Hymne gay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une proposition de fusion est en cours entre Musique LGBT et Hymne gay. Les avis sur cette proposition sont rassemblés dans une section de Wikipédia:Pages à fusionner. Les modifications majeures apportées, entre temps, aux articles doivent être commentées sur la même page.

Les hits Mi Chico Latino (1999), Bag It Up (1999), It's Raining Men (2001) ainsi que Ride It (2004) de Geri Halliwell, sont devenus des hymnes de la communauté gay.

Un hymne gay est une chanson populaire qui est devenue très populaire auprès de la communauté gay, ou plus particulièrement de ses homologues homosexuels, bien que certaines de ces chansons puissent également devenir des hymnes pour le reste de la communauté LGBT. De nombreuses chansons populaires, telles que True Colors (chanson) de Cindy Lauper, I Think I'm in Love with You de Jessica Simpson (2000), Beautiful de Christina Aguilera (2003), For Once In My Life de Mel B (2013), Mi Chico Latino (1999) et It's Raining Men (2001) et Ride It (2004) de Geri Halliwell, I Kissed a Girl de Katy Perry (2008) et Same Love de Macklemore et Ryan Lewis (2012), deviennent un "refuge de soutien sans ambiguïté pour les droits des homosexuels"[1]. Toutes les chansons qualifiées d '"hymnes gays" n'ont pas été écrites dans ce but, mais elles sont devenues particulièrement populaires dans la communauté gay.

Description[modifier | modifier le code]

Les paroles des hymnes gays sont souvent marquées par les thèmes de la persévérance, de la force intérieure, de l'acceptation, de la fierté et de l'unité[2]. Dix éléments ont été identifiés par les rédacteurs du livre 2002, Queer, qui, selon eux, décrivent des thèmes communs à de nombreux hymnes gays: "grandes divas à la voix; thèmes de surmonter les épreuves amoureuses; "vous n'êtes pas seul;", thèmes de rejeter vos soucis (faire la fête); durement gagné l'estime de soi; une sexualité sans honte; la recherche de l'acceptation; des chants de flambeau pour le monde fatigué; le thème de l'amour triomphe de tout, et de ne pas vous excuser pour qui vous êtes." [2].

Selon Popular Music, un journal musical, la chanson la plus communément identifiée comme un hymne gay est I Will Survive by Gloria Gaynor[3]. La chanson est décrite comme "un emblème classique de la culture gay des ères post-Stonewall et du sida et sans doute le plus grand hymne du disco". Stonewall, une association caritative pour les droits des LGBT au Royaume-Uni, a nommé Beautiful (2003) de Christina Aguilera, comme chanson la plus influente de la décennie 2000 pour les LGBT. Elton John avait prédit qu'elle remplacerait "I Will Survive" en tant qu'hymne gay prééminent[4].

Y.M.C.A., In the Navy, Macho Man de Village People (1978)(1979)[5], I Need a Man de Grace Jones(1975)[6], Love Sansation de Loleatta Holloway(1980), The Other side of the Rainbow de Melba Moore(1982),It's Raining Men de The Weather Girls (1982)[7],[8], I'm Coming Out (1980) et Ain't No Mountain High Enough (1966) de Diana Ross[9], Dancing Queen (1976) et Gimme! Gimme! Gimme! (A Man After Midnight) (1979) de ABBA[2], Love to Love You Baby et Bad Girls (1979) de Donna Summer[2], mais aussi Last Night a D.J. Saved My Life de Indeep (1982), sont considérés comme des hymnes gays cultes.

Finally de CeCe Peniston (1991)[2], Hero de Mariah Carey (1993)[2], Free de Ultra Naté (1997)[2], Together Again de Janet Jackson (1997)[2], Believe de Cher (1999)[2], Mi Chico Latino (1999) et Bag It Up de Geri Halliwell[2], sont considérés comme des hymnes cultes de la décennie 90.

Never Be the Same Again (2000) de Mel C[2], I Think I'm in Love with You (2000) et A Public Affair (2006) de Jessica Simpson[2], Spinning Around (2000) et Can't Get You Out of My Head (2001) de Kylie Minogue[2], It's Raining Men (2001) et Ride It (2004) de Geri Halliwell[2], I Begin to Wonder (2003) de Dannii Minogue[2], Beautiful (2003) de Christina Aguilera[2] ou encore I Kissed a Girl de Katy Perry (2008)[2], sont considérés comme des hymnes cultes de la décennie 2000.

Think About It (2012) de Mel C[2], Hot Sugar (2013) et If I Don't Have You (2015) et My Man (2017) de Tamar Braxton[2], Born This Way (2011) de Lady Gaga[2], Same Love de Macklemore et Ryan Lewis (2012)[2], Everybody Talks (2012) de Neon Trees[2], For Once In My Life de Mel B (2013)[2], Sweater Weather (en) (2013) de The Neighborhood[2], mais aussi Break Free (2014) de Ariana Grande[2], mais aussi If I Don't Have You de Tamar Braxton (2015), sont considérés comme des hymnes cultes pour la nouvelle génération.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alex Hawgood, « For Gays, New Songs of Survival », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y Meghan Casserly, « Lady Gaga's Born This Way: Gay Anthems and Girl Power », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Nadine Hubbs, « 'I Will Survive': musical mappings of queer social space in a disco anthem », Popular Music, vol. 26, no 2,‎ , p. 231–244 (DOI 10.1017/s0261143007001250, lire en ligne)
  4. « Media: Current Releases » [archive du ], stonewall.org.uk (consulté le )
  5. Jeff Perlman, « "Y.M.C.A." (An Oral History) », Spin magazine (consulté le )
  6. Grace Jones 2021-09-13
  7. Simon Gage, Lisa Richards et Howard Wilmot, Queer, , 26–7 p. (ISBN 1-56025-377-0, lire en ligne)
  8. « The pink hit parade: Sing if you're glad to be gay », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « 25 Essential LGBTQ Pride Songs », Rolling Stone (consulté le )