptures, panel paintings and goldsmithery from all regions historically related to Poland in medieval times completed with medieval works of art created in other regions of Europe) and the largest Polish painting "Battle of Grunwald" by Jan Matejko (426 x 987 cm). (...) Behind the building, there is a picturesque park located at the Vistula Slope near Książęca Street. Back in the past, the park served as gardens of Prince Kazimierz Poniatowski (...) Prof. Lorentz headed the National Museum in Warsaw in 1936-1982 and is known for saving many valuable works of art during World War II »
  7. (pl) Monika Kuhnke, Przyczynek do historii wojennych grabieży dzieł sztuki w Polsce. Druga wojna światowa (Contribution to the history of looting in Europe. World War II)
  8. (pl) Anna Trosborg, Interlanguage Pragmatics: Requests, Complaints, and Apologies, Walter de Gruyter, (ISBN 31-10144-68-9), p. 497 :

    « Compare the foreign partitioning powers in the nineteenth century, the Nazi occupation during World War II, the Soviet-imposed communist regime in post-war Poland. »

  9. (pl) « Nie zbadają zabytków w Bazylice Mariackiej. Wyjazd odwołano », polskalokalna.pl (consulté le 9 mars 2013) : « W komunikacie przypomniano, że "Muzeum Narodowe w Warszawie jest właścicielem tzw. "depozytów gdańskich" na mocy Ustawy z 6 maja 1945 r. o majątkach opuszczonych i porzuconych (Dz. U. z 1945, Nr 17, poz. 97 ze zmianami) oraz Dekretu z 8 marca 1946 r. o majątkach opuszczonych i poniemieckich (Dz. U. z 1946, Nr 13, poz. 87 ze zmianami), jak również Ustawy z 25 lutego 1958 r. o uregulowaniu stanu prawnego mienia pozostającego pod zarządem państwowym (Dz. U. z 1958, Nr 11, poz. 37)". »
  10. (pl) Stefan Hambura, Reparacje wojenne w stosunkach polsko-niemieckich (War reparations in Polish-German relations), , 5–6 p. (lire en ligne), « Ekspertyza BSiE nr 302. IP-105 P »
  11. a et b (pl) « O Muzeum », mnw.art.pl (consulté le 1er mars 2014) : « Dziś zbiory Muzeum Narodowego w Warszawie liczą ok. 830 tys. dzieł sztuki polskiej i światowej, od antyku do współczesności, i obejmują malarstwo, rzeźbę, rysunki oraz ryciny, fotografie, numizmaty, a także przedmioty sztuki użytkowej i wzornictwo. »
  12. (pl) Emilie Prattico, « Ars Homo Erotica: 'bring the toilet to Warsaw national museum' », www.cafebabel.co.uk (consulté le 26 février 2017) : « The Ars Homo Erotica exhibition opened days before the presidential elections on 20 June. It's the first art show at the largest museum of the capital to gather representations of homoeroticism in eastern Europe. When he took the national museum's helm in 2009, director Piotr Piotrowski's explicit intention was to revitalise the traditional institution. »
  13. (pl) « Warsaw Top 10 », Warsaw tour Edition nr 5, 2012 (consulté le 1er mars 2013) : « The National Museum in Warsaw is also one of the most modern in Europe. Computer-led LED lighting is a feature of only select museums and galleries in Germany and the UK. The LED system allows to adjust the light to every painting so that its unique qualities are enhanced. », p. 20
  14. a, b, c et d (pl) Monika Kuc, « Nowe galerie i światła », www.rp.pl (consulté le 5 juillet 2012)
  15. a, b, c, d, e, f et g (pl) Marta Dziewulska, « Nowe oblicze Galerii Sztuki Średniowiecznej Muzeum Narodowego w Warszawie », beautymission.pl (consulté le 25 novembre 2013) : « W Galerii Sztuki Średniowiecznej MNW znajdują się głównie obiekty z okresu późnego średniowiecza (XIV–XVI w.), pochodzące z różnych regionów dzisiejszej Polski, a także kilka eksponatów z zachodu Europy. Są to dzieła, które pierwotnie przeznaczone były niemal wyłącznie do kościołów. Ekspozycja została zaprojektowana tak, aby widzowie mogli jak najlepiej zrozumieć rolę sztuki w życiu religijnym czasów średniowiecza. (...) W galerii prezentowane są ponadlokalne zjawiska sztuki XII–XV wieku, np. usamodzielnienie się rzeźby figuralnej od architektury w epoce romańskiej, środkowoeuropejska rzeźba z kręgu Madonn na Lwie, oraz tzw. międzynarodowy styl dworski, określany również jako piękny ok. 1400. Wiele włączonych do wystawy dzieł świadczy także o odrębnym charakterze ważnych dla Europy Środkowej regionów: Śląska 1440–1520 (wielkie, wieloskrzydłowe ołtarze, epitafia, tablice wotywne i dydaktyczne, droga krzyżowa), Małopolski, Wielkopolski i Kujaw 1440–1520 (ołtarze, obrazy dewocyjne) oraz Gdańska i regionu północnohanzeatyckiego 1420–1520 (z okazałymi ołtarzami z Hamburga i Pomorza). (...) Aranżacja przestrzeni wystawienniczej powierzona pracowni architektonicznej WWAA (...) Dzięki nowym rozwiązaniom konstrukcyjnym poliptyki skrzydłowe, takie jak słynny Poliptyk Grudziądzki są dostępne ze wszystkich stron, łącznie z rewersami skrzydeł, które do tej pory nie były widoczne dla widzów. »
  16. a, b, c, d et e (pl) « Gallery of Old Masters », mnw.art.pl (consulté le 25 février 2017)
  17. a, b et c (pl) « Galeria Dawnego Malarstwa Europejskiego », mnw.art.pl (consulté le 5 juillet 2012)
  18. a et b (pl) « Galeria Portretu Staropolskiego i Europejskiego », mnw.art.pl (consulté le 5 juillet 2012)
  19. a et b (pl) « Galeria Sztuki XIX Wieku », mnw.art.pl (consulté le 5 juillet 2012)
  20. a, b et c (pl) « Galeria Sztuki XX i XXI Wieku », mnw.art.pl (consulté le 1er mars 2013)
  21. a et b (pl) « Zbiory Sztuki Starożytnej i Wschodniochrześcijańskiej », mnw.art.pl (consulté le 1er mars 2014) : « Zbiory Sztuki Starożytnej i Wschodniochrześcijańskiej liczą obecnie około 24 000 zabytków. Są największym i najważniejszym tego typu zespołem w Polsce. (...) Najcenniejsze są niewątpliwie kolekcja malowideł z chrześcijańskiej katedry w Faras (starożytne Pachoras, obecnie Sudan) – unikalna w skali światowej – oraz kolekcja malowanych waz greckich – najlepsza w Europie Środkowo-Wschodniej. »
  22. a, b, c et d (pl) « Zbiory Dawnej Sztuki Europejskiej », mnw.art.pl (consulté le 1er mars 2014) : « Zbiory Dawnej Sztuki Europejskiej liczą dzisiaj ponad 3700 zabytków (...) Początki Zbiorów Dawnego Malarstwa Europejskiego sięgają 1862 roku, utworzenia Muzeum Sztuk Pięknych, kiedy dokonano zakupu 36 cennych obrazów włoskich, niderlandzkich i niemieckich na aukcji kolekcji Johanna Petera Weyera w Kolonii. Muzeum weszło wówczas w posiadanie dzieł takich mistrzów jak Pinturicchio, Cornelis van Haarlem, Jacob Jordaens. (...) Po tym wyjątkowo pomyślnym początku zbiory rozrastały się dzięki dalszym zakupom oraz darom i depozytom. Do najważniejszych nabytków należały zbiory malarstwa Pietro Fiorentiniego zapisane w 1858 na rzecz Szkoły Sztuk Pięknych oraz przekazane do Muzeum w 1879. Kolekcja powiększyła się następnie w wyniku zakupu obrazów z kolekcji Wojciecha Kolasińskiego w latach 1877–1896 oraz zapisu testamentowego Cypriana Lachnickiego z 1906 roku, przejętego w 1908 – o obrazy: Biczowanie Chrystusa Peetera Kempeneera, Portret mężczyzny w żółtym kaftanie Hansa Schäufeleina, Wygnanie z Raju Piera Francesco Moli oraz Akademickie studium nagiego mężczyzny Jean-Auguste-Dominiqueʼa Ingresa. W 1935 dokonano zakupu z dużej kolekcji obrazów Jana Popławskiego, obejmującej między innymi Portret admirała Tintoretta. »
  23. de la part de la Société des Amis de Tadé Makowski à Paris, 41.1 x 33.5 cm, MOW 212 (212656), signé par l'auteur - A mon cher T. Makowski avec ma vieille amitié M.G. (pl) Jan Białostocki, Maria Murdzeńska, Danuta Książkiewicz et Jan Kuglin, Catalogue of paintings: foreign schools, vol. 1, National Museum in Warsaw, , p. 162
  24. (pl) « Lassitude », www.delempicka.org (consulté le 16 mai 2014) : « 1979 - National Museum Warsaw - Poland (...) one of Lempicka's paintings, "Lassitude" (B.83); the work now belongs to the permanent collections of the Museum of Modern Art of Warsaw. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. (pl) Dorota Folga-Januszewska, Muzeum Sztuk Pięknych i Muzeum Narodowe w Warszawie 1862-2004 (Museum of Fine Arts and the National Museum in Warsaw 1862-2004), National Museum in Warsaw, , PDF direct download, 94.1 KB (lire en ligne).
  1. p. 9.
  2. p. 12.
  3. p. 52.
  1. Katarzyna; Folga-Januszewska, Dorota Murawska-Muthesius, National Museum in Warsaw: guide : galleries and study collections, Muzeum Narodowe w Warszawie, (ISBN 83-7100-126-6).
  1. p. 31.
  2. p. 31.

Liens externes[modifier | modifier le code]