Indigo Girls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Indigo Girls
Description de cette image, également commentée ci-après
Indigo Girls au Park West de Chicago, le 18 septembre 2005.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Folk rock
Années actives Depuis 1985
Labels Indigo, Epic, Legacy, Columbia, Hollywood, IG Recordings/Vanguard
Site officiel www.indigogirls.com
Composition du groupe
Membres Amy Ray
Emily Saliers

Indigo Girls est un groupe de folk rock américain, originaire d'Atlanta, en Géorgie. Il est composé de Amy Ray et Emily Saliers, toutes deux chanteuses et guitaristes. Chacune des deux écrit des paroles et des lignes mélodiques. Elles sont ouvertement homosexuelles. Elles chantent avec P!nk la chanson Dear Mr. President.

Peu connues en Europe, elles sont très connues aux États-Unis ainsi qu'au Canada. Michael Stipe de R.E.M. chante avec elles sur une de leurs chansons Kid's Fears, puis il les a invité à jouer en première partie de son groupe en tournée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1985–1987)[modifier | modifier le code]

Elles font connaissance à l'école secondaire à Decatur, en Géorgie, mais ne se sont pas vraiment parlé puisqu'Emily Saliers était à cette époque un niveau plus haut qu'Amy[1]. C'est à l'école Druid Mills qu'elles font vraiment plus connaissance. Après avoir été diplômée, Emily entre à l'université Tulane, à la Nouvelle-Orléans alors qu'Amy est diplômée un an plus tard et se retrouvé quant à elle à l'université Vanderbilt à Nashville. Mais le mal du pays les ramène toutes les deux chez elles en Géorgie et elles se retrouvent donc à l'université Emory à Atlanta en Géorgie. Elle commencent à jouer ensemble à cette période. Elles publient un premier album en 1987, Strange Fire sur un label indépendant qui sera réédité en 1989.

Epic Records (1988–2006)[modifier | modifier le code]

En plus de leur production sous le vocable Indigo Girls, Amy Ray publie deux albums solos, Stag en 2001, et Prom en 2005. Elle met aussi sur pied une organisation à but non lucratif pour promouvoir des musiciens indépendants. Alors qu'Emily Saliers est entrepreneure dans l'industrie de la restauration, elle est aussi une auteure professionnelle.

Dès 1985, elles reprennent leurs performances en duo, cette fois en tant qu'Indigo Girls, leur première parution officielle sous ce nom a lieu la même année, Crazy Game avec en face B Everybody's Waiting (for Someone to Come). Toujours en 1985, elles sortent un EP de six chansons intitulé Indigo Girls, puis leur premier album Strange Fire voit le jour en 1987.

En 1999, elles interprètent une chanson des Clash, Clampdown disponible sur l'album Rarities ainsi que sur un disque en hommage aux Clash, Burning London ; The Clash Tribute, tous deux sur étiquette Epic Records.

Indépendant (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

En 2011, elles sont l'une des têtes d'affiche du festival lesbien californien, le Dinah Shore. Elles remportent par la suite un Grammy et deviennent les « nouveaux Simon & Garfunkel », selon le livret qui accompagne le double album The Essential Indigo Girls sorti en 2013 sur Epic Records.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Strange Fire (version indépendante avec 11 chansons)
  • 1989 : Indigo Girls
  • 1989 : Strange Fire (version Epic avec 10 chansons)
  • 1990 : Nomads, Indians, Saints
  • 1991 : Back on the Bus, Y'all (album de phase[Quoi ?])
  • 1992 : Rites of Passage
  • 1994 : Swamp Ophelia
  • 1995 : 4.5 (compilation disponible en Angleterre seulement)
  • 1995 : 1200 Curfews (live)
  • 1997 : Shaming of the Sun
  • 1999 : Come On Now Social
  • 2000 : Retrospective (compilation)
  • 2002 : Become You
  • 2004 : All That We Let In
  • 2005 : Rarities (compilation avec entre autres Clampdown des Clash )
  • 2006 : Despite Our Differences
  • 2010 : Holly Happy Days
  • 2011 : Beauty Queen Sister
  • 2013 : The Essential Indigo Girls (compilation double album )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rebecca Burns, « From Brenda Lee to Ludacris: A Sonic Portrait of Our City », Atlanta Magazine, Emmis Communications,‎ , p. 80 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :