Curtiss SBC Helldiver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SBC.
Curtiss SBC Helldiver
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss-Wright Corporation
Rôle Bombardier
Premier vol
Mise en service 1938
Date de retrait 1943
Nombre construits 257
Équipage
1 pilote / 1 mitrailleur
Motorisation
Moteur Wright R-1820-34 Cyclone
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile refroidi par air
Puissance unitaire 950 ch
Dimensions
Envergure 10 36 m
Longueur 8 63 m
Hauteur 3 83 m
Surface alaire 29 5 m2
Masses
À vide 2 196 kg
Maximale 3 462 kg
Performances
Vitesse maximale 381 km/h
Plafond utile : 4 635 m
maximum : 8 320 m
Rayon d'action 950 km
Rapport poids/puissance 3 64 kg/ch
Armement
Interne 2 Mitrailleuse Browning 1919 de calibre .30 (7,62 mm) (tirant vers l'avant et vers l'arrière)
Externe 454 kg de bombes

Le Curtiss SBC Helldiver est un avion militaire de l'entre-deux-guerres qui a servi comme bombardier en piqué (Stunt Bomber dans le système de désignation de l'United States Navy.

C'est le second avion Curtiss à porter le surnom Helldiver (plongeur de l'enfer) après le Curtiss F8C, et avant le monoplan SB2C qui participera à la Seconde Guerre mondiale.

C'est aussi le dernier avion de combat biplan construit aux États-Unis[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Le Curtiss SBC était extrapolé du chasseur monoplan à aile parasol XF-12C à train d'atterrissage escamotable. A la suite d'une évolution complexe, le prototype XSBC-2 entra en service en juillet 1937 sous forme de l'avion d'observation et de bombardement SBC-3, à moteur Wright R-1535-94.

83 SBC-3 furent construits, suivis par 224 SBC-4, avions plus puissants capables d'emporter une charge de bombes plus importante[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

Cet appareil se révéla dépassé peu après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor[1].

Variantes[modifier | modifier le code]

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Cinquante SBC-4 furent livrés à la France, et cinq au Royaume-Uni[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Le grand atlas de l'aviation, Atlas,‎ , 431 p. (ISBN 2-7312-1468-6), page 81

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Andrade, US military aircraft designations and serials since 1909, Leicester (24 The Hollow, Earl Shilton, Leicester LE9 7NA), Midland Counties Publications,‎ , 252 p. (ISBN 978-0-904-59722-6, OCLC 60074605).
  • (en) Peter M. Bowers, Curtiss aircraft, 1907-1947, London, Putnam,‎ , 636 p. (ISBN 978-0-370-10029-6, OCLC 6147719).
  • (en) Thomas E Doll, Don Greer (color by) et Tom Tullis (color by) (ill. Joe Sewell), SBC Helldiver in action, Carrollton, TX, Squadron/Signal Publications, coll. « Aircraft » (no 151),‎ , 49 p. (ISBN 978-0-897-47331-6, OCLC 32925954).
  • Green, William and Gordon Swanborough. "Uncle Sam's Last Combat Biplane". AirEnthusiast Five, November 1977-February 1978. Bromley, Kent: Pilot Press Ltd.
  • Larned, W.E., RADM USNR. "Comment and Discussion." United States Naval Institute Proceedings, October 1976.
  • (en) Gordon Swanborough et Peter M. Bowers, United States Navy aircraft since 1911, London, Putnam,‎ , 2e éd., 552 p. (ISBN 978-0-370-10054-8, OCLC 2938891).
  • (en) Barry C. Wheeler, The Hamlyn guide to military aircraft markings, London, Chancellor Press,‎ , 160 p. (ISBN 978-1-851-52582-9, OCLC 59810370).
  • Le grand atlas de l'aviation, Atlas,‎ , 431 p. (ISBN 2-7312-1468-6), page 81.

Voir aussi[modifier | modifier le code]