Frédéric Potier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Frédéric Potier
Frédéric Potier.png
Frédéric Potier en 2019.
Fonctions
Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT
-
Directeur de cabinet
Préfet du Loiret (d)
-
Cécile Avezard (d)
Étienne de Survilliers (d)
Biographie
Naissance
(42 ans)
Pau (France)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Frédéric Potier, né le à Pau, est un haut fonctionnaire français.

Préfet[1], il est délégué général à l’éthique et à la conformité[2] de la RATP depuis février 2021.

De mai 2017[3] à février 2021, il a occupé les fonctions de délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 18 janvier 1980 à Pau d'un père ingénieur et d'une mère professeur d’éducation physique et sportive[4], Frédéric Potier effectue sa scolarité secondaire au lycée Saint-John-Perse à Pau. Il effectue ses études supérieures à l'Institut d'études politiques de Bordeaux[5]. De 2004 à 2006, il étudie à l’École nationale d'administration, dans la promotion Simone Veil[6],[7]. À l'issue, il devient administrateur civil et choisit le corps préfectoral[8].

De 2006 à 2008, il est chef du bureau des affaires politiques et des libertés publiques du ministère des Outre-mer. D’avril 2008 à octobre 2009 il est directeur de cabinet de Bernard Fragneau, préfet de la Région Centre. Puis, il occupe le poste de chef du bureau des élections au sein du ministère de l’Intérieur jusqu'à l'été 2012[9].

À la suite de l'élection de François Hollande à la présidence de la République, Frédéric Potier intègre le cabinet de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale. De juillet 2012 à mars 2014, il est chargé des affaires constitutionnelles, de l’intérieur et l’outre-mer. En avril 2014, il intègre le cabinet de Manuel Valls à Matignon en tant que conseiller outre-mer. Il conserve les mêmes fonctions auprès de Bernard Cazeneuve nommé Premier ministre le 6 décembre 2016[3].

En mai 2017, Frédéric Potier est nommé préfet en mission de service public et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH)[10]. Il est titularisé en qualité de préfet le 6 mai 2019[1].

En février 2021, il est nommé délégué général à l’éthique et à la conformité de la RATP[2].

Délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH)[modifier | modifier le code]

Frédéric Potier coordonne la mise en œuvre du plan national de lutte contre le racisme et l'antisémitisme 2018-2020[11] présenté par le Premier ministre Édouard Philippe le 19 mars 2018.

Il coordonne également l'élaboration du plan national d'actions pour l'égalité, contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ 2020-2023[12] présenté par la Ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances Elizabeth Moreno le 14 octobre 2020[13].

Il a été associé à la préparation de la Loi contre les contenus haineux sur internet, priorité du plan national de lutte contre le racisme et l'antisémitisme 2018-2020[14].

En janvier 2018, Frédéric Potier exprime publiquement ses réserves à propos de la réédition par Gallimard, « sans garanties » des pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline[15]. Il s'exprime en faveur du retrait de la référence à Charles Maurras dans le Livre des commémorations nationales 2018[16].

Frédéric Potier participe à plusieurs épreuves des Gays Games Paris 2018 dont la DILCRAH est un des principaux partenaires[17].

En octobre 2020, il saisit la justice contre Éric Zemmour coupable d'avoir « réitère[r] des propos racistes et qui tendent à la généralisation » et pointe « les responsabilités partagées par la chaîne CNews », ajoutant « ce n'est pas la première fois que Zemmour dérape, on ne le lâchera pas »[18].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Frédéric Potier dénonce la résurgence d'un « antisémitisme très virulent »[19], réfute l'hypothèse d'un « racisme d’État »[20]. Il souligne l’ambiguïté du terme Islamophobie voyant derrière « des formes d’instrumentalisation politique » et dénonce la volonté du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) « de profiter d’un moment de tensions pour remettre à l’agenda des revendications qui sont très politiques et qui pour le coup ne me semblent pas très républicaines. »[21].

