USS Lexington (CV-2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir USS Lexington.

USS Lexington
Image illustrative de l’article USS Lexington (CV-2)
L'USS Lexington le 14 octobre 1941.
Type Porte-avions
Classe Lexington
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Chantier naval Chantier naval Fore River de Quincy
Lancement 1925
Armé 1927
Statut Coulé le 8 mai 1942
Équipage
Équipage 2951 officiers et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 270,66 mètres
Maître-bau 39,62 mètres
Déplacement 47 700 tonnes à pleine charge
Puissance 209 710 ch
Vitesse 34 nœuds maximum
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture 152 mm, pont d'envol 25 mm
Armement 4 × 2 canons de 8 pouces
12 canons de 5 pouces AA
Électronique radar CXAM-1 (à partir de 1940)
Aéronefs 22 chasseurs, 36 bombardiers en piqué, 12 bombardiers-torpilleurs
Carrière
Indicatif CV-2
Localisation
Coordonnées 15° 20′ sud, 155° 30′ est

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
USS Lexington
USS Lexington
L'insigne du navire

L’USS Lexington (CV-2) est, avec son sister-ship l'USS Saratoga (CV-3), l'un des deux premiers « vrais » porte-avions de la marine américaine (la mention CV pour carrier vessel indique le numéro d'ordre de la coque parmi les porte-avions américains — il permet de distinguer des bâtiments portant successivement le même nom, comme l'USS Lexington (CV-16), mis en service en 1943). Il est le navire de tête de sa classe des Lexington. Ses surnoms étaient Gray Lady ou Lady Lex.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Lexington en feu lors de la bataille de la mer de Corail, 8 mai 1942

Initialement conçu comme un croiseur de bataille de la classe de croiseur Lexington, il est transformé en porte-avions lors de sa construction. Il est mis en service en 1927 et affecté à la flotte du Pacifique. L'écrivain de science-fiction Robert A. Heinlein (1907-1988) y sert de 1929 à 1932, dans le service des radiocommunications et (à partir de juin 1930) comme adjoint administratif (ou chef du Secrétariat ?) du commandant, le capitaine de vaisseau Ernest J. King. En 1932, les porte-avions Lexington et Saratoga participent à une attaque simulée de Pearl Harbor, et anéantissent les défenses de l'île. La leçon ne sera pas retenue par l'armée américaine. Le le lieutenant-colonel Thruston B. Clark réalise onze appontages et décollages depuis le pont du Lexington avec un bimoteur Lockheed XJO-2 afin de vérifier la possibilité d'utiliser un avion à train tricycle sur porte-avion[1].

Le Lexington sera engagé lors de la bataille de la mer de Corail. Endommagé par les attaques aériennes japonaises de 95 appareils ennemis qui ont fait plus de 200 victimes, dont deux attaques de torpilles, il reprend la route mais explose environ deux heures après l'appontage du dernier appareil rescapé des attaques. En effet, ses conduites et réserves de carburant avaient été si endommagées par les avions nippons qu'elles laissaient leur contenu dangereusement inflammable se répandre en vapeurs : une étincelle suffit à l'enflammer. Les incendies qui se rallument alors endommagent encore plus gravement le Lexington, et mettront 24 heures à être circonscrits par l'équipage. Mais il se trouve si abîmé qu'il est sabordé avec 35 avions à bord par une torpille d'un destroyer américain le à la position géographique 15° 20′ S, 155° 30′ E. 2 735 hommes de l'équipage sont sauvés, et 216 meurent dans le naufrage.

Le , l'épave du porte-avions est retrouvée par 3 000 m de fond par l'équipe d'exploration du RV Petrel (en) appartenant à Paul Allen [2]. Selon l'équipe, sur les 35 appareils encore à bord au moment de la perte du navire, 11 ont été retrouvées, dont certaines sont en parfait état et laissant voir les insignes d'escadrilles ou de victoire sur l'ennemi.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

L'engagement du Lexington au cours de la guerre du Pacifique est illustré dans le premier album Les Japs attaquent de la série de bande-dessinée Buck Danny de Jean-Michel Charlier et Victor Hubinon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Pelletier, « Le Lockheed 12 Electra Junior ». Le Fana de l'Aviation no 230 (janvier 1989) p. 36
  2. « Découverte de l'épave du porte-avions américain USS Lexington », sur Le Figaro, (consulté le 6 mars 2018).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :