Maxime Tandonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxime Tandonnet
Image dans Infobox.
Maxime Tandonnet en 2016.
Fonction
Inspecteur général de l'administration
depuis
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Autres informations
Site web
Distinction

Maxime Tandonnet, né le à Bordeaux, est un historien, essayiste et haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Maxime Tandonnet est issu d'une vieille famille d'armateurs, d'avocats et de médecins du Sud-Ouest de la France.

Il est ancien élève de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, de l'université de Californie et de l’École nationale d'administration.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ministère des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière au ministère des Affaires étrangères comme premier secrétaire à l’ambassade de France au Soudan, puis à l'administration centrale.

Ministère de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

En 1992, il rejoint le ministère de l’Intérieur comme directeur de cabinet du préfet de Tours, puis de celui de Versailles. En 2000, il est nommé inspecteur de l'administration[1]et, en 2008, inspecteur général[2]. Le , il entre au cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, comme conseiller affaires intérieures et immigration, chargé du suivi de la politique d’immigration et d’intégration des populations d’origine étrangère [3],[4]. En 2007, il le suit à la Présidence de la République jusqu'en août 2011, date à laquelle il reprend ses fonctions d'inspecteur général de l'administration au ministère de l'Intérieur[5],[6]. Présenté comme l'un des inspirateurs de la politique de Nicolas Sarkozy, il fut parfois pris à partie dans la presse[7],[8].

Essayiste et historien[modifier | modifier le code]

Maxime Tandonnet tient un blog personnel, depuis , dans lequel il développe son point de vue sur divers sujets de société à caractère national, européen ou international. Proche de la tendance gaulliste des Républicains, il affirme n'avoir jamais adhéré à un parti politique. Souvent critique vis-à-vis de la politique et des médias, chroniqueur régulier au Figaro et au Figaro Magazine, il publie des articles sur différents sites d'information dont Atlantico et le Figaro vox[9].

Il est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages à connotation historique, en particulier d'une histoire des présidents de la République et d'une biographie d'André Tardieu, aux éditions Perrin, ainsi que d'un livre de témoignage sur son expérience à l'Élysée, intitulé Au coeur du volcan, chez Flammarion.

Publications[modifier | modifier le code]

Présentation d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • L’Année politique, chapitre « L'Union européenne », Paris, Évènements et tendances, 2002, 2003, 2004
  • Dictionnaire de la France libre, Paris, Robert Laffont, 2010
  • Les Grands Duels qui ont fait la France, chapitre Gambetta/Ferry, Paris, Perrin, 2014
  • Conversations françaises, Paris, Le Cerf, 2016
  • Le Deuil du pouvoir, chapitre 1, Mac Mahon, Paris, Perrin, 2017
  • Éloge de la politique, de Platon à Soljenitsyne, chapitre Le Leviathan de Thomas Hobbes, Tallandier, 2020
  • Les Grandes Figures de la droite de la révolution à nos jours, chapitre 14, « André Tardieu », Paris, Perrin, 2020

Références[modifier | modifier le code]

  1. Légifrance Décret du 26 juillet 2000 portant nomination (inspection générale de l'administration).
  2. Légifrance Décret du 18 décembre 2008 portant nomination (inspection générale de l'administration).
  3. Arrêté du 9 juin 2005 portant nomination au cabinet du ministre d'Etat.
  4. «La plume acérée de Maxime Tandonnet découpe la vanité du pouvoir», Eric Zemmour, lefigaro.fr, 3 septembre 2014
  5. Arrêté du 5 juin 2007 portant nomination à la présidence de la République.
  6. Maxime Tandonnet : «Le pouvoir a les pieds et les mains liés», entretien, causeur.fr, 25 novembre 2014.
  7. Articles citant Maxime Tandonnet, blog Droite(s) extrême(s) sur LeMonde.fr.
  8. « « Le coauteur du discours de Grenoble quitte l'Élysée » » Le Figaro.
  9. « L'immigration, révélateur du gouffre entre l'Europe d'en haut et l'Europe des peuples », lefigaro.fr, 3 août 2015.
  10. Voir sur asmp.fr..

Liens externes[modifier | modifier le code]