Robert Mols

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mols.
Robert Mols
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
AnversVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Léonie Mols (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Robert Mols, né le à Anvers, et mort le dans la même ville, est un peintre, graveur et dessinateur belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Robert Mols naît le à Anvers[1]. Il est le fils du peintre Florent Mols (nl) et de sa femme Elisa Brialmont[2]. Léonie Mols (nl) est sa sœur[3].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Il étudie à l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers, où il a déjà remporté plusieurs prix à l'âge de 13 ans[1]. À 15 ans il expose pour la première fois à Anvers[1].

À l'âge de 17 ans il part pour la France[4]. Vers 1868 il se trouve à Barbizon[5]. Il a des contacts avec Antoine Vollon[5].

Il retourne à Anvers en 1870 et se met à peindre des fleurs, des natures mortes et des marines dans un style clair et réaliste[5]. Il peint en 1874 l'huile sur toile Le Canal Saint-Pierre à Anvers[6].

En 1886 il se rend à Paris où il est élève de Jean-François Millet et de Jules Dupré[1].

Il expose fréquemment au Salon à partir de 1873 et ses œuvres, très remarquées, sont à plusieurs reprises achetées par le gouvernement français, notamment Le Vieux Port de Marseille (1879) et Le Président Carnot passant la revue de la flotte française, à Boulogne (1890)[1].

Excellent dessinateur et brillant coloriste, il sait rendre à merveille les grands horizons, les multiples aspects de la mer[1]. C'est aussi un remarquable peintre de panoramas et il faut citer dans ce genre ceux de Venise, Paris vu du sommet du Louvre, Anvers[1]. Ce dernier lui est commandé par sa ville natale[1]. Il peint également des architectures[7].

Son travail est présent au Musée Royal des Beaux-Arts, au Musée National Maritime d'Anvers, au Musée de l'Armée à Bruxelles et au Musées de Dunkerque, Prague et de Sète[8]. Dans ce dernier musée est conservé Le canal de La Peyrade à Sète, exécuté en 1891[9].

Il est l'auteur de Bassins de la Barre, au Havre, et St-Adresse de la même ville[10]. Le Port du Havre, photogravure exécutée en 1882, de 443 millimètres de haut et 580 millimètres de large, est conservée au British Museum[11]. L'avant-port, sortie d'un transatlantique, huile sur toile non datée de 2,2 m x 1,4 m, est achetée en par le musée des beaux-arts du Havre[12].

Il collabore en 1899 au Diorama du Congo de Piet Van Engelen[5]. L'œuvre est créée pour l'exposition universelle d'Anvers en 1894[13].

De sa visite à Constantinople, il laisse une huile sur panneau intitulée La mosquée Yeni Cami[14].

De nombreuses récompenses lui sont décernées et il obtient notamment, la croix de l'ordre de Léopold en 1879, et en 1900, celle de chevalier de la Légion d'Honneur[1].

Mort et après sa mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le dans sa ville natale[15].

Après sa mort, un navire est présenté par le bourgmestre et les échevins de la ville d'Anvers avec un de ses beaux tableaux, de l'une des collections d'art de la ville[Quoi ?], représentant l'inauguration des nouveaux quais à Anvers en 1885[16].

De fin à début , a lieu une exposition à Sète, intitulée Peinture et Poésie, où plusieurs de ses œuvres sont exposées, parmi celles d'autres peintres[17].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Bénézit 1924, p. 290.
  2. 400 lettres de musiciens au Musée royal de Mariemont.
  3. Raskin 2005, p. 117.
  4. Descamps 2001, p. 22.
  5. a b c et d Hostyn 1995.
  6. Descamps 2001, p. 97.
  7. Akoun 2005, p. 958.
  8. (nl) « Robert Mols », sur schoonselhof.be (consulté le 24 août 2019).
  9. Agniel.
  10. « Mols (Robert) », Revue artistique, vol. 4,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Port du Havre », sur britishmuseum.org (consulté le 24 août 2019).
  12. Manneville 2004, p. 2.
  13. Guisset 2003, p. 158.
  14. Russian Orientalism.
  15. Musée royal des Beaux-Arts d'Anvers 1905.
  16. London and North Eastern Railway 1922, p. 62.
  17. « Sète : prolongation de l'exposition “Peinture et Poésie” », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 30 octobre 2018, mis à jour le 2 juillet 2019 (consulté le 24 août 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Lewis, « Mols, Robert Charles Gustave Laurens », dans A Dictionary of Dutch & Flemish Flower, Fruit, and Still Life Painters, 15th to 19th Century, , 96 p. (lire en ligne), p. 51
  • (de) Christian Tröster, « Robert Charles Gustave Laurens Mols », dans Museumsführer: Internationales Maritimes Museum Hamburg, Koehlers Verlagsgesellschaft, , 208 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]