Charles-François Daubigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daubigny.
Charles-François Daubigny
Charles francois daubigny.jpg

Charles-François Daubigny photographié par Nadar.

Naissance
Décès
(à 61 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Maîtres
Élèves
Mouvement
Distinctions
Œuvres réputées

Charles-François Daubigny, né le à Paris où il est mort le , est un artiste peintre et graveur français de l’école de Barbizon, considéré comme un des précurseurs de l’impressionnisme. Il est le père de Charles Pierre dit Karl Daubigny (né à Paris en 1846 et mort à Auvers-sur-Oise en 1886).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de peintres, Charles-François Daubigny est très tôt initié à cet art par son père, Edmé-François Daubigny et son oncle, le miniaturiste Pierre Daubigny. Il est également l’élève de Jean-Victor Bertin et Jacques Raymond Brascassat.

Son installation à Barbizon en 1843 où il travaille au cœur de la nature change sa manière de peindre. Sa rencontre avec Camille Corot en 1852 est à ce titre décisive : sur son bateau (baptisé le « Botin ») qu’il a aménagé en atelier de peinture, il peint en suivant le cours de la Seine et de l’Oise, en particulier dans la région d’Auvers-sur-Oise. À partir de l’année 1852, l’influence de Gustave Courbet oriente son art vers une direction réaliste.

En 1866, Daubigny visite l’Angleterre et s’y rend à nouveau en 1870 à cause de la guerre franco-prussienne. Il rencontre Claude Monet à Londres, avec qui il part pour les Pays-Bas. De retour à Auvers, il fait la connaissance de Paul Cézanne et d’autres peintres impressionnistes. On retient aujourd’hui l’idée que Daubigny a pu compter dans les influences de cette nouvelle génération d'artistes.

Les peintures les plus marquantes de Charles-François Daubigny sont celles produites entre 1864 et 1874, qui ont pour la plupart pour objet des paysages forestiers et des lacs. Déçu de voir ses peintures les plus abouties ne pas rencontrer le succès et la compréhension de ses contemporains, il est malgré cela, à la fin de sa carrière, un artiste extrêmement recherché et apprécié.

Daubigny est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (division 24).

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Madeleine Fidell-Beaufort et Janine Bailly-Herzberg, La Vie et l'œuvre de Daubigny, éditions Geoffroy-Dechaume, Paris, 1975.
  • Robert Hellebranth, Charles-François Daubigny, 1817-1878, éditions Matute, Morges, 1976.
  • Michel Melot, L'œuvre gravé de Boudin, Corot, Daubigny, Dupré, Jongkind, Millet, Théodore Rousseau, Paris, Art et Métiers du Livre Éditions,‎ , 296 p. (ISBN 2-7004-0032-1)
  • Étienne Moreau-Nélaton, Daubigny raconté par lui-même, éditions Henri Laurens, Paris, 1925.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Melot 1978, p. 276.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :