Curtiss XP-46

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Curtiss XP-46
(caract. XP-46A)
Un XP-46 (crédit : National Museum of the US Air Force).
Un XP-46 (crédit : National Museum of the US Air Force).

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss-Wright Corporation
Rôle Chasseur[1]
Statut Prototype abandonné
Premier vol
Nombre construits 2 prototypes
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Allison V-1710-39
Nombre 1
Type Moteur à 18 cylindres en étoile
Puissance unitaire 1 150 ch, soit 858 kW
Dimensions
Envergure 10,45 m
Longueur 9,19 m
Hauteur 3,07 m
Surface alaire 19,32 m2
Masses
À vide 2 551 kg
Maximale 3 477 kg
Performances
Vitesse maximale 571 km/h
Rayon d'action 523 km
Charge alaire 132,03 kg/m2
Armement
Interne 2 mitrailleuses synchronisées Browning M2 de 12,7 mm (calibre .50) dans le nez de l'avion
Externe Place disponible pour l'installation de 8 mitrailleuses de 7,62 mm dans les ailes

Le Curtiss XP-46 était un prototype de chasseur américain des années 1940. Il était issu d'un développement entrepris en 1939 par la Curtiss-Wright Corporationn visant à incorporer les meilleures caractéristiques trouvées sur les chasseurs européens à un chasseur qui pourrait assurer la succession du P-40 Warhawk, alors en cours de production.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Lorsque le P-40 entra en production, son concepteur, Donovan Berlin, pensait déjà à son successeur. Le P-40 était en fait déjà considéré comme obsolète avant même son entrée en service, et les retours d'expérience de la Seconde Guerre mondiale sur théâtre d'opérations en Europe avaient mis en évidence le besoin de plus de puissance, plus de protection, et d'un armement plus performant[2].

L'US Army Air Corps (USAAC) se montra emballée par l'idée et publia une circulaire de proposition (CP 39-13)[2] qui servit de base pour une commande placée le , concernant la fabrication de deux prototypes désignés XP-46 et portant les numéros de série 40-3053 et 40-3054[2]. Les exigences de contrat faisaient mention d'un avion monomoteur monoplan à aile basse, légèrement plus petit que le P-40, avec une voie large et un train d'atterrissage rétractable[2]. Le moteur sélectionné était l'Allison V-1710-39, un V12 de 1 150 ch (858 kW). L'armement prévu comprenait deux mitrailleuses synchronisées Browning M2 de 12,7 mm (calibre .50) dans le nez de l'avion, ainsi que de la place pour l'installation de huit mitrailleuses de 7,62 mm (calibre .30) dans les ailes, ce qui faisait alors du XP-46 le chasseur américain le mieux armé du moment[2].

Seulement un mois après la commande initiale, l'USAAC rajouta une demande pour des réservoirs de carburant auto-obturants et 29 kg de blindage, ce qui en contrepartie affecterait un peu les performances globales de l'appareil[2]. La vitesse maximale attendue pour l'avion tout équipé était un optimiste 659 km/h à une altitude de 15 000 ft (4 572 m).

Afin de gagner du temps et de pouvoir mettre en l'air un avion aussi vite que possible, Curtiss décida de construire et livrer le deuxième prototype (40-3054) sans armement, ni radio, et le désigna XP-46A. Seul le premier prototype reçut un équipement complet[2].

Essais[modifier | modifier le code]

En 1940, la British Purchasing Commission (en), une organisation de gestion d'achats militaires britannique, passa une commande pour le P-46 comme remplaçant du P-40[3], le nom de « Kittyhawk » étant alloué par le Ministère de l'Air (Air Ministry) en anticipation de la réception de l'avion[4].

Toutefois, l'USAAC demanda à Curtiss en – alors que les prototypes XP-46 étaient en cours de construction – de donner la priorité à une version améliorée du P-40, utilisant le moteur prévu pour le XP-46. Cette manœuvre permettrait également d'éviter les perturbations infligées aux chaînes de montage par le passage à une nouvelle cellule d'avion. La commande britannique pour le P-46 fut plus tard annulée[3], et le nom de Kittyhawk fut ensuite donné au P-40 amélioré, qui était également désigné P-40D.

Les deux prototypes, désignés XP-46 et XP-46A, furent néanmoins livrés à l'USAAC, et le premier vol fut effectué le [2] par le deuxième prototype, celui dépourvu d'armement et de radio. Les performances de cet avion furent toutefois bien décevantes, avec une vitesse maximale atteignant péniblement les 659 km/h à 12 200 ft (3 718 m), alors que cette vitesse était celle prévue pour un avion avec un équipement complet[2]. Le premier prototype, qui lui était doté de la totalité de son équipement, vola pour la première fois le . Sans surprise, l'avion étant encore plus lourd que le deuxième prototype, ses performances furent tout simplement désastreuses, avec un maigre 571 km/h atteint à 12 200 ft (3 718 m)[2]. Comme les performances de l'avion étaient inférieures au P-40 alors déjà en service, le P-46 n'offrait aucune amélioration significative par rapport au P-40, et le programme fut annulé[5].

Un mythe affirme que les travaux pour la conception du XP-46 servirent de base pour la conception du North American NA-73X – le prototype du P-51 Mustang. Alors que North American Aviation (NAA) avait acheté les données aérodynamiques concernant les P-40 et XP-46 pour 56 000 dollars, et que certaines similarités de conception étaient visibles dans la conception des radiateurs/refroidisseurs d'huile des deux modèles, North American avait en fait déjà effectué des avancées importantes dans la conception de son avion[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bowers 1979, p. 436
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Joe Baugher, « Curtiss XP-46 », sur www.joebaugher.com, (consulté le 9 septembre 2017)
  3. a et b (en) Leonard Engel, « Half of Everything: An American's Survey of Orders Placed in the United States », Flight International magazine, Flight Global/Archives, vol. 38, no 1667,‎ , p. 472 (lire en ligne [PDF])
  4. (en) « The American Fighter », Flight International magazine, Flight Global/Archives, vol. 39, no 1690,‎ (lire en ligne [PDF])
  5. (en) Berliner 2011, p. 18
  6. (en) Joe Baugher, « North American NA-73 », sur www.joebaugher.com, (consulté le 9 septembre 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter M. Bowers, Curtiss aircraft, 1907-1947, Londres, Royaume-Uni, Putnam & Company Ltd., , 1e éd., 640 p. (ISBN 0-370-10029-8 et 978-0370100296, présentation en ligne).
  • (en) Donovan Berliner, Surviving Fighter Aircraft of World War Two: Fighters, Londres, Royaume-Uni, Pen & Sword Aviation, (ISBN 978-1-8488-4265-6).
  • (en) William Green, War Planes of the Second World War, vol. 4 : Fighters, Londres, Royaume-Uni, Macdonald, , 6e éd. (ISBN 0-356-01448-7).
  • (en) William Green et Gordon Swanborough, WW2 Aircraft Fact Files: US Army Air Force Fighters, Part 1, Londres, Royaume-Uni, Macdonald and Jane's Publishers Ltd., (ISBN 0-356-08218-0).
  • (en) William Norton, U.S. Experimental & Prototype Aircraft Projects: Fighters 1939-1945, Specialty Press, , 264 p. (ISBN 1580071090 et 9781580071093, présentation en ligne, lire en ligne).
  • (en) Enzo Angelucci et Peter Bowers, The American Fighter: the Definite Guide to American Fighter Aircraft from 1917 to the Present, New-York, États-Unis, Orion Books, (ISBN 0-517-56588-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]