Daniel Widlöcher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daniel Widlöcher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Association française de thérapie comportementale et cognitive (d)
-
Mélinée Agathon (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Sigourney Award (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Daniel Widlöcher, né le à Paris, est psychiatre, professeur des universités-praticien hospitalier en psychiatrie, psychologue et psychanalyste. Il est président de l'Association psychanalytique internationale en 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Widlöcher est issu, du côté paternel, d'une famille alsacienne, qui a opté pour la France. Son grand-père maternel quant à lui est médecin généraliste à Paris[1]. C'est sous son influence qu'il décide de faire des études de médecine, dans la perspective de devenir psychiatre[1]. Il réalise son externat à Paris, et se forme en psychiatrie de l'enfance dans le service de pédopsychiatrie de l’hôpital Ambroise Paré dirigé par Jenny Aubry[2]. Il fait son service militaire à Alger, dans le service de psychiatrie adulte de l’hôpital militaire Maillot[1]. À son retour en métropole, il fait son internat en neurologie et psychiatrie à l'hôpital de la Salpêtrière. Il obtient des équivalences en psychologie et donne des charges de cours. Il obtient son diplôme de médecin et un doctorat en psychologie[1].

Psychologue et professeur de médecine[modifier | modifier le code]

Daniel Widlöcher est nommé assistant des hôpitaux à la Salpêtrière, où il est chargé de mettre en place un département de psychothérapie[1]. Il mène une carrière hospitalo-universitaire[3]. Il est nommé attaché de consultation-assistant de 1959 à 1980, puis il devient chef du service de psychiatrie et PU-PH titulaire du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière de 1980, fonction qu'il occupe jusqu'en 1996[1]. Il est directeur de l’unité INSERM 302 « Psycho pathologie et pharmacologie des comportements ».

Il occupe différentes fonctions au CNRS, où il est membre de la section de psychologie de 1969 à 1978, puis de 1983 à 1991 et président de la section « Psychologie et psychophysiologie », de 1983 à 1988[1]. Il est conseiller auprès du ministre de la Santé Edmond Hervé, en 1983-1984[1].

Psychanalyste[modifier | modifier le code]

Daniel Widlöcher devient psychanalyste, tout en poursuivant sa carrière universitaire, notamment à cause de son intérêt pour le développement de l'enfant[4]. Il fait une analyse avec Jacques Lacan de 1953 à 1960[1]. Il prend ses distances ultérieurement à l'égard de Lacan, car il n'est pas en accord avec l'évolution de celui-ci en ce qui concerne la technique analytique et la formation des analystes. Il se montre d'ailleurs très critique à son égard, notamment dans un entretien donné en 2011, dans lequel il indique qu'à son avis, « Lacan s’intronisait, et n’acceptait les autres qu’autant que leurs idées rejoignaient les siennes ». Pour lui, Lacan avait « un souci de maîtrise des gens plus que d’ouverture » et tenait beaucoup à la « dépendance » de ses analysés, ce qui pour lui, s'apparente à une exploitation[5]. Il estime que son « but ultime était d’être le nouveau Freud » et qu'il « se rêvait en chef d’école française. »[5].

Il se reconnaît moins dans une filiation avec Lacan qu’avec Daniel Lagache à qui il a demandé de superviser les activités psychanalytiques mises en place à la Salpêtrière[1]. Il établit également une relation avec Donald Winnicott à l'occasion de la création de l'Association psychanalytique de France, à partir de 1963, grâce à l'intermédiaire de Wladimir Granoff[2]. Il rejoint lors de sa création en 1964 l'Association psychanalytique de France, dont il est membre fondateur[6] et au sein de laquelle il exerce diverses fonctions.

Alain Braconnier considère que la vie de Daniel Widlöcher « s'identifie à la psychanalyse telle qu'il aime la définir : tout autant une pratique culturelle qu'une pratique thérapeutique, elle ne donne pas une vérité, elle ouvre une voie »[1]. À l'occasion du Débat en psychanalyse, 6e colloque organisé le jeudi 10 mars 2005 par l'APEP (Association psychanalyse et psychothérapies), le CHU Pitié-Salpêtrière et l'Association de santé mentale, Jean Laplanche rend hommage à Daniel Widlöcher, dont il estime que celui-ci n'a cessé « de creuser ce thème depuis des années, “le débat en psychanalyse”, qui est essentiel »[7].

Il est membre du comité de lecture de la revue Cliniques méditerranéennes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Daniel Widlöcher est lauréat du Sigourney Award en 1998[8]. Il préside l'Association psychanalytique internationale de 2001 à 2005. Il préside aussi l'Association française de thérapie comportementale et cognitive de 1979 à 1980[9]. Il préside le comité de l'enseignement de l'Association psychanalyse et psychothérapies — Recherches expérimentales et cliniques sur l'application de la psychanalyse aux psychothérapies[10].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'interprétation des dessins d'enfants, Charles Dessart, Bruxelles, 1965, (ISBN 2-87009-005-6)
  • Freud et le problème du changement,Puf, 2001
  • Actualité des modèles freudiens. langage, image, pensée, avec Pierre Fédida), Monographies de psychopathologie, 1995
  • Métapsychologie du sens, Psychiatrie ouverte, 1986
  • Le psychodrame chez l'enfant, «Quadrige», 2003
  • Sexualité infantile et attachement, «Petite bibliothèque de psychanalyse», 2001
  • Traité de psychopathologie], Grands traités, 1994
  • Les nouvelles cartes de la psychanalyse, Odile Jacob, Paris, 1996, (ISBN 2-7381-0332-4)
  • Avec Marie-Christine Hardy :La dépression, Hermann, Paris, 1989, (ISBN 2-7056-6099-2)
  • Les logiques de la dépression, Fayard, 1983 et 1995 (2e éd)
  • Les psychotropes,une manière de penser le psychisme?, Les Empêcheurs de penser en rond, 1990, (ISBN 2-908602-02-4)
  • (dir.) Psychanalyse et psychothérapie, Le Carnet Psy, Ramonville, Érès, 2008, (ISBN 978-2-7492-0854-1).
  • Comment on devient psychanalyste… et comment on le reste, Odile Jacob, 2010

Articles[modifier | modifier le code]

  • Intériorisation et processus thérapeutique, « La psyché », Nouvelle Revue de psychanalyse, no 12, 1975
  • Un peintre et son psychanalyste : Giovanni Segantini et Karl Abraham, dans Psychanalyse à l'université, no 9, Publication Association psychanalytique de France, Éditions Réplique, 1977.
  • L'hystérie dépossédée, in L'idée de guérison, Nouvelle Revue de psychanalyse, no 17, 1978
  • L'interprétation entre guillemets, in Dire, Nouvelle Revue de psychanalyse, no 23, 1981
  • Intentionnalité et psychopathologie, in Revue internationale de psychopathologie, no 10 1993.
  • Entre la pensée et l'acte. De Freud à Wallon, in Enfance, t.47, no 1, 1993.
  • Emotional and psychopathological disturbances, HIV-infection, ouvrage collectif, Progr.Neuro-Psychopharmacol.& Biol.Psychiat. vol.17,1993.
  • L'analyse cognitive du silence en psychanalyse. Quand les mots viennent à manquer, in Revue internationale de psychopathologie, no 12, 1993.
  • À propos de la croyance délirante, Revue internationale de psychopathologie, n°14, 1994.
  • Deuil fini et deuil sans fin. À propos des effets de l'interprétation, « Le Deuil », monographie de la Revue française de psychanalyse, PUF, 1994.
  • Psychanalyse et science, en collaboration avec N. Dantchefet, E. Rappard, Encyclopédie médico-chirurgicale, 37-811-A30,1994.
  • A case is not a fact, in Int. J. Psycho-Anal., 1994, Dec ; 75 (Pt 5-6), p. 1233-1244.
  • Psychanalyse de l'instant, L'Inactuel, no 2, Emplois du temps, Calmann-Lévy, 1994.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Braconnier 2003, p. 5-11.
  2. a et b Daniel Widlöcher, « Winnicott et la psychanalyse », Le Carnet Psy, vol. 151, no 2,‎ , p. 37-39.
  3. [recension] Heike Eberlé, « Alain Braconnier, Daniel Widlöcher, Puf, coll. Psychanalystes d'aujourd'hui, 2003 », Le Carnet Psy, n°84, p.17, [lire en ligne]
  4. Entretien de Laure Adler avec Daniel Widlöcher, émission « Hors champs » sur France-Culture en 2014 : [1].
  5. a et b [Entretien] Jean-François Marmion, « Daniel Widlöcher, 60 ans de psychanalyse », sur le-cercle-psy.scienceshumaines.com, (consulté le 10 août 2019).
  6. Association psychanalytique de Frence — Présentation, [lire en ligne]
  7. Dans: Jean Laplanche, « Niveaux de la preuve », Sexual. La sexualité élargie au sens freudien 2000-2006, Paris, PUF/Quadrige, 2007, p. 227.
  8. « Daniel Widlocher, 1998 », sur sigourneyaward.org, [lire en ligne]
  9. https://www.aftcc.org/historique-du-bureau-de-lassociation.
  10. Apep-Psy. page consultée en ligne le 9 mars 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Braconnier, Daniel Widlöcher, Puf, coll. « Psychanalystes d'aujourd'hui », , 128 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :