Tourisme gay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tourisme gay, parfois appelé tourisme LGBT, est un type de tourisme de niche commercialisé auprès des homosexuels, voire parfois plus largement aux personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT). Cette forme de tourisme propose des offres et des activités spécifiques à cette clientèle, leur garantissant une certaine liberté, voire de sécurité, pour les destinations, les hébergements touristiques, qui sont soit spécifiquement homosexuels, soit dits « Gay-friendly ».

Concept et dérivés[modifier | modifier le code]

« Tourisme gay » est le terme utilisé dans la littérature académique ou de vulgarisation afin de parler du tourisme pratiqué spécifiquement par les hommes homosexuels[1], plus souvent par les lesbiennes et gays[2],[3]. Il est parfois étendu par commodité à l'ensemble des communautés LGBT, permettant ainsi de prendre en compte les bisexuels et les transgenres[2],[3].

Dans un article publié en ligne dans la revue EspacesTemps.net (2010), les géographes français Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy définissent selon leur point de vue le tourisme gay comme « une forme de tourisme spécifique dans laquelle les motivations, le choix du type d’activité et de la destination sont influencés ou guidés par le fait d’être gay. Aussi, le tourisme gay produit des destinations et des structures spécifiques plus ou moins réservées aux seuls homosexuels masculins[1]. » Indiquant à la suite qu'« historiquement il n’y a pas de structuration du tourisme lesbien[1]. » Cependant leur travaux s'élargissent à ces deux communautés.

Les chercheurs anglais Carol Southall et Paul Fallon, dans un chapitre consacré au « LGBT Tourism » en 2011, définissent le « tourisme gay » comme un concept étant plus large que le « tourisme homosexuel » et est à replacer dans un contexte de reconnaissances globales des gays et des lesbiennes (sociales, culturelles, économiques, politiques)[4]. L'étude porte ainsi sur les enclaves — gay and lesbian enclaves — touristiques gays et lesbiennes à travers le monde en y associant également les différents festivals et marches des fiertés[2],[3], appelées Gay Pride ou LGBT Pride. Le « tourisme homosexuel » représente quant à lui un tourisme axé sur la recherche de plus de libertés sensuelles ou sexuelles[4],[3]. Les travaux précédents ou ceux de Stephen Clift, Michael Luongo, Carry Callister dans Gay Tourism : Culture, Identity and Sex (2002), démontrent que le type « tourisme homosexuel » est apparu vers les XVIIIe siècle et XIXe siècle sur les littoraux de l'Europe du Nord ou de la Méditerranée avec la recherche de lieux où la pression morale et la répression sont moins fortes vis-à-vis des homosexuels, notamment sexuelles, auxquels ont associe la pratique « d’une expérience esthétique et artistique »[4],[5] (lire également la partie sur le « tourisme balnéaire »). Le tourisme gay en tant que marché débute en Europe au cours des années 1990[4], ce qu'observe John d’Alessandro, le directeur exécutif de l’International Gay and Lesbian Travel Association (en) (IGLTA), dans un article publié en 2006[6]. Les professionnels du tourisme considère ce nouveau marché comme « un segment lucratif et à fort potentiel »[7]. Toutefois, les premières formes de tourisme en lien avec un marché du voyage des homosexuels remontent aux années 1970, en Amérique du Nord[6],[4].

Les Anglais Carol Southall et Paul Fallon préfèrent l'usage du terme « Tourisme LGBT » pour qualifier ce type de tourisme, même s'il est moins courant, dans la mesure où il est moins connoté que celui de « tourisme gay »[Note 1]. Cette distinction tient aussi au fait que l'approche du tourisme gay oublie souvent les autres composantes (bisexuelles et transgenres)[4],[3]. Howard Hughes, professeur de management du tourisme à l'université métropolitaine de Manchester, souligne que le terme « LGBT Tourism » reste un ensemble fourre-tout (the catch-all term 'lesbian, gay, bisexual and transgender')[9]. L'association IGLTA utilise toutefois l'expression dans sa communication plaçant son action dans un cadre du tourisme LGBBT, indiquant sur son site Internet « The leading member-based global organization dedicated to LGBT tourism[10]. »

L'anglais Howard Hughes utilise l'expression « Pink tourism » (« Tourisme rose ») pour titre de son ouvrage, mais qui n'aborde pas le tourisme des bisexuels et transgenres, à défaut d'utiliser une expression proche « gay and lesbian tourism » (« Tourisme gay et lesbien »). Cette dernière expression est contesté par Martin Cox dans sa thèse intitulée Gay Holidaymaking (2001)[9]. En effet, pour Martin Cox le terme de « gay and lesbian tourism » se limiterait à un entre-soi homosexuel[9].

Le « tourisme queer » fait aussi l'objet d'une distinction par les deux auteurs anglais qui le définissent comme un tourisme culturel des lieux visités par le prisme de l'homosexualité[4],[3]. Ils donnent ainsi l'exemple de l'offre Go Pink China avec une approche de l'histoire homosexuelle chinoise[4]. Les deux auteurs français précités mettent en avant également cette distinction d'avec le « tourisme des gays » ou encore du tourisme sexuel, bien qu'étant majoritairement le fait des hétérosexuels mais relevant que « la prostitution masculine à destination de clients homosexuels existe dans des lieux touristiques fréquentés par les gays »[5].

Les premières études universitaires sur le sujet débutent également au cours de la décennie des années 1990[7]. La géographe Briavel Holcomb et Michael Luongo co-écrivent en 1996 un article sur le sujet « Gay Tourism in the United States », publié dans la revue Annals of Tourism Research[7]. La première thèse l'est en 2000 avec pour terrain l'Australie[1],[7]. Il s'agit du travail de l'anglais Loykie Loïc Lominé, intitulé Just for sex ? : my own private thesis on gay tourism in Australia[11]. Le tourisme est ainsi analysé par le champ des Gender Studies qui démontrent qu'auparavant les approches relevaient d'une « indifférenciation » en mettant de côté notamment les homosexuels[12]. L'ensemble des études tend à démontrer la « production d'« espace-temps touristique » spécifique », notamment à travers les travaux de géographes français Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy (voir Bibliographie) ou encore de la géographe néo-zélandaise Linda Malam[13],[12].

Secteur économique[modifier | modifier le code]

Le tourisme gay correspond à un marché réduit, très spécialisé du tourisme[1]. Il s'organise dès les années 1980 aux États-Unis où les communautés homosexuelles sont nombreuses et dynamiques, avant de se développer en Europe au cours de la décennie suivante. Bien que la clientèle soit peu nombreuse, les représentations sociales sur le pouvoir d'achat réel ou supposé de ces communautés ou encore sur l'homogénéité du marché sont nombreuses.

Chiffres du tourisme gay[modifier | modifier le code]

Le tourisme gay repose sur l'idée que le pouvoir d'achat des membres des communautés bisexuelles, gays, lesbiennes et transgenres seraient « très supérieures à celles de leurs alter ego hétérosexuels »[6]. On parle parfois « nouvelle manne financière »[14] ou encore de l'expression Pink money[15]. Selon les études, la part du budget loisirs de cette frange de la population serait également plus élevée que la moyenne[16]. Une étude française datant de 2012, commandée par IGLTA, le site gay-friendly Mygaytrip et le magazine Têtu, indique que 73 % des gays et lesbiennes partiraient au moins 3 fois par an, et certains jusqu'à 5 fois[16]. L'essentiel des voyages, 80 %, se feraient en Europe[16]. Le budget moyen attribué à ces voyages serait de « plus de 1 500 euros pour un séjour »[16]. Toutefois, le président-fondateur de la société de conseil Attract PR précise, qu'au-delà des idées reçues sur les caractéristiques de cette clientèle, ce marché de niche n'a rien d'homogène et pousse en réalité à la segmentation de l'offre[15]. Ainsi pour les grands marchés comme les États-Unis, l'offre peut être communautaire tandis qu'en Europe et dans les pays moyens comme la France, celle-ci doit s'adapter[6],[15].

En 2012, selon une étude réalisée par Out Now Consulting, un expert dans le marketing gay et lesbien, le tourisme gay « représenterait 165 milliards de dollars »[16]. Selon le président de l'International Gay and Lesbian Travel Association, le marché « aux États-Unis génère un chiffre d’affaires annuel de 54,1 milliards de dollars », un chiffre qui représente environ 10 % du marché touristique américain, en 2006[6]. Il est estimé à 65 milliards de dollars si l'on prend en compte le tourisme interne à travers les week-ends[17]. En 2014, l'estimation avoisine les 70 milliards de dollars[18]. Avec la légalisation du mariage homosexuel en 2011, selon NYC & Company, l'organisme du tourisme de la ville de New York, estime les retombées fiscales et autres à 259,5 millions de dollars[18].

