Coteaux-du-lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coteaux-du-lyonnais
Image illustrative de l'article Coteaux-du-lyonnais
Vignes du Lyonnais

Désignation(s) Coteaux-du-lyonnais
Appellation(s) principale(s) coteaux-du-lyonnais[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1984
Pays Drapeau de la France France
Localisation Rhône
Climat tempéré océanique à tendance continentale
Sol granites et limons
Superficie plantée 370 hectares
Cépages dominants gamay N et chardonnay B[2]
Vins produits rouges, quelques rosés et blancs
Production 7 600 hectolitres en 2008
Pieds à l'hectare minimum de 6 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 60 à 69 hectolitres par hectare en rouge et rosé
60 à 72 hectolitres par hectare en blanc[3]

Le coteaux-du-lyonnais[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes couvrant les monts du Lyonnais, à l'ouest de Lyon, dans le département du Rhône.

Historique[modifier | modifier le code]

L’AOC est obtenu le sous la signature de Louis Mermaz, ministre de l’Agriculture.

Climat[modifier | modifier le code]

Les tendances climatiques sont très proches de celles du Beaujolais avec toutefois une influence méditerranéenne plus prononcée pour le nord de l’appellation. sur l'ouest on retrouve une influence du climat du Forez. Pour le sud de l'appellation l'influence des vents chauds méditerranéens qui remonte le Rhône sont clairement prononcés.

Aire d'appellation[modifier | modifier le code]

Les monts du Lyonnais couvert de vignes vus de Saint-Forgeux

Bessenay, Bibost, Brindas, Chaponost, Charly, Chassagny, Chasselay, Chaussan, Chevinay, Civrieux-d'Azergues, Courzieu, Dardilly, Dommartin, Eveux, Fleurieux-sur-l'Arbresle, Givors, Grezieu-la-Varenne, Grigny, Irigny, Lentilly, Limonest, Lissieu, Marcilly-d'Azergues, Marcy-l'Etoile, Messimy, Millery, Montagny, Mornant, Orliénas, Poleymieux-au-Mont-d'Or, Pollionnay, Sain-Bel, Saint-Andéol-le-Château, Sainte-Consorce, Saint-Didier-au-Mont-d'Or, Saint-Forgeux, Saint-Germain-au-Mont-d'Or, Saint-Julien-sur-Bibost, Saint-Laurent-d'Agny, Saint-Pierre-la-Palud, Saint-Romain-en-Gier, Savigny, Sourcieux-les-Mines, Taluyers, Thurins, La Tour-de-Salvagny, Vaugneray, Vernaison, Vourles.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Coteaux-du-lyonnais rouge

Le vignoble des coteaux du Lyonnais s'étend en deux zones principales à environ dix kilomètres de Lyon, autour de L'Arbresle au nord et de Brignais au sud.

Les coteaux-du-lyonnais sont limités à l’est par le Rhône et la Saône, à l’ouest par les monts du Lyonnais et au nord et au sud par les vignobles du Beaujolais et des côtes-du-rhône.

Les vignobles couvrent environ 370 hectares cultivés, ce qui représente une production d'environ 22 000 hectolitres.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Vignes de gamay en Lyonnais

Pour les rouges et rosés : gamay, cépage noir à jus blanc.

Pour les blancs : chardonnay principalement, mais également de l'aligoté et marginalement le pinot blanc.

Vins et terroirs[modifier | modifier le code]

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Vin et gastronomie[modifier | modifier le code]

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Décret du 29 octobre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]