Jozef Israëls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jozef Israëls
Image dans Infobox.
Autoportrait (1908)
Naissance
Décès
(à 87 ans)
La Haye, Pays-Bas
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Mouvement
A influencé
Archives conservées par
Archives de l'École polytechnique fédérale de Zurich (en) (CH-001807-7:Hs 239)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Jozef Israëls, né le à Groningue et mort à La Haye le (à 87 ans), est un peintre et graveur réaliste néerlandais, père du peintre Isaac Lazarus Israëls.

Membre de l'École de la Haye, il illustre une veine du réalisme social en se concentrant principalement sur les déshérités du ghetto d'Amsterdam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille juive néerlandaise, il commence des cours de peinture et de dessin à l'Academie Minerva de Groningue, à l'âge de onze ans.

En 1842, il se rend à Amsterdam pour étudier auprès des peintres Jan Adam Kruseman et Jan Willem Pieneman.

Arrivé à Paris en 1845, il devient l'élève de Paul Delaroche, Horace Vernet et James Pradier et perfectionne son style académique de peinture. Plus tard son véritable maître est François-Edouard Picot. Il expose au Salon de Paris à partir de 1855.

Il visite l'Allemagne, étudiant les artistes romantiques allemands.

Il regagne Amsterdam, puis plus tard La Haye en 1870.

Il a enseigné à de nombreux élèves, dont son fils Isaac. -

Œuvre[modifier | modifier le code]

Malgré sa formation, il n'a pas consacré sa carrière à peindre des scènes historiques. Alors qu'il se remettait d'une maladie dans le village de pêcheurs néerlandais de Zandvoort, il a été consterné par le sort tragique des pêcheurs et de leurs familles. Ses peintures sobres et sobres retraçant la vie du village de pêcheurs lui valent une renommée internationale. Les critiques ont comparé son travail au pinceau d'empâtement, ses couleurs chaudes et son utilisation du clair-obscur avec le travail de Rembrandt[2].


Notes[modifier | modifier le code]

  1. « http://archivdatenbank-online.ethz.ch/hsa/#/content/39194080d81c455483c2d09562722dbe » (consulté le )
  2. « Jozef Israëls », sur Rijksmuseum (consulté le )
  3. D. Durbé, Le Post-Impressionnisme, Paris, Rive-Gauche ProductionsColl. Art en Mouvement, , 351 p. (ISBN 2 86535 023 1), p. 40 La Tradition réaliste
  4. « Intérieur de chaumière », sur Musée d'Orsay (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frans Netscher et Philippe Zilcken, Jozef Israëls : l'homme et l'artiste, J.M. Schalekamp, Amsterdam, 1890, 44 p.
  • (nl) John Sillevis, Dieuwertje Dekkers, Willemien de Vlieger-Moll [et al.], Jozef en Isaac Israëls: vader & zoon, Waanders, Zwolle, 2008, 159 p. (ISBN 978-90-400-8542-0) (publié à l'occasion de l'exposition du même nom tenue à La Haye, Musée municipal de La Haye, du au )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :