Jean-Marc Dumontet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Marc Dumontet
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Français
Activités
Autres informations
Parti politique
LREM (depuis 2016)
Distinction

Jean-Marc Dumontet, né le [1] à Bordeaux, est un chef d'entreprise et un producteur français de spectacles.

Il possède le Théâtre Antoine, le Théâtre Libre[2], Le Point-Virgule, Le Grand Point-Virgule, Bobino, le Sentier des Halles.

Il est notamment le producteur des humoristes Nicolas Canteloup, Alex Lutz, Fary, Caroline Vigneaux, Verino, Panayotis, Kevin Razy, Lola Dubini et les Coquettes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts dans le journalisme et la communication[modifier | modifier le code]

Originaire de Bordeaux, Jean-Marc Dumontet est titulaire d’une maîtrise de droit des affaires, diplômé de Sciences Po Bordeaux, filière service public. Comme son père et son grand-père, il était depuis l’âge de 5 ans, « programmé pour être notaire »[3]. Sa passion pour la presse écrite dès l’adolescence (il conserve en archives plus de 30 ans du Monde et de Libération) le conduira sur un tout autre chemin. Jeune correspondant en Aquitaine au Quotidien de Paris, il crée en 1989 sa première entreprise, une agence de communication, JMD Conseil et devient conseiller des relations presse du conseil régional d'Aquitaine.

Il prend ensuite la direction du magazine économique Objectif Aquitaine en 1993 et crée l'année suivante le Journal des Présidentielles, journal national destiné à couvrir l'élection de 1995. Il s'entoure d'un comité éditorial composé de Michèle Cotta, Philippe Tesson et Dominique Jamet.

La découverte du monde de la culture[modifier | modifier le code]

C'est par la musique que Jean-Marc Dumontet découvre le monde du spectacle. Le tournant s’amorce en 1991 lorsqu’il « tombe fou d’amour »[3] de La Java des mémoires, spectacle musical monté par Roger Louret avec les Baladins en Agenais, au Théâtre de Poche de Monclar (Lot-et-Garonne). La carrière de Jean-Marc Dumontet dans le spectacle démarre précisément à ce moment-là : il loue Le Trianon de Bordeaux pour cette pièce, nommée ensuite aux Molières. Cette première aventure le mène jusqu’au Théâtre de la Renaissance, à Paris, où la pièce se joue pendant 8 mois. Suivent Les Années Twist, Molière du meilleur spectacle musical en 1995. Ce spectacle, qu’il coproduit, se jouera 600 fois.

Il découvre à Biarritz en 1998 le jeune imitateur, Nicolas Canteloup[4] et devient son producteur. Les débuts de cette relation ne sont pas très prometteurs. Lors du premier spectacle à Trévise en 2001, il faut convaincre le public de venir. Jean-Marc Dumontet décide tout de même de programmer Canteloup à L’Olympia, le , ce qui sera un succès. Repéré lors de cette soirée par Michel Drucker, Nicolas Canteloup est invité à « Vivement dimanche », c'est le lancement de sa carrière et un coup d'accélérateur à celle de Jean-Marc Dumontet.

La création d'un groupe intégré de spectacle vivant[modifier | modifier le code]

Souhaitant maîtriser l’ensemble de la chaîne de production, Jean-Marc Dumontet étend progressivement ses activités à l’exploitation de salles de théâtres et à la diffusion de spectacles en France et à l’international.

Il rachète ainsi plusieurs théâtres en situation difficile sur le plan économique et en relance l’activité : le Point-Virgule[5], Bobino en 2010, le Théâtre Antoine et les Folies Bergère en 2011 avec le groupe Lagardère – avant de revendre ses parts dans cette salle en 2013 –, le Grand Point Virgule[6] en 2012, le Comedia – Théâtre Libre et le Sentier des Halles en 2017[7].

Le groupe qu’il constitue assure le développement et le rayonnement de plusieurs artistes, ainsi que la production de spectacles de théâtre présentant une forte dimension sociétale (Les chatouilles ou la danse de la colère, d’Andréa Bescond, Inconnu à cette adresse, d’après le livre de Kathrine Kressmann Taylor, avec notamment Gérard Darmon, Stéphane Guillon, Gaspard Proust, Charles Berling, Michel Boujenah, Patrick Timsit et Thierry Lhermitte, Art, de Yasmina Reza avec Jean-Pierre Darroussin, Charles Berling et Alain Fromager, Plaidoiries, d'après Les grandes plaidoiries des ténors du Barreau de Matthieu Aron, avec Richard Berry, 8 euros de l'heure de Sébastien Thiéry avec Danny Boon et Valérie Bonneton, Le Misanthrope, mis en scène par Peter Stein avec Lambert Wilson, Les élucubrations d'un homme soudain frappé par la grâce, de et avec Edouard Baer, Fleurs de Soleil, avec Thierry Lhermitte ou encore le festival Paroles Citoyennes lancé en 2018).

Depuis 2010, Jean-Marc Dumontet a investi le champ de la production audiovisuelle, avec les programmes quotidiens La revue de presque de Nicolas Canteloup (Europe 1), C Canteloup (TF1), et Catherine et Liliane (Canal +).

En 2014, il prend la présidence de la Nuit des Molières[8] et ressuscite la Cérémonie absente deux années, le [9].

Prises de position politique[modifier | modifier le code]

Il a animé un meeting de Jacques Chirac devant 15 000 personnes à Bordeaux[10].

Lors de l'élection présidentielle française de 2017, Jean-Marc Dumontet soutient Emmanuel Macron dont il vante la « modernité » et l'« audace folle ». Il s'interroge dans le journal Le Point, s'il n'y a pas « du Bonaparte chez ce candidat ». Pour lui, ce qui sous-tend le candidat d'En marche ! serait « révolutionnaire »[10],[11]. Dumontet conseille le candidat pour ses meetings (mise en scène, langage corporel...)[12].

Décoration[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benoït Hasse, « Le roi du music-hall s'offre les Folies Bergère », Le Parisien,‎
  2. https://www.le-comedia.fr/en/le-grand-comedia
  3. a et b Macha Séry, « Caché derrière le rideau : Jean-Marc Dumontet », dans Le Monde, 17 février 2012
  4. Nathalie Simon, Le Figaro, mai 2012
  5. Le Parisien - octobre 2012
  6. Jean-François Arnaud, Challenges, mars 2013
  7. « JM Dumontet se renforce dans le théâtre », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  8. Patrice Gascoin, « Jean-Marc Dumontet ressuscite les Molières », Le Figaro.fr,‎
  9. Hermance Murgue, « 5 raisons de regarder la Nuit des Molières sur France 2 », L'Express,‎
  10. a et b Clara Géliot, « Jean-Marc Dumontent : des Molières à la rue de Valois ? », Le Figaro Magazine, semaine du 18 mai 2018, p. 18-19.
  11. Jean-Marc Dumontet : "Pourquoi je soutiens Emmanuel Macron", Jean-Marc Dumontet, lepoint.fr, 7 mars 2017
  12. Emmanuel Macron coaché par un célèbre producteur, closermag.fr, 18 janvier 2017
  13. Arrêté du 23 mars 2017 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]