Priscilla, folle du désert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Priscilla.
Page d'aide sur l'homonymie Pour la comédie musicale homonyme, voir Priscilla, folle du désert, la comédie musicale.
Priscilla, folle du désert
Titre original The Adventures of Priscilla, Queen of the Desert
Réalisation Stephan Elliott
Scénario Stephan Elliott
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Durée 104 minutes
Sortie 1994

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Priscilla, folle du désert (The Adventures of Priscilla, Queen of the Desert) est un film australien de Stephan Elliott réalisé en 1994. Mettant en scène Terence Stamp, Hugo Weaving et Guy Pearce, il relate l'histoire d'une troupe de drag queen traversant l'Australie, de Sydney à Alice Springs, dans un bus baptisé « Priscilla ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tick est fatigué de jouer les drag queens dans les pubs et cabarets de Sydney, et accepte l'offre d'un casino d'Alice Springs, au cœur de l'Australie. Il convainc ses deux amis et collègues de venir avec lui : Bernadette Bassenger, une transsexuelle dont le petit ami vient de mourir, et Adam alias Felicia Jollygoodfellow, un jeune gay extraverti et irritant. Ils embarquent pour ce périple de plus de 2 000 km à bord d'un bus, acheté à des Suédois et rebaptisé « Priscilla, folle du désert ».

Confrontée en cours de route à l'attitude rurale beaucoup moins tolérante envers l'homosexualité que la mégalopole et réussissant à surmonter les nombreuses pannes, la troupe finit par atteindre Alice Springs, prête à jouer le show répété durant le voyage. C'est alors que Tick révèle à ses compagnons qu'il est en fait marié, et que le but de ce voyage est surtout de rendre un service à sa femme, propriétaire du casino et qui lui a demandé de prendre en charge pour quelques temps de leur enfant, un garçon d'une dizaine d'années.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Terence Stamp (VF : Jean-Claude Brialy) : Bernadette Bassenger (Ralph)
  • Hugo Weaving (VF : Bernard Alane) : Anthony « Tick » Belrose alias Mitzi Del Bra
  • Guy Pearce (VF : Emmanuel Curtil) : Adam Whitely alias Felicia Jollygoodfellow
  • Bill Hunter (VF : Michel Fortin) : Robert « Bob » Spart
  • Julia Cortez (VF : Odile Schmitt) : Cynthia Campos
  • Sarah Chadwick (VF : Micky Sebastian) : Marion Barber
  • Mark Holmes : Benjamin Barber
  • Ken Radley (VF : Christian Pelissier) : Frank
  • Alan Dargin : l'Aborigène
  • June Marie Bennett : Shirley
  • Rebel Russell : la femme au logo
  • Al Clark : le prêtre
  • Stephan Elliott : Jeff, le portier (non crédité)
  • Daniel Kellie : Ralph enfant
  • Hannah Corbett : la sœur de Ralph
  • Trevor Barrie : le père de Ralph
  • Leighton Picken : Adam enfant
  • Margaret Pomeranz : la mère d'Adam
  • Bob Boyce : le gérant de la station service
  • Maria Kmet : Ma
  • Joseph Kmet : Pa
  • Murray Davies : le mineur
  • Frank Cornelius : le pianiste
  • John Casey : le barman
Version française[1] : Société de doublage : Alter Ego[2] ; adaptation française : Marion Bessay et Bruno Chevillard[3] ; direction artistique : Hervé Icovic.

Production[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné du 13 septembre au 28 octobre 1993 à Alice Springs, Broken Hill, Sydney, Kings Canyon et dans l'outback australien.