En Europe, même s'il n'existe pas d'études à proprement parler sur le phénomène, un rapport de 2012 indique que les dépenses annuelles réalisées par les touristes européens homosexuels correspondent à 65 milliards $ (50 milliards d'euros) pour une population estimée à 2,6 % de la population européenne[19]. La société de conseil Gay European Tourism Association a également publié un dossier sur le tourisme gay européen à destination des professionnels[20].

En France, l'agence parisienne Attitude Travels, estimait en 2006, « Après 19 mois d’activité, [un] chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros »[6]. La société spécialisée a fermé ses portes cinq ans plus tard[16].

Professionnels du tourisme[modifier | modifier le code]

Une partie des professionnels du marché s'organise en fondant, en 1983 aux États-Unis, l'association International Gay and Lesbian Travel Association (en) (IGLTA)[10]. Il s'agit d'un syndicat professionnel fédère les professionnels du monde entier (Voyagistes, réceptifs, hôteliers, offices du tourisme, compagnies aériennes, etc.)[17], qui compte « près de 1 400 membres », en 2006[6], plus de 2600 en 2011[21], implanté dans plus de 80 pays[10]. L'essentiel des membres sont concentrés en Amérique du Nord, en Australie, en Allemagne et en Grande-Bretagne[17]. La France n'était représentée en 2006 que par 18 membres, mais aucun OT[17]. Le directeur exécutif de l'International Gay & Lesbian Travel Association relevait que la France « est un marché complexe, moins communautariste qu'aux États-Unis ou en Allemagne »[17].

Des groupes de conseils émergent. Le site américain Community Marketing[22] proposent « des données statistiques qualitatives et quantitatives sur les touristes gay et lesbiennes »[14]. En Europe, la Gay European Tourism Association (GETA) propose des conseils pour le marché européen[23]. Elle lance en 2012 son site Internet « Gay Welcome », qui permet d'aider les homosexuels à trouver des destinations ou événements en Europe[19].

La première agence spécialisée pour le tourisme gay masculin date de 1972, avec l'agence de Hanns Ebensten, hetravel.com[14].

La vente en ligne permet aux différents clients d'avoir un choix varié mais aussi une recherche plus discrète et ciblée[6]. Aux États-Unis, les sites d'agences de voyages en ligne ont mis en place une sélection de voyages gay-frienldy voire gay pour leur clientèle, notamment les agences Orbitz ou encore Travelcocity[6]. En France, en 2006, les agences en ligne Vivacances (voyagiste en ligne du groupe Galeries Lafayette, qui se lance sur le marché en 2004), Lastminute.com, qui s'était associé avec Attitude Travels, ou encore Ebookers proposent eux aussi une recherche gay-friendly dédiée à la clientèle gay et lesbienne[17],[16]. Attitude Travels, qui s'était développé dans ce tourisme de niche à Paris dans le quartier du Marais[6], a disparu en octobre 2011[17],[16]. Le dernier représentant de cette forme de tourisme était Têtu Travels qui était « une marque blanche de l'opérateur gayvasion », créé par la fondatrice de Croisitour, Colette Vieira da Silva[16] (aujourd'hui disparu).

Il existe par ailleurs des guides papiers sur le tourisme gay. Le guide Spartacus International Gay Guide publie annuellement depuis 1970. L'ancien magazine français Têtu proposait ainsi une fois par an un hors-série TÊTU Voyage, lancée en 2006 à l'occasion du salon Top Resa; le salon des professionnels du tourisme et des voyages[15].

Lieux du tourisme gay[modifier | modifier le code]

Le tourisme homosexuel est fortement lié au quartier ou village des grandes métropoles internationales ou il se développe en parallèle des « hauts lieux internationaux ou nationaux »[4] du tourisme de masse. Parmi ceux-ci, on peut citer, avec les géographes français Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy, les sites de Playa del Inglés et Sitges (Espagne), Cherry Grove (New-York) (en), Provincetown et San Francisco avec le quartier du Le Castro (États-Unis), Myconos (Grèce), Tel Aviv-Jaffa en Israël, la Côte d'Azur ou Berck-Plage »[7] (France).

Tourisme urbain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quartier gay.

Le tourisme gay urbain se développe principalement dans les grandes métropoles mondiales, qui disposent souvent d'un quartier gay, exception faite de Berlin[6]. Dès le début du XXe siècle, de grandes villes européennes comme Paris, Berlin ou encore Amsterdam « deviennent des lieux de destinations pour les populations homosexuelles »[14]. Pour l'Amérique, ce sont celles de San Francisco ou encore New-York qui prennent cette place de pôle[14]. La ville de Philadelphie (Pennsylvanie) est l'une des premières villes américaines à jouer de cette image à la suite de la sortie du film Philadelphia, en 1993[6].

Au début des années 1990, l'Australie est le premier pays dans lequel est créé un « hôtel 100 % gay[6]. »

Tourisme balnéaire[modifier | modifier le code]

Rainbow flag flottant sur la plage de Capocotta dans la région du Latium, en Italie.

La plage est un lieu symbolique du tourisme gay, chargée de représentations. En 2008, les français Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy co-écrivent un article relevant que « L'investissement affectifs des gays par rapport au littoral, au moins en tant que décor ou cadre de vacances, est d'autant plus marquant qu'il s'exprime continûment dans les représentations produites par les artistes homosexuels depuis le XIXe siècle » (faisant référence au corps dénudés au bord de la plage)[24]. Ces cadres de vacances, dont les plages, font l'objet d'une promotion où la presse spécialisée mondiale, comme le Spartacus International Gay Guide, joue avec ces représentations, notamment les « 4 S » (représentations)[24].

Au cours des années 1970, la communauté homosexuelle masculine se développe dans les hauts lieux du tourisme, notamment du tourisme naturiste : l'île du Levant en France, l'île de Sylt en Allemagne, Ibiza aux Baléares, Myconos dans les Cyclades grecques[25]. Ces lieux deviennent ainsi des rendez-vous saisonniers pour les homosexuels. Les auteurs français Barthe-Deloizy et Emanuel Jaurand observent qu'« [...] ignorant les principes de base de l’éthique naturiste, les homosexuels transforment la plage et ses abords en un lieu de drague voire de pratique sexuelles »[25].

De nombreux guides en différentes langues conseillent les touristes. Le site mygaytrip propose sur son site, en 2015, une liste de plages considérées comme « gay », tolérées parfois par les municipalités, en France métropolitaine et d'Outre-mer[26].

Croisières[modifier | modifier le code]

Des croisières 100 % gays (LGBT cruises (en)) sont organisées, elles accueillent ainsi 2 000 personnes à bords[6]. Elles sont majoritairement américaines[6]. Aux États-Unis, le spécialiste de la croisière, Atlantis Events (fondée en 1991)[27], l'une des quinze sociétés spécialisées, proposent plusieurs destinations dont le Mexique ou encore le bassin méditerranéen (Tel-Aviv, Barcelone), et transporte, en 2010, 20 000 passagers par an[28].

La première croisière de ce type à destination d'une clientèle francophone est organisée en 2008 par le voyagiste Attitude Travels et commercialisée en Europe par l'intermédiaire de 80 voyagistes classiques ou en ligne (France, Belgique, Luxembourg, Angleterre, Canada)[29]. Elle fut organisée avec la Compagnie Croisières de France, qui mit à disposition un navire d'une capacité de 900 places[29]. Elle rassembla environ « six cents personnes pour un circuit en Méditerranée »[1]. Les lesbiennes à qui était ouverte la croisière représentaient « moins de 10 % des participants »[1].

Événements LGBT internationaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des événements LGBT.
Lesbisch-schwules Stadtfest - Lesbian and Gay City Festival de Berlin (2007).
Vue de la Gay Pride de São Paulo (Brésil, 2004), considéré comme l'une des marches des fiertés les plus importantes dans le monde, avec une participation de 3 millions de personne en 2010.

Le tourisme gay prend en compte les grands événements de renoms extra-nationaux, comme les différents festivals et marches des fiertés à travers le monde[4],[30]. Ces dernières — aussi appelée Christopher Street Day (CSD) — célèbre le premier soulèvement des homosexuels contre les agressions de la police à Greenwich Village (New York, États-Unis), le [31]. Ce type d'événements festifs qui attirent une population extra-nationale deviennent ainsi un produit touristique et en font des destinations majeurs[1]. En 2010, ce sont plus de 350 marches des fiertés recensées à travers le monde[32] qui attirent des milliers de participants d'autres pays mais qui actuellement ne font pas l'objet de statistiques[14].

Australie[modifier | modifier le code]

En Australie, le Mardis Gras de Sydney — Sydney Gay and Lesbian Mardi Gras — est l'un des événements les plus touristiques du pays, attirant ainsi pas moins de 600 000 à 700 000 participants[33],[34],[35],[36],[37],[38]. Ce festival lancée en 1978 et se déroulant à la fin du mois de février et début mars en Australie, dans la ville attire en 2010 environ 22 000 visiteurs et rapporté 21 millions d'euros[38] (US $ 30.4 million[37]).

Allemagne[modifier | modifier le code]

La Festival gay et lesbien (de) (Lesbisch-schwules Stadtfest Berlin) de Berlin, fondé en 1993, attire un peu plus de 400 000 participants chaque année, durant le mois de juin[39]. La capitale fédérale allemande accueille la Berlin Pride ou plus couramment la CSD Berlin en juillet, avec plus d'un demi millions de participants[40].

Autres événements majeurs[modifier | modifier le code]

La première WorldPride a eu lieu en 2000 à Rome, en Italie, rassemblant entre 100 000 et 200 000 participants[33].

L'organisation des Gay Games, dans la ligne des grands événements sportifs, attire eux aussi des touristes[1]. Il est considéré comme un « évènement majeur dans le domaine du sport et de la culture »[14]. Là encore, même si aucune statistique n'existe, des « milliers de sportifs amateurs ou professionnels, homosexuels, lesbiennes, bisexuels, transsexuels, hétérosexuels, handicapés ou non » se rendent à l'événement[14]. L'organisation des jeux de 2006 à Chicago (États-Unis) ont ainsi « contribué pour 50 à 80 millions de dollars à l’économie locale »[14].

Les White Parties[1] sont devenues aussi un produit d'appel pour les grandes villes américaines que l'on retrouve décliné à l'international.

La Southern Comfort Conference (en), lancée en 1991 à Atlanta, est considérée comme le plus grand rassemblement de personnes trangenres[41],[42]. La ville de Floride Fort Lauderdale organise en 2016 pour la seconde fois l'événement[41]. Elle est déjà considérée comme la première destination transfriendly au monde[41].

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Carol Southall et Paul Fallon, « LGBT tourisme », dans Peter Robinson, Sine Heitmann, Peter U. C. Diek, Research Themes for Tourism, CABI, (lire en ligne), p. 218-231
  • (en) « Gay tourisme », dans Melanie Smith, Nicola MacLeod, Margaret Hart Robertson, Key concepts in tourist studies, SAGE, (lire en ligne), p. 80-83
  • (en) Lynda Johnston, Queering Tourism : Paradoxical Performances of Gay Pride Parades, Routledge ; Reissue edition, coll. « Routledge Studies in Human Geography », , 160 p. (ISBN 978-0-41548-210-3)
  • (en) Gordon Waitt et Kevin Markwell, Gay Tourism : Culture and Context, New-York, Psychology Press, , 307 p. (ISBN 978-0-78901-603-4, lire en ligne)
  • (en) Howard L. Hughes, Pink tourism : Holidays of gay Men and Lesbians, Wallingford, CABI, , 234 p. (ISBN 978-1-84593-119-3, lire en ligne)
  • (en) Stephen Clift, Michael Luongo, Carry Callister, Gay Tourism : Culture, Identity and Sex, Continuum, , 280 p. (ISBN 978-0-82646-696-9)
  • (en) Martin Cox, Gay Holidaymaking : A Study of Tourism and Sexual Culture, University College London, , 280 p. (Thèse)
  • Francine Barthe-Deloizy et Emmanuel Jaurand, « Des îles investies par les gays », dans François Taglioni, Les dynamiques contemporaines des petits espaces insulaires: de l'île-relais ..., , p. 311-312

Articles[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy, « ”Bienvenue aux gays du monde entier”. Tourisme gay et mondialisation », Mondes du tourisme,‎ , p. 299-309 (lire en ligne) (la pagination utilisée est celle du document publié sur HAL)
  • Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy, « Tourisme sexuel : « clone maudit du tourisme » ou pléonasme ? De la sexualité dans le tourisme en général et dans le tourisme gay en particulier », Mondes du tourisme, no 3,‎ , p. 53-65 (lire en ligne)
  • Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy, « Le tourisme gay : aller ailleurs pour être soi-même ? », EspacesTemps.net,‎ (lire en ligne)
  • (en) J. Carlos Monterrubio, « Identity and Sex: Concurent Aspects of Gay Tourism », TOURISMOS, An International Multidisciplinary Journal of Tourism, vol. 4, no 2,‎ , p. 155-167 (lire en ligne).
  • [PDF] Emmanuel Jaurand et Stéphane Leroy, « A la recherche du paradis perdu. Pratiques et représentations du littoral des touristes gays », HAL,‎ , p. 16 (lire en ligne)
  • Stéphane Leroy, « Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l'homosexualité », Annales de géographie, vol. 6, no 646,‎ , p. 579-601 (lire en ligne) (Voir bibliographie)
  • (en) Stephen Clift et Simon Forrest, « Gay men and tourism : destinations and holiday motivations », Tourism Management, vol. 20, no 5,‎ , p. 615–625
  • (en) Howard Hughes, « Holidays and homosexual identity », Tourism Management, vol. 18, no 1,‎ , p. 3-7
  • (en) Briavel Holcomb et Michael Luongo, « Gay Tourism in the United States », Annals of Tourism Research, vol. 23, no 3,‎ , p. 711–713.

Rapport OMT[modifier | modifier le code]

