Arcangelo Corelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arcangelo Corelli
Description de cette image, également commentée ci-après

Arcangelo Corelli vers 1690.

Surnom Arcomelo d'Acardie
Naissance
Fusignano, près de Ravenne
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Décès (à 59 ans)
Rome
Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Activité principale Compositeur
Style Musique baroque
Activités annexes Violoniste
Lieux d'activité Académie de Bologne, Congrégation des virtuoses de Ste Cécile et Académie d'Acardie
Maîtres Leonardo Brugnoli, Giovanni Benvenuti
Élèves Francesco Geminiani, Giovanni Battista Somis, Pietro Locatelli, Francesco Gasparini

Œuvres principales

* Concerti grossi, opus 6 incluant le fameux Concerto pour la nuit de Noël

Arcangelo Corelli (né le à Fusignano, mort le à Rome), est un violoniste et compositeur italien.

Malgré la quantité modeste de son œuvre et sa culture de seulement trois genres instrumentaux – sonate, sonate en trio et concerto – Corelli est considéré comme l'un des compositeurs majeurs de la période baroque. Il exerça une influence durant sa vie, mais également longtemps après, grâce à l'édition de ses opus par de nombreux éditeurs de l'Europe entière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Fusignano près de Bologne et Ravenne, Arcangelo Corelli est le cinquième enfant d'une famille prospère de propriétaires terriens[1]. Il reçoit probablement ses premières leçons d'un professeur local, avant de partir en 1666 à Bologne pour y apprendre le violon auprès de deux célèbres violonistes : Leonardo Brugnoli et Giovanni Benvenuti, eux-mêmes élèves de Ercole Gaibara. En 1671, il se rend à Rome et devient violoniste de l'église Saint-Louis-des-Français. Il y subit notamment l'influence d'Alessandro Stradella, créateur de la formation en concerto grosso, qu'il développe. Il fait partie des musiciens qui participent à la première présentation publique de l'oratorio le plus connu de Stradella, San Giovanni Battista, en 1675 à l'église San Giovanni Battista dei Fiorentini à Rome[2].

Il pourrait avoir voyagé en Europe – en France, en Espagne, en Allemagne, mais aucun document ne le prouve véritablement – avant de s'installer définitivement à Rome où il passa presque tout le reste de sa vie, ne la quittant que pour un court voyage à Naples.

À Rome, où sa présence est attestée dès 1675[1], il parvient à se placer sous la protection de puissants mécènes — la reine Christine de Suède (à qui il dédie l'opus I de 1681), les cardinaux Benedetto Pamphilj et Pietro Ottoboni[1], neveu du pape régnant —, ce qui lui permet de mener une vie sans soucis financiers et de soigner particulièrement une œuvre assez réduite en nombre de pièces, mais de très grande qualité, entièrement destinée au violon et à l'orchestre à cordes. Il se retira de la vie publique vers 1708. Il jouit alors d'une solide aisance financière, réunit une riche collection de tableaux de maîtres[1] et semble généreux envers ses proches.

Le 6 janvier 1679, il joue lors de l'inauguration du Teatro Capranica dans Dove è amore è pietà de Pasquini[1]. Le 9 juillet 1687, le cardinal Pamphili l'engage comme maître de musique, rejoignant d'autres musiciens : Matteo Fornari (avec qui il avait déjà joué) et le violoncelliste espagnol G.B. Lulier surnommé « Giovannino del violone »[1].

Après 1708 Corelli se retire de la vie publique. Il meurt le 8 janvier 1713 et est enterré à Santa Maria della Rotonda.

Influence de Corelli[modifier | modifier le code]

Sa renommée en tant que violoniste et chef d'orchestre — il lui arriva de diriger plus de 150 musiciens (février 1687)[1] — était très grande et plus encore, peut-être, que celle de compositeur dont la publication des œuvres était pourtant guettée avec impatience dans toute l'Europe. Son opus I connaît au moins 39 éditions de 1681 jusqu'à 1790 (sans compter les pastiches, arrangements et sélections), ce qui est inconnu avant Joseph Haydn[1]. Quant à son œuvre la plus connue, l'opus 5, elle ne connaît pas moins de 42 éditions avant 1800[1]. Geminiani a arrangé les opus 3 et 5 sous forme de concerto grossi, et l'opus 6 était joué pendant tout le XIXe siècle en Angleterre[1]. Veracini laisse Dissertazioni sopra l'opera quinta del Corelli et Tartini écrit L’arte dell’arco. Plus tard, Serge Rachmaninoff utilise le thème de la Folia (opus 5 no 12) et Michael Tippett lui rend hommage.