Bande originale[modifier | modifier le code]

  • I've Never Been to Me (Ken Hirsch and Ronald Miller) interprété par Charlene
  • Go West (Jacques Morali, Henri Belolo et Victor Willis) interprété par Village People
  • Billy Don't Be a Hero (Mitch Murray et Peter Callander) interprété par Paper Lace
  • My Baby Loves Lovin' (Roger Cook et Roger Greenaway) interprété par White Plains
  • I Love the Nightlife (Susan Hutcheson et Alicia Bridges) interprété par Alicia Bridges
  • Can't Help Lovin' That Man, extrait de Show Boat (Jerome Kern et Oscar Hammerstein II) interprété par Trudy Richards
  • « E strano! Sempre libera », extrait de La traviata (Giuseppe Verdi) interprété par Joan Carden et le Sydney Symphony Orchestra
  • Fernando (Benny Andersson, Björn Ulvaeus et Stig Anderson) interprété par ABBA
  • I Will Survive (Dino Fekaris et Freddie Perren) interprété par Gloria Gaynor
  • Shake Your Groove Thing (Dino Fekaris et Freddie Perren) interprété par Peaches & Herb
  • A Fine Romance, extrait de Swing Time (Jerome Kern et Dorothy Fields) interprété par Lena Horne
  • I Don't Care if the Sun Don't Shine (Mack David) interprété par Patti Page
  • Finally (Rodney Jackson, CeCe Peniston, Felipe Delgado et Elbert Lee Linnear) interprété par CeCe Peniston
  • Take a Letter Maria (R.B. Greaves)
  • Mamma Mia (Benny Andersson, Björn Ulvaeus et Stig Anderson) interprété par ABBA
  • Save the Best for Last (Wendy Waldman, Jon Lind and Phil Galdston) interprété par Vanessa Williams

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • BAFTA Awards 1995 : Meilleur acteur (Terence Stamp), Meilleure photographie, Meilleur scénario original, Meilleurs décors, Meilleure musique
  • Golden Globes 1995 : Meilleure comédie et Meilleur acteur dans une comédie (Terence Stamp)

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 16 459 000 $ au box-office en Australie[4] et 11 220 000 $ en Amérique du Nord[5] pour un budget de 2 000 000 $. Présenté en avant-première dans la section Un certain regard lors du Festival de Cannes 1994, il a réalisé en France388 313 entrées lors de sa sortie en janvier 1995[6].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 93 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7,1/10 et sur la base de 30 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[7]. Sur Metacritic, il obtient un score de 68/100 sur la base de 19 critiques collectées[8].

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Le générique de fin indique que le film a été tourné en « Dragarama », jeu de mots entre « drag » et « cinérama ».
  • Le film décrit le temps d'une scène, une rencontre entre les drag queens et des aborigènes, deux groupes habituellement en marge de la société.
  • Le film est devenu un film culte dans la communauté gay. La bande-son comporte de nombreux tubes des années 1970-80, notamment de nombreuses références au groupe disco suédois ABBA.
  • Pendant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sydney de l'an 2000, dans le cortège se trouvait une chaussure géante à talon-aiguille, l'un des symboles du film, en tant que référence à ce film et hommage à la communauté gay de Sydney[9].

Adaptation en comédie musicale[modifier | modifier le code]

Le film a été adapté en comédie musicale, livret de Stephan Elliott et Allan Scott, créée en 2006 à Sydney avant d'être reprise au Royaume-Uni, au Canada et à Broadway. La version française a été créée au Casino de Paris à partir du 25 février 2017 dans une mise en scène de Philippe Hersen. Le choix des chansons a été en partie modifiée : pour des raisons de droits, les chansons de ABBA n'ont pas pu être reprises ; en revanche ont été ajoutés des tubes de Tina Turner, Donna Summer, Kylie Minogue, Madonna ou encore Cyndi Lauper.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le doublage du film a été réalisé lors de la grève des comédiens de doublage en décembre 1994.
  2. Alter Ego, « Priscilla, folle du désert » (version du 22 mars 2016 sur l'Internet Archive)
  3. Mélanie Cocheteux, Entretien avec Bruno Chevillard, Objectif Cinéma, 11 mars 2005.
  4. Business sur IMDb.
  5. Priscilla, folle du désert sur Box Office Mojo.
  6. Priscilla, folle du désert sur JP‘s Box-Office.
  7. Priscilla, folle du désert sur Rotten Tomatoes.
  8. Priscilla, folle du désert sur Metacritic.
  9. (en) « Shoe bike from Sydney Olympic Games closing ceremony » sur le site du Power House Museum de Sydney

Lien externe[modifier | modifier le code]