Jeanne d'Évreux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeanne d'Évreux
Gisant de Jeanne d'Évreux, Musée du Louvre.
Gisant de Jeanne d'Évreux, Musée du Louvre.
Fonctions
Reine de France

(3 ans, 8 mois et 21 jours)
Prédécesseur Marie de Luxembourg
Successeur Jeanne de Bourgogne
Reine consort de Navarre

(3 ans, 8 mois et 21 jours)
Prédécesseur Marie de Luxembourg
Successeur Jeanne de France
Biographie
Dynastie Maison capétienne d'Évreux
Date de naissance vers 1310
Date de décès
Lieu de décès Brie-Comte-Robert
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Louis, comte d'Évreux
Mère Marguerite d'Artois
Conjoint Charles IV le Bel, roi de France
Enfants Blanche, duchesse d'Orléans

Jeanne d'Évreux
Reines de France

Jeanne d'Évreux, née vers 1310 et morte le à Brie-Comte-Robert, est reine de France et de Navarre de 1324 à 1328 par son mariage avec le roi Charles IV le Bel (1294-1328).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne est la fille de Louis, comte d'Évreux et de Marguerite d'Artois, et la petite-fille du roi Philippe III et de Marie de Brabant.

Reine de France[modifier | modifier le code]

Étant la cousine germaine du roi, elle bénéficie de la permission du pape Jean XXII qui délivre la dispense nécessaire à Charles IV, deux fois veuf auparavant, pour qu'elle puisse devenir, le 5 juillet 1324[1], sa troisième épouse.

Elle est couronnée le 11 mai 1326 à la Sainte-Chapelle (Paris).

Descendance[modifier | modifier le code]

Elle met d'abord au monde, en 1325, une fille, Jeanne. L'année suivante, elle accouche d'une deuxième fille, Marie puis elle donnera finalement naissance, le 1er avril 1328, à une troisième fille, Blanche, née posthume ; ce qui mettra fin à la dynastie des capétiens directs au profit des Valois, en vertu de la loi salique (son époux Charles étant décédé deux mois avant) .

Mécénat[modifier | modifier le code]

La Vierge à l'Enfant, est une statuette d'argent doré posée sur un socle en émail orné de scènes de la Passion du Christ ; elle faisait pendant à la statue de Saint Jean envoyée à la basilique Saint-Denis[2].

Le livre d'heures du roi Charles IV fut commandé pour elle à Jean Pucelle. Il est connu sous le titre de Livre d'heures de Jeanne d'Évreux. Elle est aussi le commanditaire d'un bréviaire à l'usage franciscain.

Mort et sépulture[modifier | modifier le code]

Jeanne d'Évreux meurt dans son château de Brie-Comte-Robert en 1371. Comme son royal époux, son corps est inhumé à Saint-Denis, son cœur dans l'église des Cordeliers de Paris, et ses entrailles à l'abbaye de Maubuisson[3]. Son tombeau à Saint-Denis est profané le .

Gisants de Charles IV le Bel et Jeanne d'Évreux (1372). Provenance : abbatiale cistercienne de Maubuisson.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allirot 2009
  2. Insecula : Jeanne d'Evreux (consulté le 14/08/2008)
  3. Moreri L., Gouget, Le Grand dictionnaire historique ou le Mélange curieux de l'histoire sacrée, 1759, p.  273.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

Généralités
  • Anne-Hélène Allirot, « L’entourage et l’Hôtel de Jeanne d’Évreux, reine de France (1324-1371) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, vol. 116, no 1,‎ , p. 169-180 (ISSN 0399-0826, lire en ligne)
  • Guillaume Mollat, « Clément VI et Jeanne d'Évreux, reine de France et de Navarre », Revue d'histoire ecclésiastique, vol. 58, no 1,‎ , p. 140-141 (ISSN 0035-2381)
  • (en) Thierry Stasser, « The third marriage of King Charles IV of France and his offspring », Medieval Prosopography, vol. 14,‎ , p. 1-26 (ISSN 0198-9405 et 2381-8700)
Culture, piété et mécénat
  • Elizabeth A. R. Brown, « Le mécénat et la reine : Jeanne d’Évreux (1308?-1371), la liturgie et le puzzle d’un bréviaire », dans Murielle Gaude-Ferragu et Cécile Vincent-Cassy (dir.), « La dame de cœur » : Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l'Europe des XIVe-XVIIe siècles, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-4870-1, présentation en ligne), p. 83-108.
  • Barbara Drake Boehm, « Le mécénat de Jeanne d’Évreux », dans Danielle Gaborit-Chopin et François Avril (dir.), 1300... L'art au temps de Philippe le Bel : Actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais, 24 et 25 juin 1998, École du Louvre, , p. 15-31.
  • (en) Joan A. Holladay, « Fourteenth-century French queens as collectors and readers of books: Jeanne d'Evreux and her contemporaries », Journal of Medieval History, vol. 32, no 2,‎ , p. 69-100 (ISSN 0304-4181 et 1873-1279, DOI 10.1016/j.jmedhist.2006.04.005)
  • (en) Carla Lord, « Jeanne d’Évreux as a Founder of Chapels. Patronage and Public Piety », dans C. Lawrence (dir.), Women and Art in Early Modern Europe : Patrons, Collectors and Connoisseurs, Pennsylvania State University Press, , p. 21-36

Articles connexes[modifier | modifier le code]