Corelli a été en contact avec de nombreux collègues musiciens : Bernardo Pasquini, Alessandro Scarlattietc. Georg Muffat et Georg Friedrich Haendel ont tenu à le rencontrer lors de leur respectif voyage en Italie. Le premier dans les années 1690. Le second produisant Il trionfo del tempo e del disinganno en mai 1707 et La resurrezione que dirige Corelli les 9 et 10 avril 1708[1]. Il fit partie de plusieurs sociétés savantes : Académie de Bologne, Congrégation des virtuoses de Sainte-Cécile, Académie d'Arcadie (avec Pasquini et Scarlatti), où il prit le pseudonyme d'« Arcomelo Erimanteo »[1].

Son influence a été très grande, à la fois dans la diffusion de formes nouvelles — sonate et concerto grosso — et dans la technique du violon. Ce rayonnement s'est exercé largement au-delà des frontières italiennes. Par exemple, Johann Sebastian Bach et François Couperin l'admiraient beaucoup. Le premier lui a emprunté un thème de sa Sonate op. 3 no 4 pour sa Fugue d'orgue en si mineur (BWV 579). Le second en faisait, pour la musique italienne, le pendant de ce qu'était Lully pour la musique française : il lui dédia, « Le Parnasse, ou L’apothéose de Corelli », et s'efforça d'imiter son style dans les sonates dites « des goûts réunis ». Dandrieu laisse une pièce de son second livre de clavecin (1727) intitulée « La Corelli »[1].

Corelli eut par ailleurs de nombreux disciples violonistes et compositeurs qui essaimèrent dans différents pays : Francesco Geminiani, Giovanni Battista Somis, Pietro Locatelli, Giovanni Stefano Carbonelli, Francesco Gasparini... On considère généralement que Corelli est l'initiateur de la technique moderne du violon, bien qu'il ne fût pas tenté par la virtuosité pure. Il est tout à fait représentatif du style baroque italien, caractérisé par l'emploi d'une ornementation riche — qui sera reprise plus tard par Jean-Sébastien Bach —, d'un continuo composé de plusieurs instrumentistes — clavecin, violoncelle, théorbe, guitare baroque — comme l'attestent plusieurs peintures contemporaines, et d'un contraste dynamique et rythmique important séparant chaque mouvement — comme en a témoigné Georg Muffat dans ses écrits.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Extrait sonore d'une sonate en trio
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

L'œuvre publiée de son vivant est relativement restreinte : cinq numéros d'opus auxquels il faut ajouter l'opus 6 qu'il ne put terminer, et publié après sa mort — bien qu'il eût été joué dès 1682. Ces recueils contiennent chacun douze morceaux.

Les sonates adoptent la forme de la sonate d'église (sonata da chiesa) ou de la sonate de chambre (sonata da camera), et incluent, à côté de mouvements notés à l'italienne, par leur tempo (largo, vivace, allegro, etc.) des mouvements hérités de la suite de danses.

Opus[modifier | modifier le code]

  • Opus 1 : 12 sonates d'église (da chiesa) en trio (Rome, 1681)[3]
  1. en fa majeur : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  2. en mi mineur : Grave, Vivace, Adagio et Allegro
  3. en la majeur : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  4. en la mineur : Vivace, Adagio, Allegro et Presto
  5. en si-bémol majeur : Grave, Allegro, Adagio, Allegro et Allegro
  6. en si mineur : Grave, Largo, Adagio et Allegro
  7. en do majeur : Allegro, Grave et Allegro
  8. en do mineur : Grave, Allegro, Largo et Vivace
  9. en sol majeur : Allegro, Adagio-Allegro, Adagio et Allegro-Adagio
  10. en sol mineur : Grave, Allegro, Allegro, Adagio et Allegro
  11. en mineur : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  12. en majeur : Grave, Largo e puntato, Grave et Allegro
  • Opus 2 : 12 sonates de chambre (da camera) en trio (Rome, 1685)[4]
  1. en majeur (4 mouvements : Prélude, Allemande (Largo), Courante (Allegro) et Gavotte (Allegro)
  2. en mineur (3 mouvements : Allemande (Adagio), Courante (Allegro) et Gigue (Allegro)
  3. en do majeur (4 mouvements : Prélude (Largo), Allemande (Allegro), Adagio et Allemande (Presto)
  4. en mi mineur (4 mouvements : Prélude (Adagio), Allemande (Presto), Grave (Adagio) et Gigue (Allegro)
  5. en si-bémol majeur (4 mouvements : Prélude (Adagio), Allemande (Allegro), Sarabande (Adagio) et Gavotte (Allegro)
  6. en sol mineur (3 mouvements : Allemande (Largo), Courante (Allegro) et Gigue (Allegro)
  7. en fa majeur (4 mouvements : Prélude (Adagio), Allemande (Allegro), Courante (Allegro) et Gigue (Allegro)
  8. en si mineur (4 mouvements : Prélude (Adagio), Allemande (Largo), Sarabande (Adagio) et Gavotte (Allegro)
  9. en fa-dièse mineur (3 mouvements : Allemande (Largo), Sarabande (Largo) et Gigue (Allegro)
  10. en mi majeur (4 mouvements : Prélude (Adagio), Allemande (Allegro), Sarabande (Largo) et Courante (Allegro)
  11. en mi-bémol majeur : Prélude (Adagio), Allemande (Presto) et Gigue (Allegro)
  12. en sol majeur : Ciacona (Largo-Allegro)
  • Opus 3 : 12 sonates d'église (da chiesa) en trio (Rome, 1689)[5]
  1. en fa majeur : Grave, Allegro, Vivace et Allegro
  2. en majeur : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  3. en si-bémol majeur : Grave, Vivace, Largo et Allegro
  4. en si mineur : Largo, Vivace, Adagio et Presto
  5. en mineur : Grave, Allegro, Largo et Allegro
  6. en sol majeur : Vivace, Grave, Allegro et Allegro
  7. en mi mineur : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  8. en do majeur : Largo, Allegro, Largo et Allegro
  9. en fa mineur : Grave, Vivace, Largo et Allegro
  10. en la mineur : Vivace, Allegro, Adagio et Allegro
  11. en sol mineur : Grave, Presto, Adagio et Allegro
  12. en la majeur : Grave, Vivace, Allegro, Allegro et Allegro
  • Opus 4 : 12 sonates de chambre (da camera) en trio (Rome, 1694)[6]
  1. en do majeur : Prélude (Largo), Courante (Allegro), Adagio et Allemande (Presto))
  2. en sol mineur : Prélude (Grave), Allemande (Allegro), Grave et Courante (Vivace))
  3. en la majeur : Prélude (Largo), Courante (Allegro), Sarabande (Largo) et Gavotte (Allegro))
  4. en majeur : Prélude (Grave), Courante (Allegro), Adagio et Gigue (Allegro))
  5. en la mineur : Prélude (Adagio), Allemande (Allegro), Courante (Vivace) et Gavotte (Allegro))
  6. en mi majeur : Prélude (Adagio), Adagio, Allegro-Adagio, Allemande (Allegro) et Gigue (Allegro))
  7. en fa majeur : Prélude (Largo), Courante (Allegro-Grave), Sarabande (Vivace) et Gigue (Allegro))
  8. en mineur : Prélude (Grave), Allemande (Allegro) et Sarabande (Allegro)
  9. en si-bémol majeur : Prélude (Largo), Courante (Allegro), Grave et Gavotte (Allegro))
  10. en sol majeur : Prélude (Adagio-Allegro), Grave et Gavotte (Presto))
  11. en do mineur : Prélude (Largo), Courante (Allegro) et Allemande (Allegro))
  12. en si mineur : Prélude (Largo), Allemande (Presto) et Gigue (Allegro)
  • Opus 5 : 12 sonates pour violon solo et continuo — nos 1-6 da chiesa et nos 7-12 da camera ; la douzième sonate exploite le thème de « La Folia » (Rome, 1700)[7]
  1. en majeur : Grave-Allegro, Allegro, Allegro, Adagio et Allegro
  2. en si-bémol majeur : Grave, Allegro, Vivace, Adagio et Vivace
  3. en do majeur : Adagio, Allegro, Adagio, Allegro et Allegro
  4. en fa majeur : Adagio, Allegro, Vivace, Adagio et Allegro
  5. en sol mineur : Adagio, Vivace, Adagio, Vivace et Gigue (Allegro)
  6. en la majeur : Grave, Allegro, Allegro, Adagio et Allegro
  7. en mineur : Prélude (Vivace), Courante (Allegro), Sarabande (Largo) et Gigue (Allegro)
  8. en mi mineur : Prélude (Largo), Allemande (Allegro), Sarabande (Largo) et Gigue (Allegro)
  9. en la majeur : Prélude (Largo), Gigue (Allegro), Adagio et Gavotte (Allegro)
  10. en fa majeur : Prélude (Adagio), Allemande (Allegro), Sarabande (Largo), Gavotte (Allegro) et Gigue (Allegro)
  11. en mi majeur : Prélude (Adagio), Allegro, Adagio, Vivace et Gavotte (Allegro)
  12. en mineur « La Follia »
  • Opus 6 : 12 concertos grossos : publié à titre posthume (Amsterdam, 1714), l'œuvre la plus connue est le célèbre « concerto pour la Nuit de Noël »[8]

