Saint-Julien-sur-Bibost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Julien.
Saint-Julien-sur-Bibost
Image illustrative de l'article Saint-Julien-sur-Bibost
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton L'Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
Florent Chirat
2014-2020
Code postal 69690
Code commune 69216
Démographie
Population
municipale
562 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 18″ nord, 4° 31′ 11″ est
Altitude Min. 380 m – Max. 860 m
Superficie 13,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Julien-sur-Bibost

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Julien-sur-Bibost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-sur-Bibost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Julien-sur-Bibost
Liens
Site web www.saintjuliensurbibost.fr

Saint-Julien-sur-Bibost est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Forgeux Ancy Savigny Rose des vents
Montrottier N Bibost
O    Saint-Julien-sur-Bibost    E
S
Brullioles Bessenay

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[1]. Cependant, des fragments de poteries sans doute gallo-romaines ont été repérées sur le Crêt d'Arjou dans les années 1980, pouvant supposer que cette haute colline devait servir de relais ou de poste avance sur les hauteurs, entourant Lyon[réf. nécessaire].

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Le Fruitier-sur-Bibost[2].

En 2001, le film Un crime au paradis de Jean Becker y est tourné.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Julien-sur-Bibost Blason D'argent au clocher d'or, essoré de sable, ajouré du champ, mouvant de la pointe, accosté de deux arbres au naturel, celui de dextre plus petit; au chef d'azur plain; au soleil non figuré d'or brochant sur le trait de chef au point d'honneur.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Fernand Arquillère    
2008 2014 Bernard Dessainjean    
2014 en cours Florent Chirat    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 562 habitants, en augmentation de 7,25 % par rapport à 2009 (Rhône : 5,17 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
701 561 714 703 725 779 792 789 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
741 738 705 722 715 742 737 705 662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
624 597 572 521 512 550 560 532 477
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
444 430 358 361 404 507 529 556 562
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ferme Reverdy.
  • Au hameau de Tyr, se trouve la ferme Reverdy dont l'architecture est typique des fermes des monts et coteaux du Lyonnais. Elle a été récemment restaurée afin d'être montrée au public et devenir le lieu de différentes manifestations[6].
  • Il existe également de très belles croix en pierre jaune, typiques de la région, dont une sur la place de l'église datant du XVIIIe siècle. L'église paroissiale, de style roman, était sans doute à l'origine une chapelle dépendante de la puissante abbaye de Savigny, proche de quelques kilomètres.
  • Le clocher est l'un des rares de la région à posséder un carillon. Lors de la rénovation de l'édifice, un trésor fut découvert, composé de 247 pièces d'or aux effigies de Jean le Bon, Charles V le Sage et Charles VI le Fol[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Au hameau de Senevier, se trouve l'ancienne demeure de la famille de Jussieu, les célèbres botanistes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 386
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Benedicte MATHIEU, « Accueil à la Ferme Reverdy », sur www.lafermereverdy.org (consulté le 22 février 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :