Kiddy Smile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Kiddy Smile
Nom de naissance Pierre Edouard Hanffou
Activité principale producteur, danseur, disc jockey
Genre musical Electro, house
Labels Neverbeener Records , Defected Records
Site officiel kiddysmile.club

Kiddy Smile, né Pierre Edouard Hanffou, est un artiste, producteur et disc jockey français. Il est notamment connu pour sa mise en avant du mouvement new-yorkais du voguing sur la scène parisienne ainsi que pour son militantisme LGBT[1].

Débuts[modifier | modifier le code]

Kiddy Smile grandit dans une cité de Rambouillet (Yvelines), où il passe une adolescence turbulente mais prend assez tôt goût à la danse, ce qui lui permet de participer à quelques clips, notamment An Easier Affair de George Michael, et de quitter Rambouillet pour Paris[2].

Avant de travailler dans la musique, Kiddy Smile était styliste de mode, passion transmise par sa mère, puis a travaillé dans l'événementiel avant de se lancer comme DJ à Paris[1]. Parmi ses influences, il cite la musique noire-américaine comme le gospel et le hip-hop, notamment la musique de Chicago et Détroit des années 1990, le mouvement du voguing et les Ballrooms de musique house new-yorkais[3].

Collaborations et performances[modifier | modifier le code]

Kiddy Smile rencontre une première fois la chanteuse du groupe Gossip, Beth Ditto, lors d'un défilé du créateur Jeremy Scott. Quelques mois plus tard, la chanteuse l'invite à partager la scène avec lui lors d'un festival à Los Angeles, où il échange avec le producteur français Pedro Winter grâce à qui il signera un album pour le label Because Music. Pour des raisons d'incompatibilité entre sa vision de la musique et celle de ces producteurs, Kiddy Smile annulera la sortie de cet album et décidera de produire lui-même sa musique et de la diffuser lors de ses sets de DJ[2].

En 2017, il chante sur le titre TomBoy 1 de l'album 13 du groupe Indochine, chanson qui parle de transidentité[4].

Pour la fête de la musique en 2018, le 21 juin, il est invité à se produire pour le concert à l'Élysée. Cette invitation et sa prestation, accompagnée par la performance de ses danseurs LGBTQ, fait polémique[5]. Plusieurs représentants du LR et du FN s'indignent. Le député LR du Vaucluse Julien Aubert juge que l'Élysée n'est « pas une boîte de nuit et encore moins un strip bar ». Certains médias y voient une polémique aux relents homophobes[6].

Voguing[modifier | modifier le code]

Son expérience de DJ dans les boîtes de nuit parisiennes l'amène à être présenté à Lasseindra Ninja, figure parisienne du voguing, qui lui fait découvrir le mouvement et l'encourage à organiser des soirées. Dans une interview de 2015, Kiddy Smile explique que « Le voguing c’est avant tout la danse de la culture ballroom, ces sanctuaires où tu peux être toi-même, où ceux qui sont rejetés peuvent trouver une place[7]. »

Au départ réticent à l'idée d'être catégorisé, Kiddy Smile finit par adopter cette culture dans laquelle sa couleur de peau, son amour de la mode et son homosexualité sont pleinement acceptés[8]. Il s'engage donc dans ce mouvement à travers ses soirées, ses danseurs et ses clips vidéos. Son talent et son extravagance le font connaître du public et lui valent le surnom de « prince français du voguing[3],[9]. »

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • Worthy Of Your Love (2012)
  • Get Myself Alone (2013)
  • Teardrops In The Box, album Ego in Ibiza Selected by Spada (IMS 2016 Edition)
  • Let A B!tch Know (2016)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « kiddy smile : “des producteurs noirs de house en France ? il n’y en a pas” », i-D,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Les confessions de Kiddy Smile | Magazine Antidote », Magazine Antidote,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Clip : house, queer, voguing... bienvenue dans l'univers passionnant de Kiddy Smile », sur www.konbini.com (consulté le 4 mars 2017)
  4. Adrien Naselli, « Duo surprise : Indochine invite Kiddy Smile sur "Tomboy" dans son nouvel album "13" (interview) », Têtu,‎ (ISSN 1265-3578, lire en ligne)
  5. https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/22/fete-de-la-musique-a-lelysee-le-pen-et-lr-ne-se-remettent-pas-de-la-prestation-des-danseurs-de-kiddy-smile_a_23465475/
  6. https://www.nouvelobs.com/politique/20180625.OBS8700/photo-des-macron-avec-des-danseurs-a-l-elysee-une-polemique-aux-relents-homophobes.html
  7. « Kiddy Smile en interview : « Madonna a permis de donner une dimension mondiale au voguing » », Les Tambours,‎ (lire en ligne)
  8. « Qu'écoute la figure du voguing Kiddy Smile quand il n'est pas en club ? », Trax magazine,‎ (lire en ligne)
  9. Bérénice Rebufa, « Kiddy Smile sublime son univers par la danse dans son nouveau clip », Konbini France,‎ (lire en ligne)