Thurins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Rhône
Cet article est une ébauche concernant une commune du Rhône.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Thurins
Image illustrative de l'article Thurins
Blason de Thurins
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes des Vallons du Lyonnais
Maire
Mandat
Roger Vivert
2014-2020
Code postal 69510
Code commune 69249
Démographie
Gentilé thurinois, thurinoises
Population
municipale
2 966 hab. (2014)
Densité 153 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 57″ nord, 4° 38′ 29″ est
Altitude Min. 306 m – Max. 791 m
Superficie 19,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Thurins

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Thurins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thurins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thurins
Liens
Site web www.thurins-commune.fr

Thurins est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Thurins se situe à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Lyon dans un espace appelé Monts du Lyonnais. La commune est limitrophe de Saint-Martin-en-Haut, Rontalon, Messimy, Yzeron et Soucieu-en-Jarrest.

S'étendant sur 19,4 km2, le village compte 2 762 habitants au recensement de 2007. La densité de population est de 143 habitants/km².

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Trois lignes des Transports en commun lyonnais (TCL) desservent la commune :

En outre, une ligne du réseau Les cars du Rhône traverse aussi la commune :

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.

Thurins a gardé de l'occupation romaine qui dura du Ier siècle au Ve siècle des traces matérielles et patentes. Ces traces, à Thurins, sont rares, et y existent pourtant. On peut encore voir, sur le Garon, au pied du hameau de la Côte, un petit pont, à moitié ruiné, mais dont l'arc solidement cintré, semble bien se rapporter à l'époque romaine. Dans la direction opposée, au hameau du Jarricot, existe un bois de pins qu'on a pris l'habitude d'appeler le bois de Saint-Romain, mais qu'en réalité, on avait toujours appelé le Camp des Romains auparavant. Sur la montagne la plus proche de ce bois aurait existé un petit château-fort dont les vieillards d'aujourd'hui ont encore vu les ruines et d'où viendrait à la montagne le nom du Châtelet, sous lequel elle est désignée dans les cartes d'état-major. C'est du haut du Châtelet et du Camp des Romains que les vainqueurs des Gaulois auraient, pendant l'occupation, surveillé nos campagnes. S'ils en défendaient les habitants contre toutes agressions possibles, ils savaient aussi, car ils étaient pratiques, les faire travailler.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Thurins-le-Français[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Thurins se blasonnent ainsi : D'or à la tour de gueules ouverte et ajourée de sable accompagnée de trois roses aussi de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Roger Vivert DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 966 habitants, en augmentation de 3,45 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 131 1 215 1 173 1 432 1 550 1 646 1 580 1 730 1 906
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 847 1 906 1 845 1 916 1 933 1 879 1 955 1 941 1 833
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 810 1 748 1 636 1 343 1 395 1 443 1 353 1 311 1 461
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 493 1 541 1 619 1 792 2 104 2 451 2 800 2 964 2 966
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006 [4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne porte illustrée par Joannès Drevet (1854–1940).
  • Église de la place.
  • Mairie du village.
  • Les doigts framboise
  • L'escale
  • Restaurant Hôtel Bonnier
  • Auberge de la Côte.
  • Stade municipal.
  • Salle des sports.
  • Barrage et lac de Thurins.

Folklore[modifier | modifier le code]

  • Chaque année durant le deuxième dimanche du mois de septembre, a lieu la fête du fruit qui attire des milliers de visiteurs autour d'activités de découvertes, de spectacles et d'animations. En effet, Thurins se considère comme la capitale de la framboise et le montre principalement au travers de cette manifestation.
  • Depuis 2011, des interclasses sont organisées chaque 2e dimanche de juillet. Les équipes regroupent les personnes nées en 0, 1, 2… et s'affrontent dans différents jeux tels que les boules de pétanque carrées, le tir à la corde ou des courses à ski.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Christian Fougerouse  :
    • Barthélemy Delorme : un Américain de Thurins (1825-1901), éditions Manoirante, 2011 ;
    • Les Cambarres : histoire et économie rurale d'un lieu-dit en ruine à Thurins en lyonnais du XVIIe au XXe siècle, éditions universitaires européennes ;
    • La première mondialisation en milieu rural français : le cas du village de Thurins en lyonnais (1742-1914), éditions universitaires européennes ;
    • Noix et noyers à Thurins en lyonnais : un authentique terroir artisanal, éditions universitaires européennes ;
    • le patrimoine fruitier du terroir de Thurins en lyonnais (1673-1914), éditions universitaires européennes.
    • la biodiversité des vaches à Thurins en lyonnais (1732-1914), éditions universitaires européennes.
    • chèvres et brebis à Thurins en lyonnais (1734-1914), éditions Manoirante, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]