Curtiss O-52 Owl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curtiss O-52 Owl
Un Curtiss O-52 Owl de l'US Army Air Corps au National Museum of the United States Air Force, à Dayton, dans l'Ohio.
Un Curtiss O-52 Owl de l'US Army Air Corps au National Museum of the United States Air Force, à Dayton, dans l'Ohio.

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss Aeroplane and Motor Company
Rôle Avion d'observation[1]
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Coût unitaire 31 000 dollars
Nombre construits 203 exemplaires
Équipage
2 membres : 1 pilote + 1 copilote/observateur
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1340-51
Nombre 1
Type Moteur à 9 cylindres en étoile
Puissance unitaire 600 ch, soit 447 kW
Dimensions
Envergure 12,43 m
Longueur 8,03 m
Hauteur 2,83 m
Surface alaire 19,55 m2
Masses
À vide 1 919 kg
Avec armement 2 433 kg
Performances
Vitesse de croisière 309 km/h
Vitesse maximale 354 km/h
Rayon d'action 553 km
Charge alaire 154,44 kg/m2
Armement
Interne 1 mitrailleuse fixe de 7,62 mm (calibre .30) tirant vers l'avant
1 mitrailleuse mobile défensive de 7,62 mm (calibre .30) à l'arrière du cockpit

Le Curtiss O-52 Owl était un avion d'observation américain, utilisé par l'US Army Air Corps avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Développé en 1939 par la Curtiss Aeroplane and Motor Company, l'O-52 fut le dernier avion d'observation « lourd » développé pour l'armée américaine. Le concept des avions d'observation biplaces, classés dans la série des avion « O », datait de la Première Guerre mondiale, et en 1940, l'Army Air Corps commanda 203 Curtiss O-52 pour des missions d'observation.

Vers 1941, l'O-52 était déjà totalement dépassé pour affronter les conditions de combat de l'époque.

Carrière opérationnelle[modifier | modifier le code]

À la livraison, l'appareil fut utilisé dans des manœuvres militaires par l'USAAC, mais après l'entrée en guerre des États-Unis, l'US Army Air Forces détermina que l'avion ne possédait pas des performances suffisantes pour effectuer des opérations de combat « modernes » dans les territoires outre-mer. En conséquence, l'O-52 fut relégué à des missions de liaison et de messagerie à l'intérieur du territoire des États-Unis, ainsi qu'à quelques missions de patrouille anti-sous-marine à courte distance au-dessus du Golfe du Mexique, de l'Océan Atlantique et du Pacifique.

L'O-52 fut le dernier avion de type « O » produit en quantités pour l'Air Corps. Après l'attaque de Pearl Harbor, le préfixe « O » fut abandonné et remplacé par le préfixe « L », pour les avions de liaison.

En , l'Union Soviétique commanda 30 O-52 par le biais du programme de prêt-bail. 26 avions furent livrés, mais seulement 19 furent livrés, car plusieurs furent perdus sur la route nord-arctique[2]. Sur ces avions livrés, seulement dix furent acceptés en service. Ils furent utilisés opérationnellement pour du pointage d'artillerie et comme plateformes d'observation et photographie générale dans les régions du nord et du centre du front russe pendant le printemps-été 1943. Un des O-52 fut abattu par des chasseurs de la Luftwaffe. L'avion était globalement peu apprécié par les Soviétiques, même si certains continuèrent à voler jusque dans les années 1950.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Exemplaires préservés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Donald 1995, p. 64
  2. (en) Hardesty 1991, p. 253
  3. (en) « Curtiss O-52 Owl », Pima Air Museum (consulté le 19 août 2017)
  4. (en) « Curtiss O-52 Owl », National Museum of the United States Air Force (NMUSAF) (consulté le 19 août 2017)
  5. (en) « Curtiss O-52A-1-CW "Owl" », Yanks Air Museum (consulté le 19 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Donald, American warplanes of World War II, London Westport, Conn, Aerospace Pub. AIRtime Pub, , 256 p. (ISBN 978-1-874-02372-2 et 978-1-880-58821-5, OCLC 34196101)
  • (en) Von. Hardesty, Red Phoenix: The Rise of Soviet Air Power 1941-1945, Washington, D.C., États-Unis, Smithsonian Institution, (ISBN 0-87474-510-1)