Grumman J2F Duck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grumman J2F Duck
Vue de l'avion.
Grumman J2F-5 Duck début 1942 (une bombe est visible sous l'aile gauche)

Constructeur Drapeau : États-Unis Grumman
Rôle Hydravion de sauvetage et de liaison
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 632
Équipage
2 (1 pilote, 1 observateur)
Motorisation
Moteur Wright R-1820-54
Nombre 1
Type 9 cylindres en étoile
Puissance unitaire 900 ch (670 kW)
Dimensions
Envergure 11,9 m
Longueur 10,37 m
Hauteur 4,25 m
Surface alaire 38 m2
Masses
À vide 2 485 kg
Performances
Vitesse de croisière 248 km/h
Vitesse maximale 304 km/h
Plafond 6 100 m
Rayon d'action 1 255 km
Armement
Interne 1 mitrailleuse Browning 1919 (7,62 mm)
Externe Bombe de 295 kg ou charge de profondeur

Le Grumman J2F Duck était un hydravion à coque biplan monomoteur amphibie. Il fut employé pendant la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre d'opérations du Pacifique, en tant qu'hydravion de sauvetage et de liaison.

Il aura pour successeur le Grumman JRF Goose, hydravion amphibie à coque bimoteur.

Historique[modifier | modifier le code]

Le J2F-1 Duck vola pour la première fois le matin du propulsé par un moteur de 750 hp (559 kW) Wright R-1820 Cyclone et fut livré l'après-midi même à la Marine des USA. Le J2F-2 avait un moteur Wright Cyclone qui fut poussé à 790 hp (589 kW). Vingt versions J2F-3 furent construites pour l'utilisation par la Marine des USA comme transporteur pour des lignes intérieures. Sous la pression des opérations consécutives à l'entrée en guerre des USA lors de la 2e Guerre mondiale en 1941, la production du J2F Duck fut transférée à la Columbia Aircraft co. dans l'Etat de New York. Là, il fut produit 330 avions pour la Marine USA et les Garde-côtes USA[1]. Si la logique de la nomenclature standatd de la US-Navy avait été respectée, ils auraient dû être désignés sous l'appellation JL-n mais ce ne fut pas le cas. Les avions produits par la Columbia furent livrés sous la dénomination de J2F6s[2]. Plusieurs Ducks des surplus de la Navy turent utilisés par les Forces Armées Aériennes des USA pour le secours en mer sous l'appellation OA-12 en 1948.

Conception[modifier | modifier le code]

Le J2F était un biplan à ailes égales, simple baie avec un grand flotteur monocoque centrale qui abritait un train d'atterrissage escamotable, un dispositif conçu par Leroy Grumman qui fut utilisé d'abord sur le précédent hydravion anmphibie Grover Loening et adopté plus tard sur le biplan de combat Grumman FF. L'avion à ailes fixes avait des stabilisateurs sur pylones sous les ailes inférieures.

Un équipage de deux ou trois personnes était transporté en cockpits tandems, devant le pilote et derrière pour un observateur avec un emplacement pour un opérateur radio, si nécessaire. Il y avait une cabine pour deux passagers ou une civière. Le flotteur central du Duck était réuni au fuselage, faisant de l'ensemble un hydravion malgré son apparence d'avion terrestre équipé de flotteurs[3]. Cette configuration était partagée avec le précédent Loening OL, Grumann ayant acquis les droits de la coque Loening, flotteurs et train d'atterrissage[4]. Comme pour le F4F Wildcat, son train d'atterrissage étroit était actionné par une manivelle.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le J2F fut utilisé par la Marine des USA, le corps des Marines des USA, les forces armées aériennes des USA et les garde-côtes des USA. A part de son emploi général utilitaire et pour le transport léger, ses missions inclurent la cartographie aérienne, l'observation et l'éclairage, la patrouille de lutte anti-sous-marine, le secours aéromaritime, l'étude photographique, la reconnaissance aérienne et le remorquage de cibles mouvantes. Dix J2Fs de l'escadrille de service de patrouille maritime furent détruits à la base de Mariveles (Philippines), par un raid japonais le [5]. Le seul Duck survivant de l'attaque avait un moteur mort mais avait été réparé après-coup à l'aérodome de Cabcaben pendant la bataille de Bataan, avec un cylindre récupéré sur un J2F-4 coulé dans la Baie de Manille. Après réparation, le J2F4 partit après minuit le , surchargé de 5 passagers et du pilote, étant le dernier appareil à quitter Bataan avant sa reddition aux Japonais, quelques heures après. Parmi les passagers, il y avait Carlos P. Romulo (diplomate, politicien, soldat, journaliste et écrivain) lequel raconta le vol en 1942 dans son livre best-seller I Saw the Fall of the Philippines (Doubleday, Doran & Company, Inc., Garden City, New York 1943, pp. 288–303), qui lui valut le Prix Pulitzer du service public de correspondant.

