Pierre Foncin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foncin.
Pierre Foncin
Pierre Foncin par Eugène Pirou.jpg

Pierre Foncin par Eugène Pirou

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Pierre François Charles Foncin, né le à Limoges et mort le à Paris, est un professeur, un historien et un géographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il effectue ses études tout d'abord au lycée de Laval[1]. Il va ensuite à Amiens, puis à l'internat Sainte-Barbe. Puis en 1860, élève au lycée Louis-le-Grand, il remporte[2] le premier prix de discours français. Il est agrégé d'histoire en 1863 puis devient professeur dans les lycées de Carcassonne, Troyes, Mont-de-Marsan et de Bordeaux. Pendant son séjour carcassonnais il publie, en 1865, le premier guide consacré à la Cité de Carcassonne. Il devient docteur-es lettres en 1876 grâce à une thèse sur l'histoire de Carcassonne. Il occupe la chaire de géographie à l'Université de Bordeaux. Il est nommé en 1879 recteur d'académie à Douai. En 1881, il est nommé par Paul Bert directeur de l'enseignement secondaire, puis en 1882, inspecteur général de l'enseignement secondaire.

Le 2 avril 1866, il épouse à Carcasonne Anne Sylvestre (1841-1887). De cette union naîtra une fille Antoinette, qui épousera Jean-Baptiste Passerieux. (d'où postérité).

Il est secrétaire général puis président de l'Alliance française de 1883 à 1914[3]. Le géographe est venu s'établir à Cavalaire sur Mer en 1890 où il a fait édifier « Lou Casteou dou Souleou »[4], domaine entouré d'un jardin botanique méditerranéen et amer très connu des marins, légué en 1977 par ses filles, sans descendance, Mireille et Myriem Foncin (issues de son second mariage en 1890 avec Jeanne, Marie de Pozzi) au Conservatoire du littoral[5]. Le parc botanique de la Maison Foncin est notamment constitué d'une forêt de chênes-lièges, encore exploitée.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1865, Guide historique, archéologique et descriptif... de Carcassonne Carcassonne : impr. de L. Pomiès.(Plusieurs rééditions).
  • 1877, Essai sur le Ministère de Turgot, Germer-Baillière, Paris.
  • 1888, La Deuxième Année de géographie, Librairie Classique Armand Colin et Cie.
  • 1900 La Troisième Année de géographie (Leçons en regard des cartes) À l'usage de l'enseignement secondaire classique, moderne et des jeunes filles de l'enseignement primaire supérieur, des écoles commerciales, Armand Colin, Paris.
  • 1910, Les Maures et l'Estérel, Armand Colin, Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il obtient en 1857 le prix d'honneur de discours latin.
  2. Comme vétéran de rhétorique.
  3. Pour en savoir plus on peut se reporter à sa nécrologie parue dans les Annales de géographie sous la plume de Paul Vidal de La Blache.
  4. Le domaine en images.
  5. La Maison de Pierre Foncin, géographe, consulté le 9 juin 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]