Jardin botanique du Val Rahmeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Situé à Menton (Alpes-Maritimes), le jardin botanique du Val Rahmeh, d'une superficie de 15 000 m2, fait partie du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les laboratoires et bureaux du jardin

Le Val Rahmeh est à l'origine une petite propriété avec quelques terres et une villa de style italo-provençal bâtie par la famille mentonnaise des De Monléon au XIXe siècle.

En 1905, la propriété est rachetée par Sir Percy Radcliffe, ancien gouverneur de Malte, dont l’épouse s’appelait Rahmeh (terme arabo-persan signifiant « tranquillité »). Le couple s’emploie à agrandir la villa mais surtout le jardin, en rachetant des terres voisines. S’ils gardent quelques-uns des oliviers plantés sur les terres acquises (aujourd'hui arbres quadricentenaires), ils font surtout planter de nombreuses espèces de climat méditerannéen, notamment les Dattiers des Canaries (Phoenix canariensis) qui composent l'allée principale.

Divers propriétaires se succèdent jusqu'en 1957, date à laquelle Miss May Bud Campbell, riche anglaise passionnée de botanique, achète le site. La « Dame aux daturas » renomme la villa « casa rossa », agrandit le domaine dans sa partie inférieure et enrichit le jardin de nombreuses espèces exotiques, particulièrement des Solanacées qu'elle affectionne. Très endettée, elle est contrainte à la vente et confie son jardin à l'État le 3 mars 1966. L'État charge alors le Muséum national d'histoire naturelle de le gérer. Le jardin ouvre ses portes au public dès 1967.

Sous la tutelle du Muséum, il remplit les missions de conservation, d'acclimatation, de diffusion des connaissances et de formation. Il participe également aux échanges internationaux entre jardins et aux grand rendez-vous culturels et botaniques (Journées du Patrimoine, Fête de la Nature, Rendez-vous aux jardins...)

Plantations[modifier | modifier le code]

Le jardin possède une collection de plantes exceptionnelles pour sa latitude. Menton, et spécialement la baie de Garavan, possède un climat particulièrement doux et ensoleillé même en hiver, et une humidité régulière, offrant un havre pour des plantes subtropicales et tropicales qui ne pourraient pas pousser ailleurs en France. Les collections alternent plantes de climat méditerranéen (Californie, Chili, Afrique du Sud, Sud-ouest australien et Bassin méditerranéen bien-sûr) et de climats subtropical et tropical (Antilles, Mexique, Brésil, Inde, Chine, Japon, Australie ou encore Nouvelle-Zélande) dans diverses zones correspondant à des exigences écologiques spécifiques (tropiques humides, tropiques sèches, bassin d'eau...). On trouve ainsi de nombreuses espèces dites succulentes (cactus, agaves, aloès...), des daturas et autres plantes magiques, des oliviers quadricentenaires, des Palmiers (Arécacées) et de multiples fougères arborescentes (Cyathéacées). Aux côtés de la collection d'agrumes, un potager regroupe des espèces comestibles du monde entier (litchi, goyave, poire-melon, taro...) et un bassin accueille des Victoria cruziana (un nénuphar géant dont les feuilles peuvent dépasser les 2 mètres de diamètre).

Il comprend des spécimens de plusieurs plantes éteintes dans leur milieu naturel, en particulier le Sophora toromiro, originaire de l'Île de Pâques.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Proche du bord de mer, le jardin botanique du Val Rahmeh est aussi une destination touristique. Ouvert tous les jours sauf le mardi, il accueille quelques 15 000 visiteurs par an. Des visites guidées, réalisées par les jardiniers, sont proposées. L'établissement accueille parfois des expositions, dans le jardin comme dans la villa.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]