Curtiss F6C Hawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curtiss F6C-1 Hawk
{{#if:
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss
Rôle Chasseur
Statut Retiré du service
Premier vol 1925
Mise en service 1925
Date de retrait 1932
Nombre construits 75
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Curtiss D-12
Nombre 1
Type Moteur en V
Puissance unitaire 400 ch
Dimensions
Envergure 9,60 m
Longueur 6,90 m
Hauteur 3,30 m
Surface alaire 23,40 m2
Masses
À vide 950 kg
Maximale 1 400 kg
Performances
Vitesse maximale 249 km/h
Plafond 6 980 m
Armement
Interne 2 mitrailleuses Browning de calibre 7,62 mm.

Le Curtiss F6C Hawk est un avion militaire de l'entre-deux-guerres américain des années 1920 ayant servi comme avion de chasse dans l'US Navy.

Conception[modifier | modifier le code]

C'est en 1925 que l'US Navy, alors à la recherche d'un chasseur embarqué, se tourna vers deux avionneurs, Boeing et Curtiss. Leur mission était de fournir rapidement des machines modernes et efficaces. Si la première de ces sociétés décida de concevoir ab-initio un nouvel appareil, le FB, les responsables de Curtiss prirent le parti de navaliser un modèle existant déjà, le P-1[1]. De ce fait neuf exemplaires de cet avion furent prélevés sur les stocks destinés à l'US Army Air Corps et fournis à la marine américaine qui les mit en service au sein de l'escadrille VF-9M de l'United States Marine Corps. Ils furent officiellement désignés comme F6C-1 Hawk.

Si les cinq premiers avions demeuraient "terrestres"[1], c'est-à-dire non apte aux opérations sur porte-avions il en fut autrement des quatre suivants qui reçurent à la hâte un kit sommaire d'opérations embarquées, tournant autour d'un renforcement du train d'atterrissage et d'une crosse d'appontage. Ils furent rebaptisés F6C-2. Les essais à la mer eurent lieu sur l'USS Langley au sein du squadron VF-2[2]. Ceux-ci furent si concluants que l'US Navy passa commande à Curtiss d'un lot de 35 exemplaires[3] totalement nouveaux, désignés F6C-3 et très proche des précédents. Ceux-ci furent rapidement intégrés dans plusieurs unités de l'US Navy appelées à servir au sein du squadron VF-5S à bord de l'USS Lexington et du squadron VF-8M des Marines à terre[2].

Toutefois le moteur Curtiss D-12 n'apporta pas une pleine satisfaction et en 1927 un nouveau lot de 31 avions[3] fut commandé pour le compte de l'US Marines Corps mais propulsés par un moteur en étoile Pratt & Whitney R-1340 de 410 ch. Ils furent désignés F6C-4 et affectés au squadron VF-2B embarqué sur l'USS Langley[2]. Toutefois ces avions ne plurent jamais vraiment aux Marines, et il fallut attendre le Curtiss F7C Seahawk[4] pour que ceux-ci soient satisfaits.

Engagements[modifier | modifier le code]

Si aucun de ces avions ne connut le feu au combat, ils furent parmi les premiers avions de combat à voler depuis des porte-avions américains. Aux côtés des Boeing FB ils permirent aux pilotes de l'US Navy de défricher le domaine de vol de l'aviation embarquée. Les F6C quittèrent le service actif en première ligne en 1930 mais demeurèrent en unité de réserve encore deux années. Deux autres versions furent étudiées mais sans déboucher sur une production en série.

Comme hydravion de course[modifier | modifier le code]

Hydravion Curtiss F6C-6 utilisé pour la Coupe Schneider.

En 1926 l'équipe de présentation de l'US Navy qui participait à la Coupe Schneider eut l'idée de transformer en hydravion à flotteurs un F6C-3 pour s'en servir comme machine d'entraînement. En effet il était alors techniquement assez proche du R3C-3 (en) utilisé pour la course. Toutefois après l'accident de ce dernier le F6C-3 devint le seul appareil que les Américains pouvaient présenter. Il reçut alors la désignation de F6C-6. Bien inférieur techniquement à ses concurrents il termina quatrième[5], loin derrière les trois premiers et notamment le Macchi M.39 italien qui remporta la coupe cette année-là. Par la suite le F6C-6 fut utilisé pour l'entraînement des pilotes de course jusqu'en 1931.

Comme avion de course[modifier | modifier le code]

Un F6C-3 fut spécialement modifié, équipé et mis au point pour la compétition. Il était piloté par le commandant Arthur H. page du corps des Marines. Ce monoplan à aile haute fut rebaptisé XF6C-6. Ses lignes racées étaient accentuées par un carénage de roues allongé et profilé, et firent de lui la vedette des National Air Races américaines en septembre 1930. Dès le décollage, Page prit la tête de la course qui comportait 20 tours de circuit. Il accentua son avance jusqu'au dix-septième tour puis s'écrasa au sol, victime d'une intoxication au monoxyde de carbone[3].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

  • F6C-1, version d'origine identique aux P-1 de l'USAAC : 5 exemplaires.
  • F6C-2, version navalisée du F6C-1 : 4 exemplaires.
  • F6C-3, version de série d'origine propulsé par un moteur en V Curtiss D-12 de 400 ch : 35 exemplaires.
  • F6C-4, version modifiée dotée d'un moteur en étoile Pratt & Whitney R-1340 de 410 ch : 31 exemplaires.
  • F6C-5, version expérimentale du F6C-4 dotée d'un moteur en étoile Pratt & Whitney R-1690 de 525 ch  : 1 exemplaire.
  • F6C-6, version dérivée du F6C-3 transformé en hydravion de course : 1 exemplaire.
  • F6C-7, version expérimentale du F6C-4 dotée d'un moteur en V Ranger de 350 ch : 1 exemplaire.

Préservation[modifier | modifier le code]

En 2012 au moins deux F6C Hawk étaient préservés dans des musées :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alain Pelletier, Les chasseurs terrestres américains : P- et F- Pursuit, Fighter : mieux connaître tous les avions de chasse de l'US Air Force américaine, prototypes et projets compris, des origines à nos jours, Clichy, Éd. Larivière, coll. « Minidocavia » (no 4-5), (ISBN 9782907051095 et 9782907051101, OCLC 470591614)
  2. a, b et c (en) John Stroud, Soviet transport aircraft since 1945, Londres, Putnam, , 431 p. (ISBN 978-0-370-00126-5, OCLC 421701936)
  3. a, b et c « Nouvelle arme navale: appareils de chasse 1918-1939 », Connaissance de l'histoire mensuel éditions Hachette, no 24,‎ , p. 18-20.
  4. (fr) « Curtiss F7C Seahawk », sur avionslegendaires.net,‎ (consulté le 12 décembre 2015)
  5. Alain Pelletier, Les hydravions de course 1913-1932 : mieux connaître tous les hydravions de course, prototypes et projets compris, Clichy, Guides Larivière, coll. « Minidocavia » (no 17), , 50 p. (ISBN 978-2-914-20586-3, OCLC 470252765)
  6. (en) « Curtiss F6C-1 Hawk - A6969/A6969 - États-Unis/Naval Aviation Museum », sur Delta Base (consulté le 12 décembre 2015)
  7. (en) Terry Bowden, « NR6239 - The World's Fastest Travel Air Biplane », sur barnstmr.blogspot.fr (consulté le 12 décembre 2015)