Hydravion à flotteurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un de Havilland Single Otter, un hydravion à flotteurs.
Hydravion à flotteurs Nieuport X, 1916

Un hydravion à flotteurs (en anglais : floatplane) est un type d'hydravion léger, reposant uniquement sur des flotteurs, sans que son fuselage touche l'eau. Il s'oppose en cela aux hydravions à coque, beaucoup plus lourds mais plus « marins ».

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Un hydravion à flotteurs est une évolution assez simple de l'avion normal sur lequel on a simplement remplacé le train d'atterrisage par des flotteurs. Les hydravions à flotteurs sont plus en faveur que les hydravions à coque pour les petits appareils, car ils permettent d'installer un seul moteur à piston de la manière habituelle, à l'avant du fuselage, chose qu'il est impossible de faire sur un hydravion à coque sans surélever le ou les moteurs.

Même si le fuselage d'un hydravion à flotteurs est en principe plus aérodynamique que celui des hydravions à coque, les importants flotteurs situés sous le fuselage créent une résistance aérodynamique très significative[1], qui interdit aux hydravions à flotteurs d'être aussi manœuvrant en vol que des avions traditionnels ; ils sont également plus lents que pourra l'être un hydravion à coque[2].

Les deux flotteurs (par opposition à un flotteur central, et à plus forte raison la coque d'un hydravion à coque) limitent considérablement la capacité de l'appareil à affronter les vagues d'une certaine hauteur : en pratique, elles ne doivent guère dépasser 30 centimètres.

Cependant, ces deux flotteurs facilitent l'accostage de l'appareil et les opérations de débarquement des passagers. Dans le cas d'un appareil militaire, l'hydravion à flotteurs peut emporter sous le fuselage une charge telle qu'une torpille ou une lourde charge de bombes. Quoi qu'il en soit, les hydravions à flotteurs sont toujours beaucoup moins stables sur l'eau qu'un hydravion à coque[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Clyde Edgerton, The Floatplane Notebook, Random House Publishing Group, 2004 (ISBN 978-0-3454-1906-4), 304 pages
  • (en) Marin Faure, Flying a Floatplane, McGraw-Hill, 1996 (ISBN 978-0-0702-1304-3), 274 pages

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]