Prix et reconnaissances[modifier | modifier le code]

2022 : Prix de littérature politique Edgar Faure[22]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La menace 732, éditions de l'Aube, 2022
  • Pierre Mendès France, la foi démocratique, éditions Bouquins, 2021
  • La matrice de la haine, co-éditions Fondation Jean-Jaurès et Les éditions de l'observatoire, 2020
  • Contre le racisme et l'antisémitisme, éditions Dalloz 11/2018, avec Ferdinand Mélin-Soucramanien
  • L'élection présidentielle en France, éditions LexisNexis 07/2012, avec Pascal Jan
  • Code électoral, éditions LexisNexis 10/2016, avec Michel de Villiers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret du 6 mai 2019 portant titularisation d'un préfet et radiation du corps des administrateurs civils - M. POTIER (Frédéric), JO, (lire en ligne)
  2. a et b Eric Béziat, « Laïcité, discriminations… : à la RATP, Frédéric Potier hérite d’un poste élargi et sous tension », sur lemonde.fr,
  3. a et b « Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme », sur www.gouvernement.fr/dilcra-qui-sommes-nous (consulté le )
  4. Renée Mourgues, « Frédéric Potier, un Palois près du perchoir de l’Assemblée Nationale », sur larepubliquedespyrenees.fr, quotidien, (consulté le )
  5. E.N, « Le Béarnais Frédéric Potier pilotera l’action de l’Etat contre le racisme », sur larepubliquedespyrenees.fr, quotidien, (consulté le )
  6. « Frédéric Potier (promotion 2002) nommé Préfet et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT | Le Réseau de Sciences Po Bordeaux », sur reseau.sciencespobordeaux.fr (consulté le )
  7. « Les noms de promotion de 1945 à nos jours », sur ENA (consulté le )
  8. Olivier Chalautre, « Frédéric Potier, chef de la DILCRAH : « Il n’y a pas d’omerta dans l’affaire Halimi » », sur fr.timesofisrael.com (consulté le )
  9. « Nomination: Frédéric Potier, conseiller technique outre-mer à Matignon devient Préfet et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° », sur http://outremers360.com, (consulté le )
  10. Décret du 4 mai 2017 portant nomination du délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme et la haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans - M. POTIER (Frédéric), JO, (lire en ligne)
  11. Cécile Chambraud, « Lutte contre le racisme : « Internet, la première priorité du plan national » », Le Monde,
  12. Solène Cordier, « Le gouvernement présente son plan d’actions pour les droits LGBT », sur lemonde.fr,
  13. France Info, « Plan contre la haine LGBT : "On a encore des marges de progrès" pour "accueillir" les victimes dans les commissariats et les gendarmeries, reconnaît le délégué interministériel », sur francetvinfo.fr,
  14. « Le plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme "se concentre sur internet car la haine a changé de visage" », sur francetvinfo.fr,
  15. Jérôme Dupuis, « Réédition des pamphlets antisémites de Céline: le gouvernement veut des garanties », sur LExpress.fr, (consulté le )
  16. AFP, « Charles Maurras effacé du livre des commémorations nationales »,
  17. Frédéric Potier, « Ouverts à tous, les Gay Games sont des "Mondiaux de la Diversité" contre les stéréotypes et les préjugés », sur huffingtonpost.fr,
  18. Le Monde avec AFP, « Enquête ouverte contre Eric Zemmour pour « provocation à la haine raciale » après ses propos contre les migrants », sur lemonde.fr,
  19. Thomas Mahler, « Frédéric Potier : « Il y a deux formes d'antisémitisme très virulent » », Le Point, (consulté le )
  20. Kim Hullot-Guiot et Frantz Durupt, « Frédéric Potier : «La notion de racisme d’Etat est une insulte» », Libération, (consulté le )
  21. Mael Thierry, « Le CCIF a une approche très antirépublicaine et très communautariste », Nouvel Obs,
  22. « Le prix Edgar Faure du livre politique pour un roman sur l'extrême droite », sur TV5MONDE, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]