Œuvres sans numéro d'opus[modifier | modifier le code]

  • Sinfonia en mineur, WoO 1 (1699) : Grave, Allegro, Adagio, Largo assai et Vivace
  • Sonate pour quatuor, WoO 2 : Adagio-Andante largo, Allegro, Grave, Presto et Vivace
  • Sonate pour quatuor pour trompette en majeur, WoO 4 : Adagio, Allegro, Grave, Spirituoso et Allegro
  • Sonate pour trio en la majeur, WoO 5 : Grave, Allegro, Adagio et Allegro
  • Sonate pour trio en majeur, WoO 6 : Adagio, Allegro et Vivace
  • Sonate pour trio en majeur, WoO 7 : Largo, Allegro, Grave et Allegro
  • Sonate pour trio en majeur, WoO 8 : Adagio, Allegro, Grave et Vivace
  • Sonate pour trio en sol mineur, WoO 9 : Largo, Allegro, Largo et Allegro
  • Sonate pour trio en sol mineur, WoO 10 : Adagio, Allegro et Adagio-Vivace

Discographie[modifier | modifier le code]

Disques monographiques[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Michael Talbot, The New Grove Dictionary of Music and Musicians (édité par Stanley Sadie) : Arcangelo Corelli, Londres, Macmillan, seconde édition, 29 vols. 2001, 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)
  2. Livret de San Giovanni Battista, Deutsche Harmonie Mundi RD77034, ensemble "La Stagione" de Michael Schneider, p. 15.
  3. Opera prima, Sonate a trè, doi Violini, e Violone, ò Arcileuto, col Basso per l'Organo. Consecrate alla Sacra Real Maestà di Cristina Alessandra Regina di Svezia & c. Da Arcangelo Corelli da Fusignano, detto il Bolognese. Imprimé par Gio. Angelo Mutij ; Rome, 1681. Réimpressions : Bologne 1682 ; Rome 1683 ; Venise 1684 ; Bologne 1684 ; Modène 1685 ; Rome 1685 ; Bologne 1688 ; Rome 1688 ; Anvers 1688 ; Bologne 1697 ; Amsterdam 1695-1700 ; Paris 1700, 1710 ; Bologne 1714 ; Venise 1707 ; Amsterdam 1715.
  4. Opera seconda, Sonate da Camera a trè, doi Violini, e Violone, ò Cimbalo Consecrate all'Emin.mo e Rev.mo Signore il Signor Card. Panfilio da Arcangelo Corelli da Fusignano, Detto il Bolognes. Imprimé par Gio. Angelo Mutij; Rome, 1685. Réimpressions : Bologne 1685 ; Modene 1685 ; Venise 1686 ; Rome 1686 ; Venise 1687 ; Rome 1688 ; Anvers 1689 ; Rome 1691 ; Venise 1692 ; Bologne 1694 ; Venise 1697 ; Amsterdam 1697 ; Bologne 1701 ; Rome 1701 ; Londres 1703 ; Venise 1705 ; Amsterdam c. 1706, c. 1709 ; Paris c. 1710 ; Amsterdam c. 1716, c. 1716 (con titolo diverso) ; Paris c. 1719 ; Londres c. 1720.
  5. Opera terza. Sonate à tre, doi Violini, e Violone, ò Arcileuto col Basso per l'Organo Consecrate all'Altezza Ser.ma di Francesco II. Duca di Modena, Reggio &c. da Arcangelo Corelli da Fusignano detto il Bolognese. Imprimé par Giacomo Komarek Boerno, 1689. Réimpressions : Bologne 1689 ; Modène 1689 ; Venise 1691 ; Anvers 1691 ; Venise 1694 ; Monti 1695 ; Rome 1695 ; Amsterdam c. 1697 ; Venise 1700 ; Rome 1701 ; Bologne 1702 ; Amsterdam c. 1706, c. 1709 ; Venise 1710 ; Amsterdam c. 1716, c. 1716 (avec un titre différent) ; Paris c. 1718, c. 1719.
  6. Opera quarta. Sonate à tre composte per l'Accademia dell'Em.mo e Rev.mo Sig.r Cardinale Otthoboni et all'Eminenza sua consecrate da Arcangelo Corelli da Fusignano. Imprimé par per Gio. Giacomo Komarek Boemo, 1694. Réimpressions : Bologne 1694; Rome 1695; Venise 1695; Amsterdam 1696; Anvers 1696; Rome-Modène 1697; Bologne 1698; Venise 1700; Venise 1701; Londres ca. 1701-02; Bologne 1704; Amsterdam c. 1706 ; Amsterdam c. 1709 ; Amsterdam c. 1709 (titre différent) ; Venise 1710 ; Paris c. 1710 ; Amsterdam c. 1716, c. 1716 ; Londres c. 1720.
  7. Opera quinta. Sonate a Violino e Violone o Cimbalo Dedicate all'Altezza Serenissima Elettorale di Sofia Carlotta Elettrice di Brandenburgo Principessa di Brunswich et Luneburgo Duchessa di Prussia e di Magdeburgo Cleves Giuliers Berga Stetino Pomerania Cassubia e de Vandali in Silesia Grossen Burgravia di Norimberg Principessa di Halberstatt Minden e Camin Contessa di Hohenzollern e Ravenspurg Ravenstain Lauenburg e Buttau da Arcangelo Corelli da Fusignano. Réimpressions : Bologne 1700 ; Amsterdam c. 1700 ; Londres c. 1700, 1702 ; deux à Amsterdam, c. 1708, c. 1709, et deux c. 1710 ; Bologne 1711 ; Londres c. 1711 ; Londres, s.d., c. 1712 ; Amsterdam c. 1716 ; Paris 1719 ; Amsterdam 1723.
  8. Opera sesta. Concerti Grossi Con duoi Violini e Violoncello di Concertino obligati e duoi altri Violini, Viola e Basso di Concerto Grosso ad arbitrio, che si potranno radoppiare; Dedicati all'Altezza Serenissima Elettorale di Giovanni Guglielmo Principe Palatino del Reno; Elettore e Arcimarescialle [sic] del Sacro Romano Impero; Duca di Baviera Giuliers, Cleves & Berghe; Principe di Murs ; Conte di Veldentz, Spanheim, della Marca & Ravenspurg; Signore di Ravenstein & c. & c. da Arcangelo Corelli da Fusignano.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]