Promenade du Paillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Promenade du Paillon
Image illustrative de l'article Promenade du Paillon
Miroir d’eau
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Provence-Alpes-Côte d’Azur
Commune Nice
Quartier Jean-Médecin, Carabacel
Superficie 12 ha
Cours d'eau Paillon
Histoire
Création 2011
Personnalité(s) Michel Pena
Caractéristiques
Type Coulée verte
Gestion
Propriétaire Ville de Nice
Ouverture au public Oui
Accès et transport
Stationnement Aucun
Gare Gare de Nice-Ville
Tramway Ligne 1 du tramway de Nice
Bus   3    8   11  27  52  59  70  94   200  400  500 
Localisation
Coordonnées 43° 41′ 49″ nord, 7° 16′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Promenade du Paillon

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Promenade du Paillon

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Promenade du Paillon

Géolocalisation sur la carte : Nice

(Voir situation sur carte : Nice)
Promenade du Paillon

La promenade du Paillon est une coulée verte située à Nice et conçue par le paysagiste Michel Péna. Elle permet de relier la promenade des Anglais jusqu’au théâtre national en longeant d’un côté l’avenue des Phocéens suivi du boulevard Jean-Jaurès et d’un autre côté l’avenue de Verdun suivi de l’avenue Félix-Faure sur une longueur de 1,2 km. Elle passe à côté du théâtre de verdure et du jardin Albert-Ier[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Les travaux de la promenade du Paillon débutent en 2010 par la démolition de la gare routière de Nice et de ses jardins suspendus[3],[4]. Le montant total de ceux-ci s'élève à quarante millions d'euros[2]. La coulée verte est inaugurée le par Christian Estrosi et Éric Ciotti[5].

Les lieux deviennent immédiatement prisés par les Niçois et les touristes, en particulier les jeux d'enfants[6]. En une semaine, trois enfants se blessent sur une attraction en bois[7], ce qui oblige la municipalité à revoir les mesures de sécurité avec le constructeur du jeu[8]. Rapidement, on annonce une hausse de 20% de l'immobilier autour de la promenade [9]

Description[modifier | modifier le code]

La promenade du Paillon fait une superficie de 12 ha. Elle est composée de 1 600 arbres, 6 000 arbustes et 50 000 plantes vivaces[10]. Elle comprend également un miroir d’eau de 3 000 m2, équipé de 128 jets ainsi qu'un plateau des brumes de 1 400 m2[11]. Le règlement du parc interdit la position assise sur les pelouses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Bernouin, « PHOTOS - Premier week-end pour la Promenade du Paillon de Nice », sur metronews, (consulté le 27 octobre 2013)
  2. a et b Florent Boutet, « Nice : inauguration de la promenade du Paillon », sur France 3, (consulté le 27 octobre 2013)
  3. nice.fr, « La Promenade du Paillon », (consulté le 6 décembre 2013)
  4. nice.fr, « Historique du secteur du Paillon », (consulté le 6 décembre 2013)
  5. CG06.fr, « Inauguration de la Coulée verte à Nice », (consulté le 6 décembre 2013)
  6. Michel Bernouin, « A Nice, la "coulée verte" est noire de monde », (consulté le 6 décembre 2013)
  7. nicematin.com, « Coulée verte de Nice: l'attraction phare fermée après un troisième blessé », (consulté le 6 décembre 2013)
  8. nicematin.com, « Coulée verte de Nice: après l'accident sur la baleine, la mairie prend des mesures », (consulté le 6 décembre 2013)
  9. nicematin.com, « La Promenade du Paillon de Nice et ses retombées économiques... », (consulté le 16 décembre 2013)
  10. nice.fr, « L'aménagement paysager », (consulté le 6 décembre 2013)
  11. nice.fr, « La magie de la promenade », (consulté le 6 décembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La Promenade du Paillon, jardin fleuve en cœur de ville » (photogr. Département photographique de la ville de Nice), Nice Expression, no 30,‎ , p. 8-11 (lire en ligne [flash])