Variantes[modifier | modifier le code]

J2F-3 à la base navale de Jacksonville en 1940
OA-12 avec les marques USAF (cet avion était un J2F-6 peint pour ressembler à un OA-12A, au USAF Museum de Dayton, Ohio).

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Construit par Columbia, un J2F-6 Duck des U.S. Marine Corps, au Fame Museum in Valle, Arizona, octobre 2005.

Avions survivants[modifier | modifier le code]

Grumman J2F-6 Duck propriété et piloté par Kermit Weeks at Fantasy of Flight à Polk City, Floride.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'avion tient à plusieurs reprises la vedette dans la série des Têtes Brûlées (escadron de chasse US-Marines Corps VF-214). L'épisode 11 de la saison 1 de la série TV Les Têtes brûlées, intitulé « Opération radar » en français et « The cat's whiskers » en anglais. Cette série est maintenant disponible sur DVD-Rom (intégrale de la série, coffret de UNIVERSAL de 3x4 disques). Le DUCK apparait dans l'épisode 2 du DVD1 du premier coffret intitulé "Un avion pour deux" au cours duquel un commando, déposé près d'une île, part délivrer un équipier de bombardier fait prisonnier.

Il tient aussi un rôle d'importance dans "La Guerre de Murphy" (Murphy's War), film de guerre britannique réalisé par Peter Yates, sorti en 1971.

Un Grumman J2F-6 Duck durant une opération en Antarctique en janvier 1947.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jordan, Corey C. "Grumman's Ascendency: Chapter Two." Planes and Pilots Of World War Two, 2000. Retrieved: 22 July 2011.
  2. Swanborough, Gordon, and Bowers, Peter M., "United States Navy Aircraft since 1911", Naval Institute Press, Annapolis, Maryland, 1976, Library of Congress card number 90-60097, (ISBN 0-87021-792-5), page 221.
  3. Cette configuration lui donnait une allure assez lourdaude, un drôle de canard qui se dandinait sur l'eau.
  4. Allen 1983, p. 47.
  5. Alsleben, Allan. "US Patrol Wing 10 in the Dutch East Indies, 1942." Forgotten Campaign: The Dutch East Indies Campaign 1941-1942, 2000. Retrieved: 22 July 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Francis J. Allen, « A Duck Without Feathers », Air Enthusiast, Bromley, Kent Royaume-Uni, Pilot Press, no 23,‎ décembre 1983—mars 1984, p. 46–55, 77–78.
  • (en) Leonard Bridgeman, Jane's fighting aircraft of World War II,, Londres, Random House Group Ltd, (ISBN 1-85170-493-0), « The Grumman Duck ».
  • (en) Marcel Baudot (éditeur) et al., The Historical Encyclopedia of World War II, New York, Greenwich House, (ISBN 156731094X, EAN 9781567310948, présentation en ligne).
  • (en) Adam Jarski, Grumman JF/J2F Duck (Monografie Lotnicze 98), Gdańsk, AJ-Press, (ISBN 8372371695).
  • (es) Nuñez Padin et Jorge Félix, Grumman G.15, G.20 & J2F Duck, Buenos Aires, Argentina, Museo de Aviación Naval, Instituto Naval, coll. « Aeronaval » (no 15), .