Giovanni Segantini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Giovanni Segantini
Segantini 1878.jpg

Portrait en 1878

Naissance
Décès
Nationalités
Activité
Formation
Mouvement
Autoportrait en 1893

Giovanni Segantini (né à Arco sur le lac de Garde le - mort dans le Schafberg Pontresina le ) est un peintre italien[1] rattaché au courant du symbolisme. C'est un peintre de genre, qui a représenté des sujets typiques, dont des paysages de montagnes. Pour Philippe Dagen du journal Le Monde, « il s'agit d'un des artistes majeurs de son temps, entre symbolisme, postimpressionnisme et primitivisme »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il perd sa mère à sept ans, et son père un an plus tard puis il fréquente l'Académie des beaux-arts de Brera à Milan. Vers 1888 Segantini pressé à Milan forte amitié avec un peintre qui avait déjà atteint une grande renommée Francesco Filippini, qui a consacré l'opéra "Impression de la lagune". En 1895, il reçoit le premier Grand Prix de la première Biennale de Venise.

Il s'installe en Suisse, à Maloja, près de Saint-Moritz, en Haute-Engadine, où il peint de nombreux paysages. Il y meurt. Sur sa tombe est écrit « Arte e amore vincono il tempo » (« L'art et l'amour triomphent du temps »).

Il est l'oncle de Rembrandt Bugatti et d'Ettore Bugatti.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Modèle:Messaga galerie

Expositions (sélection)[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Segantini - Magie des Lichts de Christian Labhart, Suisse, 2015, documentaire, couleur, 82 min.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Annie-Paul Quinsac, Segantini, né à Arco dans le Trentin irrédentiste n'a jamais pu renoncer à la citoyenneté autrichienne, et n'ayant pas répondu à l'appel des listes de conscription, il fut considéré comme déserteur par l'Autriche-Hongrie. Bien qu'exposant dans les sections italiennes et désirant être italien, l'Autriche refusa de l'affranchir de sa nationalité autrichienne et il ne put jamais obtenir de passeport italien.
  2. Philippe Dagen, « Giovanni Segantini, le Gauguin des Alpes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Édouard Vallet
  • Segantini : catalogo generale / Annie-Paule Quinsac. Milano : Electa, c1982.

Sur les autres projets Wikimedia :