Otto F. Kernberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Otto F. Kernberg
Portrait de Otto F. Kernberg
Otto Kernberg
Biographie
Naissance
à Vienne, Autriche
Nationalité Américaine
Thématique
Formation Biologie, Médecine, Psychiatrie, Psychanalyse
Titres Professeur d'université émérite
Profession Psychiatre, psychanalyste, professeur d'université (d) et essayiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université Cornell et université ColumbiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux Troubles de la personnalité, relation objectale et narcissisme.
Approche Psychanalyse
Distinctions Médaille d’or pour services rendus à la ville de Vienne (d), Sigourney Award (d) (), prix Sigmund-Freud de psychothérapie (), Strecker Award (d) () et docteur honoris causa de l'université de Buenos Aires (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Buenos Aires National Academy of Medicine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Otto Friedmann Kernberg, né à Vienne le est un psychiatre et psychanalyste américain d'origine autrichienne, reconnu pour son travail théorique et clinique sur les cas-limites et les pathologies du narcissisme.

Durant les années 1970, il est avec Heinz Kohut l'un des deux grands psychanalystes américains ayant revisité ce concept.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1939, après l'annexion de l'Autriche par les nazis, sa famille émigre au Chili. Il étudie la psychiatrie à Santiago du Chili et se forme à la psychanalyse à la Société psychanalytique chilienne.

En 1959, il poursuit ses études aux États-Unis et devient professeur à la faculté de médecine de l'université Cornell.

Assumant un rôle important à la Menninger Clinic de Topeka (Kansas), il s'est ensuite installé à New York pour devenir professeur de psychiatrie à la Columbia University.

Dans la sphère psychanalytique, il est aussi bien apprécié en tant que théoricien et critique qu'en tant que pédagogue[1].

Il effectue deux mandats de président de l'API (Association psychanalytique internationale) en 1999 puis en 2001.

Ses ouvrages ont anticipé la révision contemporaine du corpus psychanalytique, imposée par l'efflorescence de nouvelles formes de pathologies échappant au triptyque daté « névrose, psychose et perversion ». Cette révision s'opère tant à l'intérieur de l'API qu'actuellement dans les groupes lacaniens où la notion même d'état-limite est désormais moins contestée qu'au moment où Kernberg, Heinz Kohut et, en France, Jean Bergeret, menaient des recherches en lien ce thème.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

En anglais (par ordre chronologique de parution) :

  • Borderline conditions and pathological narcissism, New York, Jason Aronson, 1975
  • Object relations theory and clinical psychoanalysis, New York, Jason Aronson, 1976
  • Severe personality disorders: Psychotherapeutic strategies, New Haven, Yale University Press, 1984
  • The suicidal risk in severe personality disorders: Differential diagnosis and treatment. Journal of Personality Disorders. The Guilford Press, 2001

En français :

  • Les troubles limites de la personnalité, Dunod, collection « Psychismes », 1997 (ISBN 2-10-003137-6).
  • La personnalité narcissique, Dunod, 1975. Réed., collection « Psychismes », 2016 (ISBN 978-2-10-072699-8)
  • Les troubles graves de la personnalité : Stratégies psychothérapiques, Presses Universitaires de France, collection « Le fil rouge », 2004, (ISBN 2-13-054703-6)
  • La thérapie psychodynamique des personnalités limites, Presses Universitaires de France, collection « Psychiatrie ouverte », 1995 (ISBN 2-13-046726-1)
  • L'avenir d'une désillusion (en collaboration avec André Green, dir.), PUF, collection « Bibliothèque de psychanalyse », 2000 (ISBN 2-13-050831-6)

Article[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Otto Kernberg théoricien, critique et pédagogue, Marie-Claire Durieux, Otto Kernberg, 2003, pp. 61-99 ; Otto Kernberg, clinicien et praticien de l’analyse et des psychothérapies, Marie-Claire Durieux, ibid, pp. 19-54

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]