Curtiss F7C Seahawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Curtiss F67C-1 Seahawk
Vue de l'avion.
Vue de l'avion.

Constructeur Drapeau : États-Unis Curtiss
Rôle Chasseur
Statut retiré du service
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1340 Wasp
Nombre 1
Puissance unitaire 450 ch
Dimensions
Envergure 9,34 m
Longueur 6,88 m
Masses
Maximale 1 260 kg
Performances
Vitesse maximale 250 km/h
Plafond 7 100 m
Rayon d'action 570 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses Browning de calibre 7,62 mm.

Le Curtiss F7C Seahawk est un avion militaire de l'entre-deux-guerres américain des années 1920 ayant servi comme avion de chasse dans l'US Navy. Il est le successeur du Curtiss F6C Hawk.

Conception[modifier | modifier le code]

Après l'adoption par l'US Navy de chasseurs embarqués propulsés par un moteur en étoile, moins vulnérable et dont la maintenance était réduite, la firme Curtiss réalisa un prototype de chasseur doté d'un moteur de ce type. Désigné Model 42, l'appareil effectua son vol initial en février 1927. Il se présentait comme un biplan avec un plan supérieur en flèche et des réservoirs de carburant logés de chaque côté du fuselage[1]. Le prototype était muni d'un dispositif d'arrêt sur porte-avions[2].

La production en série de 17 machines fut alors décidée en [1]. L'appareil fut expérimenté comme hydravion. Ce ne fut pas un succès, et les 17 exemplaires furent transférés à l'United States Marine Corps[2] qui les mit en service à partir d'août 1927 au sein du squadron VF-5M basé à terre, à Quantico[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Versions[modifier | modifier le code]

  • F7C-1 : 17 exemplaires construits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le grand atlas de l'aviation, Atlas, , 431 p. (ISBN 2-7312-1468-6), p. 82.
  2. a et b « Nouvelle arme navale: appareils de chasse 1918-1939 », Connaissance de l'histoire mensuel éditions Hachette, no 24,‎ , p. 23.