Robert Ier de Courtenay-Champignelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robert Ier de Courtenay-Champignelles
Titre seigneur de Champignelles
Autre titre seigneur de Charny, de Château-Renard en partie, de Conches[N 1], de Mehun, de Celles
Autres fonctions Grand Bouteiller de France
Biographie
Naissance
Décès
Saint-Jean-d'Acre
Père Pierre Ier de Courtenay
Mère Élisabeth de Courtenay
Conjoint 1) Constance de Toucy
2) Mahaut de Mehun
Enfants Pierre de Courtenay-Conches (en) († ~1249/1250) ;
Robert de Courtenay ;
Jean Ier de Courtenay-Champignelles
Famille Maison capétienne de Courtenay
Alliés fratrie : Pierre II de Courtenay, Alice de Courtenay

Robert de Courtenay (1168-1239), seigneur de Champignelles, de Charny, de Château-Renard en partie, de Conches (pas de Conches-sur-Gondoire)[N 1], de Mehun, de Celles[N 2], est bouteiller du roi de France Louis VIII[1].

Petit-fils du roi Louis VI, il fait partie de la Maison capétienne de Courtenay, branche cadette des Capétiens.

Famille[modifier | modifier le code]

Son père est Pierre de France († 1180/1183), fils de Louis VI de France[2].
Sa mère est Élisabeth de Courtenay, fille de Renaud de Courtenay et d'Eustachie (elle-même fille de Baudoin de Corbeil)

Ses parents ont eu dix enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

À la suite de la conquête du duché de Normandie en 1204, Robert reçoit comme récompense les châteaux de Nonancourt et Conches[N 1] de son cousin Philippe Auguste. En 1210/1211, aux côtés des seigneurs du nord de la France, il participe au début de la croisade contre les Albigeois.[réf. nécessaire]

En 1216 Louis, fils de Philippe Auguste, tente de conquérir le royaume d'Angleterre à l’appel de plusieurs barons. Mal en point, il reçoit l’aide de Robert de Courtenay mais celui-ci est fait prisonnier à la bataille de Lincoln (1217). Les Anglais le libèrent quelques semaines plus tard.[réf. nécessaire]

À la mort de Philippe Auguste en 1223, Louis devient roi sous le nom de Louis VIII de France. Il nomme alors Robert bouteiller de France[1].

En 1234 (ou avant 1231 selon les sources), Robert fonde l’abbaye Notre-Dame de Beauvoir à Marmagne, près de Mehun-sur-Yèvre (Cher).[réf. nécessaire]

En 1239, il meurt en Palestine (à la suite de la sixième croisade ?).

Il est enterré à l'abbaye de Fontainejean, qu'il a nommé par charte de 1225 comme lieu de sépulture[8].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Épouses
Enfants

Avec Constance de Toucy (une ou deux filles) :

  • Blanche de Courtenay († 1268), devient avant 1220 la première femme de Louis, comte de Sancerre, fils de Guillaume Ier comte de Sancerre (Champagne-Blois) et de sa seconde femme Marie de Charenton[9],[N 3].
  • Une fille est mentionnée par ses fiançailles en avec le fils aîné de Guillaume du Fresne. Cette fille pourrait être Blanche, ou une autre fille issue de ce premier mariage ; et dans le cas de fiançailles d'enfants, elle pourrait être issue du second mariage[1].

Avec Mathilde de Vierzon-Mehun (sept enfants) :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Conches-sur-Gondoire, Seine-et-Marne ?
  2. a b et c Celles est devenu Selles-sur-Cher. Charte d'octobre 1216 : "Robertus de Cortiniaco dominus de Cellis sancti Eusicii" affranchit les hommes "apud Cellas". "Cellis sancti Eusicii" est l'abbaye-Saint-Eusice de Selles-sur-Cher nommée dans le cartulaire de l’archevêché de Bourges, p. 200, n° 44. Cité dans Denis Jeanson, « Abbaye suivi d’un nom de saint ou de sainte », sur denisjeanson.fr (consulté le ) (paragraphe "Saint Eusice").
  3. Charte de mars 1221 (Layettes du Trésor des Chartes I, 1528, p. 543) : "Robertus de Curtiniaco" ("Robert de Courtenay") confirme que "gener meus Ludovicus filius comitis Sacri-Cesaris" ("mon gendre Louis fils du comte de Sancerre") a fait hommage à Philippe II roi de France. Cité dans « Blanche de Courtenay (-1268) ».
  4. Magduno, ou Meun, sont d'anciens noms de Mehun. Voir Claude C. Pierquin de Gembloux, Notices historiques, archéologiques et philologiques sur Bourges et le département du Cher, Bourges, Just Bernard, , 519 p. (lire en ligne), p. 456.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m « Robert de Courtenay (-1239) », sur medlands.
  2. a b c d et e (en) « Pierre de Courtenay (-1180/1183) », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).
  3. (en) « Pierre de Courtenay (-1219) », dans « Constantinople, latin Empire », ch. 2 : « Latin emperors of Constantinople 1216-1261 (Seigneurs de Courtenay) », sur medlands (consulté le ).
  4. (en) « Alix de Courtenay (-1218) », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).
  5. (en) « Eustachie de Courtenay (-apr. 1235) », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).
  6. (en) « Clémence de Courtenay », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).
  7. (en) « Constance de Courtenay (-apr. 1231) », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).
  8. Charte de 1225 (Bouchet, Preuves [Ex Continuatore Aimoni Monachi Floriacensis, Lib. V, Cap. LI], 1661, p. 29). Cité dans « Robert de Courtenay (-1239) », sur medlands.
  9. « Blanche de Courtenay (-1268) », dans « Champagne nobility - Sens & Joigny », ch. 1 : « Nobility in Sens », section B : « Seigneurs de Courtenay 1161-1303 (Capet) », sur medlands (consulté le ).