Douglas DC-6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douglas DC-6
Douglas DC-6 de United Airlines en 1966
Douglas DC-6 de United Airlines en 1966

Rôle Avion de ligne
Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Équipage 3
Premier vol
Mise en service Mars 1947
Retrait Toujours en service
Premier client Pan American
Production 704 (1946-1959)
En service 49 appareils
Dérivé de DC-4
Variantes DC-7
Dimensions
Image illustrative de l'article Douglas DC-6
Longueur 32,18 m
Envergure 35,81 m
Hauteur 8,66 m
Aire alaire 135,9 m2
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 25,11 t
Max. au décollage 48,5 t
Passagers 48 à 56
Motorisation
Moteurs 4 Pratt & Whitney R-2800-CA-15 (18 cylindres en double étoile)
Puissance unitaire 1 700 kW
(2 500 ch)
Puissance totale 6 800 kW
(10 000 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 507 km/h
Autonomie 4 840 km
Plafond 7 600 m
Vitesse ascensionnelle 5,44 m/s

Le Douglas DC-6 est un avion de ligne quadrimoteur américain construit entre 1947 et 1959[1].

À la suite de la demande de l'US Air Force d'un avion de transport militaire ayant plus de capacité et plus performant que le DC-4, Douglas conçoit le modèle DC-6 : le fuselage est allongé, les moteurs sont plus puissants et la cabine est pressurisée. Durant la conception, la Seconde Guerre mondiale se termine, Douglas transforme alors son DC-6 en avion civil long-courrier.

Le DC-6 est désigné en tant que C-118 Liftmaster par l'US Air Force et en tant que R6D par l'US Navy.

Vue de Mururoa depuis un DC-6 du GAM 82, en 1971.

704 Douglas DC-6 sont construits[1]. Quelques DC6-B, transformés en bombardiers d'eau, sont utilisés au Canada et par la Sécurité civile française (pour la France, cinq appareils, de 1980 à 1990).

Le Centre d'expérimentations nucléaires français du Pacifique (CEP) utilisait ces appareils.

Versions[modifier | modifier le code]

Douglas développe ensuite trois variantes, équipées de moteurs plus puissants et d'un fuselage plus long :

  • le DC-6A, destiné au transport de fret
  • le DC-6B, pour le transport de passagers,
  • le DC-6C, appareil mixte (convertible)

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux utilisateurs figurent la marine française et l'armée de l'Air.

De 1966 à 1977, la Direction des centres d'expérimentations nucléaires (DIRCEN) a utilisé successivement huit DC-6 (mais six simultanément) au profit du CEP.

Détachés de l'escadron de transport ET 02/064 « MAINE », ces appareils, étaient mis en œuvre par le Groupe Aérien Mixte 82 (GAM 82) basé à Faa'a - Tahiti (Base aérienne 190).

L'escadron de transport 2/64 MAINE était basé à la Base aérienne d'Evreux. Le BEARN et Le BIGORRE étaient les 2 autres escadrons de la 64e Escadre basée sur cette BA.

Les accidents[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 1955, un Douglas DC-6MB d’United Airlines explose en plein vol alors qu'il effectue la liaison Denver – Portland, un attentat dont John Gilbert Graham est à l'origine. Ce dernier voulait tuer sa mère présente à bord pour toucher sa prime d’assurance[2].


Le 20 février 1956, le Douglas DC-6B immatriculé F-BGOD de la compagnie aérienne TAI (Transports Aériens Intercontinentaux) s'écrase non loin du Caire en Égypte, alors qu'il assurait la liaison Saigon-Paris, faisant 52 morts, suite à un exercice d'entraînement d'approche sans visibilité[3].

Les records[modifier | modifier le code]

Le 29 mai 1953, un Douglas Super DC-6B appartenant à la flotte de la compagnie aérienne française TAI (Transports Aériens Intercontinentaux) signe le nouveau record du monde de distance, soit 9 200 kilomètres[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]