Marguerite de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béatrix-Marguerite de Genève
Peinture de 1700/1799 (La Venaria Reale)
Peinture de 1700/1799 (La Venaria Reale)

Titre Comtesse de Savoie
(v. 1196-1252 ou 1257)
Prédécesseur Béatrice de Vienne
Successeur Anne de Bourgogne
Biographie
Dynastie Maison de Genève
Maison de Savoie
Naissance v. 1180
Genève
Décès v. 1252 ou 1257
Pierre Châtel
Père Guillaume Ier de Genève
Mère Marguerite de Faucigny
Conjoint Thomas Ier de Savoie
Enfants Amédée IV de Savoie
Humbert
Béatrix
Thomas II de Piémont
Aimon de Savoie
Guillaume de Savoie
Boniface
Amédée
Pierre II de Savoie
Philippe Ier de Savoie
Boniface
Alice
Agathe
Marguerite
Avita

Béatrice-Marguerite de Genève, que l'on trouve mentionnée sous les formes Béatrice de Genève ou Marguerite de Faucigny, née vraisemblablement en 1180 et morte en 1252 ou 1257, est issue de la maison de Genève et devient par mariage comtesse de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dessin de Marguerite de Genève en cavalière extraite de l'ouvrage de Samuel Guichenon.

Béatrice-Marguerite de Genève[1] est la fille de Guillaume Ier de Genève, comte de Genève et de Vaud, et Marguerite-Beatrix, peut être fille du seigneur Aymon Ier de Faucigny et de Clémence de Briançon[2],[3],[4].

Elle épouse vers 1196 le comte Thomas Ier de Savoie et devient comtesse[5],[6],[7]. Les Chroniques de Savoie raconte que le comte de Genève destinait sa fille au roi de France[8]. Certains historiens ont distingué une Béatrix de Genève et une Marguerite de Faucigny, et considèrent ainsi qu'il y aurait eu deux mariages[9],[10].

Elle meurt en 1252 ou 1257. Elle est inhumée en l'abbaye d'Hautecombe, avec huit de ses enfants.

Descendance[modifier | modifier le code]

Le couple aura de nombreux enfants, le chiffre de dix dont huit garçons est celui généralement retenu[6],[11],[12], même si d'autres sources avancent jusqu'à neuf autres enfants, dont des enfants illégitimes[2]. L'aîné héritera des titres et droits de son père, quant à ses fils puinés, ils intègreront les ordres[2]. Toutefois, deux d'entre-eux hériteront du titre de comte à la mort de leur aîné[2].

D'autres enfants sont parfois ajoutés à la fratrie, ainsi l'article dédié sur le site sabaudia.org, édité par les services des archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie, en indique cinq de plus[2] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-José de Belgique, La Maison de Savoie: Amédée VIII, le duc qui devint pape, Paris, Albin Michel, 1962, p. 132.
  2. a, b, c, d, e et f Palluel-Guillard, p. 12.
  3. Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. (lire en ligne), p. 143.
  4. Marie-Claud Junod, Monique Droin-Bridel, Olivier Labarte, « Polémiques religieuses. Etudes et textes », Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, Genève, tome XLVIII,1979, page II « Tableau généalogique, très simplifié, pour illustrer les liens de parenté entre les principaux personnages de l'époque » (Lire en ligne).
  5. Bernard Andenmatten, « Savoie, Thomas Ier de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne..
  6. a et b Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 468.
  7. Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-877-47804-5), p. 27.
  8. Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 620 p. (lire en ligne), p. 145.
  9. Auguste Dufour, François Rabut, « Notes pour servir à l'histoire des Savoyards de divers états », Mémoires et documents de Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, vol. 11,‎ , p. 218 (lire en ligne).
  10. Alain Boucharlat, Savoie, La Fontaine de Silo2, coll. « Encyclopédies régionales », (ISBN 978-2-86253-221-9, lire en ligne), p. 22.
  11. Cox 2015, p. 417.
  12. Thérèse Leguay et Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-877-47804-5), p. 44.
  13. Jean-François Gonthier, Les châteaux et la chapelle des Allinges, Imprimerie J. Masson, , 171 p., p. 21.
  14. Gallia Christiana, 1771, volume 16, provinces de Vienne, Ecclesia Maurianensis, « XXXII Amedeus II » p. 630 Lire ne ligne.