L'Organisation mondiale du tourisme publie un rapport en partenariat avec International Gay and Lesbian Travel Association (en) : Global Report on LGBT Tourism depuis 2012 :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel de International Gay and Lesbian Travel Association (IGLTA)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les deux chercheurs précisent notamment en introduction à l'article consacré au « LGBT Tourism » « Readers will probably be more familiar with the terme "gay tourism" which is commonplace in the existing academic literature, although the term "gay" technically refers to a narrower market of gay men and lesbians. "Gay tourism" is in fact often used in a wider, more generic sense as a surrogate for LGBT tourism[2]. » Puis développent et expliquent dans les paragraphes suivants la notion[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jaurand et Leroy 2010, p. 1.
  2. a, b, c et d Southall et Fallon 2011, p. 218.
  3. a, b, c, d, e et f (en) Peter Robinson, Michael Lück, Stephen L. J. Smith, Michael Lackey, Tourism, CABI, , 525 p. (ISBN 978-1-78064-297-0, lire en ligne), p. 246-247.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Southall et Fallon 2011, p. 221.
  5. a et b Jaurand et Leroy 2011, p. 3-4.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Marc Fernandez, « Le tourisme gay se porte bien, merci ! », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. a, b, c, d et e Jaurand et Leroy 2011, p. 3.
  8. Southall et Fallon 2011, p. 218-221.
  9. a, b et c Hughes 2006, p. 2.
  10. a, b et c Site officiel notamment la page « About IGLTA » de International Gay and Lesbian Travel Association (IGLTA).
  11. Thèse de Loykie Loïc Lominé (2000), Just for sex ? : my own private thesis on gay tourism in Australia, Université de l'Essex, 650 pages.
  12. a et b Guillaume Éthier, Lucie K. Morisset, Bruno Sarrasin, Épistémologie des études touristiques, Presses de l'Université du Québec (PUQ), , 231 p. (ISBN 978-2-76053-487-2, lire en ligne), p. 187.
  13. l'article : (en) Linda Malam, « Performing Masculinity on the Thai Beach Scene », Tourism Geographies : An International Journal of Tourism Space, Place and Environment, vol. 6, no 4,‎ , p. 455-471 (lire en ligne).
  14. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Entre visibilité de la revendication et de la confrontation et invisibilité de la contemplation et de la séduction : Le tourisme gay sur la Côte d’Aur : territoires, espaces et lieux », 1ères DOCTORIALES du Tourisme de la Chaire « Culture, Tourisme, développement »,‎ , p. 11 pages (lire en ligne).
  15. a, b, c et d Philippe Mugnier, président-fondateur d'ATTRACT, « Encadré 6.6 - Le coming-out du tourisme gay et lesbien », dans Isabelle Frochot, Patrick Legohérel, Marketing du tourisme, Dunod, , 3e éd. (ISBN 978-2-10071-351-6, lire en ligne), p. 157-160..
  16. a, b, c, d, e, f, g, h et i Laury-Anne Cholez, « Les gays aiment les agents de voyages... qui ne le leur rendent pas ! », TourMag,‎ (lire en ligne).
  17. a, b, c, d, e, f et g La Rédaction, « Tourisme gay, une clientèle à séduire », L'Echo touristique,‎ (lire en ligne)
  18. a et b (en) Stephanie Rosenbloom, « The Evolving World of Gay Travel », www.nytimes.com,‎ (lire en ligne).
  19. a et b (en) Vicky Karantzavelou, « Gay tourism matters », traveldailynews.com,‎ (lire en ligne).
  20. Gay European Tourism Association, « Helping you tap into a 50 billion markets » sur le site de l'organisme.
  21. Christophe Martet, « L’IGLTA accompagne la croissance du tourisme gay et lesbien », Yagg,‎ (lire en ligne).
  22. Site officiel de Community Marketing.
  23. Site officiel de la Gay European Tourism Association.
  24. a et b Jaurand et Leroy 2008, p. 4-5.
  25. a et b Barthe-Deloizy et Jaurand 2005, p. 311-312, « Des îles investies par les gays ».
  26. Guillaume Nargeot, « Plages gays : un été en France », sur le site mygaytrip.com, (consulté le 26 novembre 2015).
  27. (en) STEVEN McELROY, « On a Gay Cruise, Just One of the Guys », www.nytimes.com,‎ (lire en ligne).
  28. Marie Nicot, « Les gays, des voyageurs très recherchés », www.lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  29. a et b La Rédaction, « Croisière 100% gays et lesbiennes », L'Echo touristique,‎ (lire en ligne).
  30. Jaurand et Leroy 2010, p. Les auteurs citent notamment les travaux de Luongo (2002), Markwell (2002), Markwell et Waitt (2009).
  31. Sur cette question voir Marianne Blidon, « Le bal interlope, la drag queen et les bloggeurs gays. Retour sur le mythe de la libération ou l’amnésie des générations », La_Revue, no 3, mis en ligne en septembre 2009.
  32. Southall et Fallon 2011, p. 222.
  33. a et b Waitt et Markwell 2006, p. 203-204, « Chapter 6 Special Events and Festivals ».
  34. (en) Kevin Markwell, « Mardi Gras tourism and the construction of Sydney as an international gay and lesbian city », GLQ: A Journal of Lesbian and Gay Studies, vol. 8, no 1-2,‎ , p. 81-99 (lire en ligne).
  35. « Mardi Gras » Gay et lesbien de Sydney, sur le site de l'Office du tourisme d'Australie - australia.com/fr (consulté le 21 novembre 2015).
  36. (en) Madeleine Coorey - AFP, (Agence France Presse) SYDNEY, « Sydney’s Mardi Gras becomes pride of Aussie tourism », sur le site du journal Taipei Times - taipeitimes.com, (consulté le 21 novembre 2015).
  37. a et b (en) Article du The Sun-Herald, Christine Sams, « Statements and sequins on parade - Specials Event MardiGras », sur www.smh.com.au, (consulté le 21 novembre 2015).
  38. a et b Madeleine Coorey (for AFP Agence France Presse), « Sydney: le Mardi gras homosexuel attire les touristes », sur www.lapresse.ca, (consulté le 23 novembre 2013)
  39. (en) « Lesbian and Gay City Festival », sur le site de la mairie de Berlin - berlin.de/en (consulté le 21 novembre 2015).
  40. « Christopher Street Day », sur le site de la mairie de Berlin - berlin.de/en (consulté le 21 novembre 2015).
  41. a, b et c Thomas Doustaly, « Les cinq tendances fortes du tourisme pour 2016 », M le Mag - Le Monde,‎ (lire en ligne).
  42. Site officiel de la Southern Comfort Conference.