Villa Thuret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villa Thuret
Image illustrative de l’article Villa Thuret
Un aperçu du jardin durant la saison 2011
Géographie
Pays France
Département Alpes-Maritimes
Commune Antibes
Superficie 3,5 hectares
Histoire
Création 1857
Ouverture 1878
Personnalité(s) Gustave Thuret
Caractéristiques
Type Jardin botanique-arboretum
Essences Espèces végétales exotiques
Lieux d'intérêts Collection d'arbustes de type méditerranéen acclimatés et herbier
Gestion
Propriétaire INRAE
Protection Jardin remarquable depuis 2007[1]
Arbres remarquables de France depuis 2015
Jardin botanique de France depuis 2017

Jardin botanique de France depuis 2017


Maison des Illustres depuis 2019[2]
Logo Maisons des illustres.svg
Coordonnées 43° 33′ 50″ nord, 7° 07′ 28″ est


Vue d'une partie du jardin.

La Villa Thuret est un jardin botanique, situé à Antibes, dans le département français des Alpes-Maritimes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du Jardin botanique de la Villa Thuret, à Antibes, remonte à 1858 ; il est le fait du botaniste Gustave Adolphe Thuret. Il est devenu établissement d’État en 1875, attaché d'abord au Ministère de l'Instruction publique (Direction de l'Enseignement supérieur), puis, en 1927, au Ministère de l'Agriculture (Institut de recherches agronomiques et, depuis 1946, l'Institut national de la recherche agronomique).

Après le décès de Gustave Thuret, son collaborateur Édouard Bornet continue les travaux qu’ils avaient entrepris ensemble et en publie les résultats. En 1877, madame Fould, la belle-sœur de Gustave Thuret, achète la propriété et en fait donation à l’État français.

La villa en 1889 (carte postale).

Le premier directeur du Jardin fut Charles Naudin en 1878.

En 1899, lorsque Georges Poirault arriva au Jardin de la Villa Thuret, il le trouva dans un état de demi-abandon. Naudin souffrant et non secondé, démuni de crédits pour l'entretien des cultures, avait dû les laisser péricliter. C'est donc à Poirault que l'on doit la restauration et à l'enrichissement du Jardin de la villa.

En 1929 un hiver désastreux anéantit un grand nombre des plantes qui paraissaient définitivement acclimatées à la villa Thuret. Une collection de plusieurs centaines d'espèces de Fougères exotiques disparut aussi deux ans plus tard, faute d'arrosages.

La Villa obtient en 2019 le Label de "Maison des Illustres" du ministère de la culture, qui met en valeur « les maisons qui conservent et transmettent la mémoire de femmes et d’hommes qui les ont habitées et se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France[3] ».

Le jardin botanique et les collections[modifier | modifier le code]

Un aspect du jardin.

Le jardin botanique s'étend sur 3,5 hectares.

Les collections actuelles se composent essentiellement d’arbres et arbustes, originaires de régions du monde présentant un climat de type méditerranéen. Élevés en serre, ils sont ensuite acclimatés en plein air. Ces collections comprennent 2500 arbres et arbustes représentant 1 600 espèces (répartis en 144 genres et 131 familles).

Outre ces collections de plantes, la villa Thuret possède un important herbier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le jardin Thuret - Site internet de l'Inrae », Inrae
  2. « Huit nouvelles Maisons des Illustres labellisées », communiqué de presse du Ministère de la Culture, 21 janvier 2019
  3. « Huit nouvelles Maisons des Illustres labellisées - Ministère de la Culture », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 5 juin 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Poirault, Villa Thuret : Laboratoire pour les études de culture et de botanique - Antibes, Catalogue des graines récoltées en 1909, avec B. Texier, 1910.
  • Georges Poirault, Livret guide du visiteur au Jardin Thuret, F. Robaudy, 1931, 64 p.
  • Georges Poirault, Hortus thuretianus antipolitanus : catalogue des plantes cultivées au jardin de la Villa Thuret à Antibes, Impr. Robaudy, 1933, 204 p.
  • Nécrologie : Georges Poirault (1858-1936), dans Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale, 1936, vol.16, n°177, pp.403-413 [1] → voir particulièrement les pages 406 à 411 qui ont servi de source.
  • Catherine Ducatillion & Landy Blanc-Chabaud, L'art d'acclimater les plantes exotiques: Le jardin de la villa Thuret, Éditions Quae, 2010, 192 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Tela Botanica : Livres anciens de la villa Thuret (INRA-Antibes) en ligne [2]
  • INRA : Les arbres de la Villa Thuret, un modèle d’acclimatation [3].
  • INRA : Bienvenue à la Villa Thuret [4]